24 janvier 2021

COVID-19 en Italie: moins d’infirmières que nécessaire

Il semble y avoir suffisamment de vaccins pour le moment, mais au rythme auquel ils sont administrés, combien de temps faudra-t-il pour que tout le monde soit vacciné? Comment l’Italie peut-elle surmonter sa pénurie d’infirmières pour répondre à la demande d’atteindre les objectifs de vaccination?

Ces derniers jours, des nouvelles rassurantes sont arrivées pour le plan national de vaccination contre le COVID-19 en Italie sous la forme d’une nouvelle que l’Union européenne administre le plus de vaccins.

Rien que dimanche, 74 000 personnes ont reçu la première injection de la préparation de Pfizer-Bio NTech. C’est un fait réconfortant. À partir de cette semaine, le vaccin de Moderna décolle et l’Italie recevra environ 764 000 doses d’ici la fin du mois de février qui pourront être administrées.

Cependant, ce n’est malheureusement pas suffisant. Le professeur Davide Manca du Pse Lab du Politecnico di Milano, calcule en fait que si les rythmes restaient ceux-là pour vacciner toute la population avec les deux doses de Pfizer, il faudrait au moins trois ans et demi pour le plus rapide. région (l’Emilia Romagna) à 9 ans de la Calabre, la région la plus lente (l’avant-dernière du classement est la Lombardie, qui si elle procédait comme elle l’a fait jusqu’à présent, il faudrait 7 ans et 10 mois pour vacciner tous ses citoyens).

Il est évident que les délais raccourciront avec les vaccins à dose unique. Mais lorsqu’ils seront disponibles et que la population générale sera vaccinée, le nombre de vaccinations quotidiennes devra augmenter considérablement.

Le commissaire à l’urgence sanitaire, Domenico Arcuri, estime que pour achever son plan de vaccination pour les 9 premiers mois de l’année, plus de 12000 personnes doivent être employées dans l’administration par mois entre avril et juin pour ensuite dépasser 20 000 par mois entre juillet et septembre.

Dans sa lettre au Corriere du 6 janvier, il expliquait qu’il avait déjà «reçu 22 000 demandes de médecins et d’infirmières» pour couvrir ce besoin. Mais dans les chiffres (et désolé si nous en fournissons beaucoup, mais c’est le seul moyen de vraiment comprendre comment les choses se passent) il y a un hic, comme Sanità l’a rapporté ces derniers jours.

Au 7 janvier, en effet, 24 193 abonnements à l’appel de recrutement du personnel nécessaire au plan de vaccination étaient arrivés. «Parmi celles-ci», écrit le site d’information sur les politiques de santé, «19 196 sont les candidatures déjà terminées et 4 997 celles en phase de compilation (dont la profession n’est pas encore connue).

«Sur les demandes remplies, 14 808 ont été soumises par des médecins, 3 980 par des infirmières et 408 par des assistants de santé. Le problème est donc qu’il y a environ 12 000 demandes de médecins en plus («seulement» trois mille étaient nécessaires) mais 3 980 infirmières et 408 assistants de santé, soit 7 612 de moins que celles demandées », comme l’explique Quotidiano Sanità.

«Si la demande d’infirmières et d’assistants de santé n’augmente pas, le budget alloué ne sera pas suffisant car un médecin coûte plus du double des deux autres professionnels» ajoute le site. En bref: les médecins ne peuvent pas simplement être déplacés pour faire le travail d’infirmières car (s’ils acceptent), les fonds alloués ne suffiraient pas à payer leurs salaires qui sont plus élevés. En effet, l’avis prévoit un salaire mensuel brut de 6 538 euros pour les médecins et de 3 077 euros bruts pour les infirmières.

En Italie, il y a depuis longtemps moins d’infirmières qu’il n’en faut parce qu’elles sont relativement peu rémunérées pour le travail très lourd qu’elles doivent faire. «Tout le monde sait que la pénurie d’infirmières est cyclique: nous l’avons surmontée en 2000 en important 30 000 opérateurs de l’étranger. Cela devait se reproduire.

«Notre pays ne peut compter que sur 557 infirmières pour 100 000 habitants, contre 1 024 en France et 1 084 en Allemagne», a déclaré à la presse Andrea Bottega, secrétaire national du syndicat des professions infirmières NurSind. C’est l’une des nombreuses lacunes de notre système de santé (ou plutôt de nos systèmes de santé, car ils se sont avérés très différents selon les régions) qui est apparue avec la pandémie, à laquelle nous devrons nous attaquer le plus rapidement possible.

Dans l’intervalle, cependant, le problème du recrutement d’infirmières pour les vaccins doit être résolu rapidement. Il est essentiel d’éviter les ralentissements qui pourraient bloquer la santé du pays et, par conséquent, la reprise économique.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *