7 mars 2021

THE WEEKLY # 242: LA RÉCUPÉRATION D’ARUSHA

Le dernier trek à Madère a été difficile, sacrément difficile. Le Caminho Real 23 avait 8500 mètres d’altitude sur 180 kilomètres de distance. Nous avons emballé ce voyage en une semaine et transporté un sac lourd avec du matériel de camping et j’ai transporté beaucoup de matériel de photographie, y compris un drone et plusieurs objectifs. L’aventure était géniale et je suis ravi de voir comment l’article et les photos se sont déroulés. Cependant, il y avait un prix à payer.

Le cinquième jour sur sept du trek, j’ai commencé à ressentir une vive douleur au niveau de mon ischio-jambier gauche. Les maux et les douleurs lors d’un voyage comme celui-là avec un sac à dos lourd sont normaux mais celui-ci ne partait pas. La cinquième nuit du trek, ça m’a fait mal de sortir du lit et le fait d’attacher mes chaussures était une tâche difficile. Je voulais continuer et j’espérais que cela disparaîtrait. Ça n’a pas été le cas.

Les six et sept jours du trek ont ​​été assez durs pour mon corps. L’inclinaison a aggravé la blessure et la netteté s’est intensifiée. J’ai attrapé des anti-inflammatoires le sixième jour, mais c’était une approche de pansement et non un remède. J’ai combattu pendant les deux derniers jours de 50 kilomètres et plus de 2 500 mètres de dénivelé. Nous avons terminé le parcours mais je suis rentré à Funchal avec un entravement et une blessure à soigner.

Avec une attitude positive, j’espérais qu’avec quelques jours de repos et des anti-inflammatoires, ma blessure se résoudrait d’elle-même. Mon trek sur le mont Kilimandjaro a duré exactement 3 semaines à compter du jour de ma blessure, ce qui m’a semblé une bonne quantité de temps pour récupérer. J’ai rendu visite à l’ostéopathe à Madère deux fois au cours de ma dernière semaine et je lui ai donné autant de repos que possible. Cependant, au moment où j’ai quitté Madère, j’avais toujours une douleur vive, au niveau des ischio-jambiers et irradiant le long de ma jambe.

J’étais arrivé à Madère avec un problème d’Achille et c’était un peu triste de ne pas savoir si je pouvais marcher du tout à Madère. Malheureusement, je suis parti avec un autre triste transit vers la Tanzanie. Tout ce à quoi je pouvais penser était cette foutue blessure et comment je voulais juste pouvoir tenter de gravir le mont Kilimandjaro. Je suis généralement assez doué pour mettre les blessures en perspective et je suis bien préparé aux déceptions qu’elles apportent maintenant. Quelques chirurgies de la hanche, des paralysies des jambes et d’innombrables blessures tout au long de ma carrière ont fait de moi un vétéran de la réadaptation.

J’avais prévu d’arriver tôt en Tanzanie pour gravir le mont. Meru et faire un autre trekking avant le mont Kilimandjaro. Cependant, maintenant mon objectif était simplement de pouvoir marcher sans douleur avant de tenter de grimper sur le «toit de l’Afrique», le point le plus élevé du continent. Je suis arrivé dans un hôtel de milieu de gamme avec piscine à Arusha et j’ai commencé à traiter ce que je croyais être une tendinite aux ischio-jambiers et une inflammation de l’articulation de la hanche.

Mes journées consistaient à rouler de la mousse, à renforcer le tronc, à activer les fessiers, à faire du yoga, à s’étirer en profondeur, à se reposer, à se coucher au bord de la piscine et à regarder des vidéos Youtube sur la façon de traiter la tendinite aux ischio-jambiers. Après le premier jour ou deux, j’ai commencé à faire une promenade quotidienne, sachant que je devais commencer à marcher bientôt si je voulais pouvoir escalader une montagne dans deux semaines.

Ce furent des semaines très, très frustrantes. L’amélioration est rarement linéaire et certains jours, vous sentez que vous avez fait des gains, puis une douleur vive qui persiste peut ruiner l’humeur de la journée. En fin de compte, mon attitude était de faire tout ce que je peux et d’être aussi dévoué que possible à cette réadaptation et ce qui sera alors sera. Si je ne peux pas faire de randonnée sur le Kilimandjaro, le monde continuera et même si ce sera extrêmement décevant et frustrant, ce ne sera pas un gros problème dans le grand projet de ma vie.

J’ai trouvé un centre de massage local dans un hôtel à proximité et la dame est devenue ma physiothérapeute non officielle. Elle m’a fait trois massages des tissus profonds tout au long de la semaine, ce qui m’a aidé à détendre mes hanches et mon dos. La hanche et les ischio-jambiers semblaient se relâcher, mais même sur mes promenades à plat, je me sentais toujours restreint et j’avais une certaine tension dans les ischio-jambiers. Je faisais environ 8 kilomètres de marche chaque jour avec quelques petites collines impliquées mais rien qui me donnerait trop de confiance pour escalader une montagne. J’ai essayé de rester positif malgré mes doutes.

J’ai finalement trouvé un kiné à Arusha avec seulement quatre jours avant mon trek et il a pu effectuer un certain nombre de tests pour préciser l’origine de la douleur. Je soupçonnais depuis quelques jours que ce n’était pas une tendinite aux ischio-jambiers parce que mes ischio-jambiers étaient assez forts dans de nombreux exercices et tests pour lesquels il devrait être faible si cette blessure était le cas. Serait-ce un problème de nerf sciatique? Avec une hanche comme la mienne, qui a de l’arthrite et des tissus mutilés de mes deux chirurgies, il peut être difficile de toujours identifier un problème spécifique. Cependant, nous avons fait quelques tests et avons décidé qu’il ne s’agissait ni d’une tendinite ni d’une sciatique et plutôt d’une inflammation causée par un bas du dos et un fessier extrêmement serrés à cause de la charge importante transportée pendant le trek. C’était une bonne nouvelle.

Le physio a fait une échographie et deux jours de thérapie manuelle sur mon dos et mon fessier. Il m’a également mis sur un anti-inflammatoire plus fort pour aider à soulager l’étanchéité. À quelques jours de la marche avant le trek, j’ai enfin trouvé un peu d’espoir dans la siutation et pouvais marcher sans douleur. Je n’ai pas encore abordé de pente majeure, mais je me sens plus confiant pour au moins survivre au trek et continuer la rééducation après le mont Kilimandjaro si nécessaire.

Bien que cette situation ait été assez malchanceuse, je me sens très chanceuse, elle m’a au moins donné une chance. Le corps et les blessures peuvent parfois être cruels. J’ai mis six solides mois d’entraînement à Madère et je me sens prêt pour le Kilimandjaro, mais parfois le corps a juste un problème qui vous retient. Les blessures me brisent toujours et me permettent ensuite de recoller les morceaux. Ils vous permettent de faire le point, de mettre les choses en perspective et surtout de vous faire chérir votre temps d’activité et de mobilité.

Après toutes les blessures que j’ai eues au cours de mes années, je me sens vraiment très reconnaissant à chaque fois que je peux terminer une randonnée ou une activité sans aucun inconfort sérieux. Je connais la douleur et la frustration qui accompagnent le fait d’enlever cela, c’est donc une belle chose de ne prendre aucune aventure pour acquise. Compte tenu de mon avance, même avoir l’opportunité de tenter le mont Kilimandjaro est en quelque sorte une bénédiction. Je serai probablement plus ravi au début du sentier que certains d’entre eux au sommet et ce n’est pas une mauvaise façon de partir à l’aventure après tout.