13 avril 2021

La nécessité d’un site d’information dédié

Les organes du corps humain sont corrélés les uns aux autres et des effets inattendus d’un médicament peuvent survenir. Il est arrivé que les médicaments courants qui étaient vendus sans prescription médicale ont été soudainement interdits dans le monde entier.

  1. Où peut-on trouver d’éventuels symptômes inattendus enregistrés après la vaccination COVID-19?
  2. À ce jour, près de 500 millions de personnes ont reçu les différents vaccins COVID-19, dont 135 millions ont également reçu la deuxième dose.
  3. La recherche sur les cas courants et rares est importante, en particulier pour les cas les plus défavorables, comme cela s’est produit lorsque des décès et une thrombose sont survenus il y a quelques semaines qui ont conduit à la suspension d’AstraZeneca.

Ce fut le cas, par exemple, de la ranitidine, un médicament populaire contre les brûlures d’estomac découvert en 1976 et en usage commercial depuis 1981 dont le retrait du marché a été demandé il y a un an par la FDA. Dans d’autres cas, certains médicaments sont encore autorisés mais leur utilisation nécessite une attention particulière, comme dans le cas de la «tamsulosine», un médicament habituel pour la prostate qui pourrait affecter les yeux, qui nécessite une attention particulière lorsqu’un patient qui en prend doit avoir chirurgie de la cataracte ou du glaucome.

Ces médicaments sont en fait utilisés par des fractions mineures de la population. Malgré cela, une recherche sur le Web pour leurs effets secondaires permettrait de trouver facilement des références accessibles ainsi que des médicaments similaires à usage limité.

Pour les effets secondaires du vaccin COVID-19, ce n’est pas le cas. Cela peut paraître surprenant, étant donné qu’ils sont utilisés par une fraction incomparablement plus importante de la population, qui, en perspective, serait en fait la quasi-totalité de la population mondiale. Les informations fournies par les producteurs sont bien entendu disponibles, mais elles sont basées sur les cas indésirables survenus pendant la phase de test du vaccin. La taille des échantillons de test s’élève à quelques dizaines de milliers, un ordre de grandeur inférieur à celui des près de 500 millions de personnes, qui jusqu’à présent ont reçu les différents vaccins COVID-19, dont 135 millions ont également reçu la deuxième dose sans qu’il soit nécessaire de le faire. disent que ces chiffres augmentent de jour en jour au fur et à mesure que la campagne de vaccination progresse.

L’élargissement de l’échantillon permet l’apparition de nouveaux effets rares qui ne sont pas apparus lors de la phase de test. Outre les cas indésirables les plus courants, les effets d’une faible incidence statistique doivent également être détectés et étudiés. Néanmoins, une simple vérification dans un moteur de recherche comme Google pose des questions telles que «Où puis-je écrire mes symptômes étranges après la vaccination COVID-19?» ou «symptômes rares après la vaccination COVID-19» montre qu’un tel site Web n’existe pas où l’on pourrait trouver d’éventuels symptômes inattendus enregistrés après une vaccination COVID-19.

On ne trouve que quelques articles comme « Quels sont les effets secondaires du vaccin AstraZeneca? » «Quels sont les effets secondaires du vaccin Pfizer?» Un rapide coup d’œil sur eux confirme qu’outre les symptômes les plus courants, il y en a aussi quelques-uns qui sont plutôt rares. Par exemple, 4 personnes sur 600 ont déclaré avoir eu des problèmes de vessie après la vaccination AstraZeneca, un effet qui n’est pas mentionné dans les listes habituelles de problèmes possibles détectés lors de la phase de test. Quelque chose d’analogue se produit pour le vaccin Pfizer-BioNTech. Parmi plus de 200 commentaires sur les effets secondaires, 2 rapportent également des problèmes de vessie et 15 rapportent un picotement corporel qui, dans certains cas, a duré jusqu’à 2 semaines.

Nous ne sommes plus au 19e ou au 20e siècle. L’utilisation de la réception électronique des résultats des tests effectués dans les laboratoires d’analyse est répandue. La même procédure pourrait être facilement utilisée pour collecter de manière systématique des informations claires sur des symptômes imprévus ou des effets secondaires.

Il suffirait de créer un site internet dédié, pas forcément centralisé au niveau des pays, puisque la quantité de vaccinations justifierait son utilité statistique même avec une gestion régionale, avec un questionnaire en ligne (auquel on peut répondre en quelques minutes) qui permet identifier les enjeux majeurs: type et lot de vaccin, date et lieu de vaccination, effet anormal observé, par exemple. Cette banque de données permettrait aux gens d’enregistrer le problème observé et de le mettre en relation avec des problèmes similaires présentés avec le même vaccin ou lot de vaccins pour toute investigation supplémentaire qui pourrait être nécessaire.

La recherche sur les cas rares n’est pas seulement importante pour les cas les plus défavorables, comme cela s’est produit pour les décès et les thromboses qui, il y a quelques semaines, ont conduit à la suspension d’AstraZeneca, malgré l’analyse minutieuse des cas par l’EMA qui a conduit à confirmer qu’au moins pour au moment où un lien avec la vaccination n’est pas prouvé.

L’analyse de cas moins graves, tels que d’éventuels symptômes rares utiles notamment pour l’interface et d’éventuels conflits du vaccin avec d’autres médicaments que les personnes vaccinées en particulier les personnes âgées utilisent, contribuent à accroître la sécurité générale des programmes de vaccination.

Un deuxième avantage à ne pas négliger concerne la communication. Le cas de la vaccination ne nécessite pas de justification, compte tenu de l’énorme différence entre les risques directs de COVID et les risques potentiels de vaccination, mais la connaissance de la disponibilité d’un site Web simple où les problèmes de symptômes inattendus ou étranges associés à l’expérience de vaccination sont signalés de bas en haut. top par des personnes vaccinées et dûment contrôlées et analysées est nécessaire et urgente, car cela augmentera la confiance de la population en neutralisant autant que possible les fausses nouvelles à ce sujet. Enfin, il stimulera de nouvelles recherches et évitera une compréhension tardive des problèmes, comme cela s’est produit dans le cas de la ranitidine.

Pour atteindre ce résultat, il faut éviter le risque que, contre la motivation mentionnée précédemment, il devienne lui-même une source et un amplificateur de fausses nouvelles. Ce que nous proposons n’est pas un nouveau site social pour échanger des opinions sans fondement scientifique, mais un site où les cas sont soumis à l’analyse par des spécialistes compétents.

Galileo Violini est co-auteur de cet article.

#rebuildingtravel