26 janvier 2021

Toute l'Italie est désormais une zone rouge protégée de COVID-19

Un nouveau décret a été annoncé par le président italien Conte lors d'une conférence de presse ce lundi 9 mars à 21 heures via un réseau de télévision unifié. Le décret entrera en vigueur demain mardi 10 mars. Il n'y aura plus de zone 1 et de zone 2 en raison de COVID-19, mais désormais une seule zone: l'Italie protégée, également appelée zone rouge.

Les directives données aux citoyens italiens par le gouvernement sont de rester chez eux autant que possible et de ne partir que si cela est strictement nécessaire. À cet égard, la campagne avec le hashtag « Je reste à la maison » est diffusée quotidiennement par des chansons italiennes et montre des idoles à la télévision ainsi que par le ministère de la Santé sur les mesures d'hygiène à respecter.

Le décret qui qualifie l'Italie dans son ensemble de zone protégée de «zone rouge» a été précédé du décret du 7 mars à 22 heures qui déclarait:

«Afin de contrer et de contenir la propagation du virus COVID-19 dans la région de Lombardie et dans les provinces de Modène, Parme, Plaisance, Reggio Emilia, Rimini, Pesaro et Urbino, Venise, Padoue, Trévise, Asti et Alexandrie sont a adopté les mesures suivantes: éviter absolument tout mouvement à destination et en provenance des territoires visés dans le présent article, ainsi qu'à l'intérieur des mêmes territoires visés dans le présent article, à l'exception des mouvements motivés par des besoins de travail indifférents ou des situations d'urgence.

Le décret de Lombardie a cédé la place au phénomène de panique de masse. Des milliers de personnes ne résidant pas à Milan se sont précipitées à la gare et ont pris d'assaut les trains même sans réservation, créant d'énormes inconvénients pour le personnel ferroviaire.

Outre le risque de pouvoir transmettre toute infection virale dans la zone de résidence des citoyens, au moment de l '«évasion», le décret n'avait pas encore été approuvé. Un tel comportement pourrait également avoir des effets négatifs sur les régions où les personnes sont allées se réfugier, à tel point que certaines d'entre elles ont été placées en quarantaine pour ceux qui venaient des zones considérées comme menacées.

L'erreur fondamentale de tout ce scénario a été de faire ressortir le projet de décret avant même qu'il n'ait été approuvé. Le Welfare Council, Giulio Gallera, a déclaré que des mesures comme à Wuhan seront prises si les citoyens n’aident pas le gouvernement.

Sur 16 millions d'habitants en Lombardie, il y a 6 587 infections et 366 décès à ce jour. L'appel: « Restez à la maison, c'est la seule arme que nous avons. » L'urgence du coronavirus COVID-19 en Lombardie est toujours en évolution. Pour l'instant, «notre système de santé résiste», a déclaré la conseillère Gallera.

Le nombre de lits de soins intensifs pour COVID-19 est passé à 497, et la Lombardie peut envoyer des patients vers d'autres régions via le réseau Cross. Cependant, la course contre la montre a une limite qui a été clarifiée par les intensivistes lombards dans leur lettre au gouvernement.

Si l'infection ne ralentit pas, parlez de «18 000 hospitalisés» d'ici le 26 mars, dont «entre 2 700 et 3 200 (seront) en soins intensifs». La conseillère Gallera a déclaré: «En Lombardie, ils parviennent toujours à donner une réponse en termes d'admission en USI, mais ces derniers jours, ils ont augmenté de 700%.

«Nous ouvrons des centres de soins intensifs partout; nous faisons un travail énorme, mais c'est une guerre continue, je ne sais pas combien de temps nous pouvons le faire. « 

Arrêt des avantages non urgents

Afin de récupérer le personnel à affecter à l'urgence, l'arrêt des services non urgents et différés en chirurgie hospitalière publique et privée a été déclenché aujourd'hui, ce qui est total pour les professionnels rémunérés.

Troubles dans les établissements pénitentiaires

Il y a des émeutes dans 22 prisons italiennes provoquées par des prisonniers après un cas de contagion et des protestations de membres de la famille à l'extérieur pour l'interdiction des réunions avec les détenus. Une émeute dans la prison de San Vittore à Milan a causé des incendies et 6 morts. Les détenus demandent pardon. Dans les pénitenciers du sud, 20 se sont échappés et ont ensuite été récupérés.

Le rapport de guerre sur les coronavirus

Les écoles et les universités ont fermé jusqu'au 3 avril dans le nord de l'Italie. Les événements de toutes sortes ainsi que les matchs de football, les services religieux, les mariages, les conférences, les gymnases, les piscines, etc. sont interdits.

Un effondrement complet du tourisme se produit dans le pays. À Venise, tous les hôtels sont fermés – un total de 400 – en raison d'un manque de réservations jusqu'au 3 avril. Des situations similaires se produisent dans le reste de l'Italie avec une prévision de dommages économiques de milliards au niveau national. Le secteur économique est gravement menacé.

L'Union européenne a approuvé la flexibilité et les aides d'État indiquant que COVID19 affecte tout le monde. La radio-télévision italienne (RAI) est venue en aide aux étudiants en raison de la fermeture des écoles avec un programme «RAI pour l'école» qui comprend des programmes d'enseignement à distance de 8 heures par jour.

L'infection a touché certains médecins de l'hôpital pédiatrique Bambin-Gesù de Rome. La seule nouvelle positive est qu'à partir du 10 mars, des contrôles d'identification des voyageurs seront effectués sur les routes, autoroutes, aéroports, gares, aéroports et villes. Les individus doivent montrer leur auto-certification avec motivation concernant le déménagement. Les titulaires de faux certificats feront l'objet de sanctions prévues par le décret.

De bonnes nouvelles à l'horizon? La dernière rumeur indique qu'Israël a signalé qu'un vaccin contre le coronavirus COVID-19 pourrait bientôt être disponible. Aux États-Unis, le délai estimé est d'un an avant qu'un vaccin ne soit disponible pour tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *