8 mars 2021

L’île de Procida nommée capitale italienne de la culture

Quarante-quatre projets culturels, 330 jours de programmation, 240 artistes, 40 œuvres originales et 8 espaces régénérés: ce sont les chiffres d’une année qui s’annonce inoubliable pour la ville de Campanie.

L’île italienne de Procida, un territoire de la région de Campanie (capitale Naples) s’apprête à prendre le relais de Parme qui, en raison de la pandémie, conservera la couronne de capitale italienne de la culture pendant toute l’année 2021.

«La culture n’isole pas»: c’est le nom du dossier avec lequel des eaux profondes du Tyrrhénien (la mer de Tirreno) la petite Procida a vaincu Ancône, Bari, Cerveteri, L’Aquila, Pieve di Soligo, Taranto, Trapani, Verbania et Volterra, les neuf autres féroces finalistes en lice pour le titre de Capitale italienne de la culture 2022. Pour la première fois dans l’histoire de l’initiative, le prix est décerné à un petit village (un peu plus de 10 mille habitants) et non à un provincial ou capitale régionale.

De plus, a expliqué le président du jury Stefano Baia Curioni, Procida ne gagne pas pour sa beauté ou pour son histoire, mais pour la qualité du projet présenté. «La terre insulaire est un lieu d’exploration, d’expérimentation et de connaissance, c’est un modèle de cultures et une métaphore de l’homme contemporain.

Pouvoir d’imagination et concrétisation de la vision nous montrent Procida comme une capitale exemplaire de dynamiques relationnelles, de pratiques d’inclusion et de soin du patrimoine culturel et naturel », lit-on dans le dossier de candidature:« Procida est l’île qui n’est pas une île mais un laboratoire culturel du bonheur social ».

Le programme Procida 2022

Quarante-quatre projets culturels, 330 jours de programmation, 240 artistes, 40 œuvres originales et 8 espaces régénérés: ce sont les chiffres d’une année qui s’annonce inoubliable pour la ville de Campanie.

Sur l’île, la culture n’est pas une fin en soi, mais se divise en cinq sections ouvertes à une réalité changeante: Procida invente (expositions, projections de films, performances et œuvres in situ), Procida inspire, dans laquelle l’île elle-même devient moteur d’imagination et de créativité, Procida comprend, où l’art devient un terrain d’interaction entre les individus et la communauté, Procida innove, pour que le patrimoine culturel de l’île soit repensé dans la comparaison avec les innovateurs locaux et internationaux, et Procida apprend, à la recherche de de nouvelles modalités éducatives stimulantes.

«Le projet culturel présente des éléments d’attractivité et d’excellente qualité», a lu les motivations du jury lues par le ministre du Patrimoine et des Activités Culturelles et du Tourisme Dario Franceschini lors de la récente proclamation: «Le contexte de soutien public local et régional et privé est bien structuré, la dimension patrimoniale et paysagère du lieu est extraordinaire, la dimension laboratoire, qui inclut les aspects sociaux et la diffusion technologique, est dédiée aux îles tyrrhéniennes, mais est pertinente pour toutes les réalités des petites îles méditerranéennes.

Le projet pourrait déterminer, grâce à la combinaison de ces facteurs, une authentique discontinuité sur le territoire et représenter un modèle de processus de développement durable basé sur la culture de l’île et les réalités côtières du pays.

Le projet est également capable de transmettre un message poétique, une vision de la culture, qui va de la petite réalité de l’île comme un souhait pour nous tous, à la ville, dans les mois qui nous attendent ».

Histoire de Procida.

Les origines du nom de l’île se perdent entre réalité et légende.

L’une des hypothèses les plus suggestives est celle qui tire le nom de Procida du grec «prochetai» qu’il signifie: mensonge; pour la morphologie de l’île. D’autres tirent encore le nom de celui d’une infirmière d’Enée nommée Procida, enterrée là par lui.

Selon les témoignages les plus fiables, les premières nouvelles de Procida remontent au VIIIe siècle avant JC. quand, venant de l’île d’Eubée, les colons calcidais (commune grecque de la périphérie de la Grèce centrale) y débarquèrent avec leur bagage culturel, dans les domaines artistique et culturel.

C’est alors au tour des Romains qui ont préféré le continent aux îles Phlégréennes (une zone volcanique de Naples) comme lieu de vacances, car leur nature volcanique ne se prêtait pas à la grandeur constructive de l’architecture romaine. Seul Capri, en raison de ses roches calcaires, a eu l’honneur de devenir un siège impérial.

Au début du Moyen Âge, les pirates sarrasins qui attaquaient les habitants battaient fréquemment l’île. Parmi les raids les plus dévastateurs figurent ceux des corsaires musulmans dirigés par Barabarossa.

Et la légende de San Michele Arcangelo, qui devint plus tard le saint patron de l’île, est liée à l’un des nombreux raids sarrasins.

Après les raids sarrasins, les côtes de l’île ont été remplies de tours de guet et les maisons rurales typiques dispersées dans l’arrière-pays de l’île et les maisons des pêcheurs côtiers ont été abandonnées pour le promontoire plus sûr de Terra Murata (anciennement appelé Terra Casata car dans cette région, le maisons des Procidani réunies pour mieux se défendre des raids sarrasins) qui, avec ses 91 m de hauteur, était le seul point défendable de l’île, où les pocidani creusaient leurs maisons dans le tuf, construisaient des remblais et creusaient des fossés.

L’économie locale est passée de maritime à rurale en raison des besoins défensifs. Pendant la journée comme celle-ci, les habitants de Procida se rendaient dans les champs voisins pour revenir au coucher du soleil ou au son de la sonnette d’alarme.

À la fin du Moyen Âge, Procida avait ses propres seigneurs féodaux: Giovanni da Procida de 1210 à 1258, le Cossa 1339-1529 et les d’Avalos de 1530 à 1729, suivis des Bourbons.

Les eaux de Procida furent également le théâtre, en juillet 1552, d’une expédition navale au cours de laquelle les Ottomans capturèrent sept galères d’une équipe napolitaine sous les ordres d’Andrea Doria.

L’île passa à la couronne napolitaine en 1644, fut occupée trois fois par les Britanniques: en 1799, pendant la République parthénopéenne; de 1806 à 1809 dans la période française contre Giuseppe Bonaparte et G. Murat et en 1813 pendant les guerres anti-napoléoniennes.

L’histoire ultérieure de Procida ne suit pas un cours particulier, mais est principalement liée aux événements de Naples.

L’île de Procida-Faits-

Procida, une île de la mer Tyrrhénienne, est située à l’entrée du golfe de Naples, entre Ischia (à l’ouest) et Capo Miseno (à l’est).

Avec ses 4 kilomètres carrés de superficie, c’est la plus petite des soeurs Ischia et Capri, mais elle compte près de 11 000 habitants (nommée Procidani).

A l’ouest de Procida et reliée à cette dernière par un pont, regardant vers Ischia, se dresse l’île inhabitée de Vivara, entièrement recouverte de broussailles méditerranéennes.

Procida est d’origine volcanique, et des traces d’anciens cratères peuvent encore être reconnues dans ses golfes en croissant typiques (les sources parlent de 5 ou 7 cratères); le sol est constitué de tufs jaunâtres profonds et d’une couche de tuf gris en surface.

Il atteint une hauteur maximale de 91 mètres et est donc plutôt plat; mais les zones habitées animées avec des maisons polychromes, la riche végétation dans laquelle se mêle une architecture méditerranéenne spontanée typique, la mer claire et brillante et les magnifiques rochers côtiers, génèrent des vues de paysage d’un charme rare et en font une destination touristique populaire.

Pour admirer sa beauté, pour profiter de ces spectacles transfusés dans l’art, la littérature, les nombreux films qui y sont tournés, il faut flâner dans ses ruelles, dans ses ruelles.

La plume ne peut décrire que partiellement le magnifique spectacle offert à ceux qui débarquent sur l’île, mais elle peut faire revivre les événements historiques, politiques, ecclésiastiques du passé.