7 mars 2021

566 avions commerciaux livrés en 2020

Les résultats de 2020 démontrent la résilience d’Airbus dans la crise la plus difficile à frapper l’industrie aérospatiale

  • 566 avions commerciaux livrés dans un environnement de marché défavorable
  • Les données financières reflètent le premier plan d’adaptation de l’entreprise et de maîtrise de la trésorerie
  • Chiffre d’affaires annuel 49,9 milliards d’euros; EBIT ajusté de l’année 1,7 milliard d’euros

Airbus SE a publié ses résultats financiers consolidés pour l’exercice 2020 et a fourni des orientations pour 2021.

«Les résultats de 2020 démontrent la résilience d’Airbus dans la crise la plus difficile à frapper l’industrie aérospatiale. Je tiens à remercier nos équipes pour leurs belles réalisations en 2020 et à saluer le fort soutien de nos activités Hélicoptères et Défense et Espace. Je tiens également à remercier nos clients, fournisseurs et partenaires pour leur fidélité à Airbus », a déclaré Guillaume Faury, PDG d’Airbus. «De nombreuses incertitudes demeurent pour notre industrie en 2021 alors que la pandémie continue d’avoir un impact sur les vies, les économies et les sociétés. Nous avons publié des conseils pour offrir une certaine visibilité dans un environnement instable. À plus long terme, notre ambition est de conduire le développement d’une industrie aérospatiale mondiale durable.

Les commandes nettes d’avions commerciaux se sont élevées à 268 (2019: 768 avions) avec un carnet de commandes comprenant 7 184 avions commerciaux au 31 décembre 2020. Airbus Helicopters a enregistré 268 commandes nettes (2019: 310 unités), dont 31 NH90 pour la Bundeswehr au T4 et au 11 H160s. Les prises de commandes en valeur d’Airbus Defence and Space ont augmenté de 39% d’une année sur l’autre à 11,9 milliards d’euros, un book-to-bill supérieur à un, principalement grâce à d’importants contrats remportés dans Military Aircraft. Cela comprenait un contrat signé en novembre pour la livraison de 38 nouveaux Eurofighters pour l’armée de l’air allemande.

Les prises de commandes consolidées en valeur ont diminué à 33,3 milliards d’euros (2019: 81,2 milliards d’euros), le carnet de commandes consolidé étant évalué à 373 milliards d’euros au 31 décembre 2020 (fin 2019: 471 milliards d’euros). La diminution de la valeur du carnet de commandes d’avions commerciaux reflète le nombre plus élevé de livraisons par rapport aux prises de commandes, l’affaiblissement du dollar américain et une évaluation de la recouvrabilité du carnet de commandes.

Consolidées revenus a diminué à 49,9 milliards d’euros (2019: 70,5 milliards d’euros), en raison de l’environnement de marché difficile qui affecte l’activité des avions commerciaux avec 34% de livraisons en moins d’une année sur l’autre. Au total, 566 avions commerciaux ont été livrés (2019: 863 avions), dont 38 A220, 446 A320 de la famille, 19 A330, 59 A350 et 4 A380. Au cours du quatrième trimestre 2020, 225 avions commerciaux au total ont été livrés dont 89 en décembre. En 2020, Airbus Helicopters a livré 300 unités (2019: 332 unités) avec un chiffre d’affaires en hausse d’environ 4%, bénéficiant d’un mix produits favorable et d’une croissance des services. Le chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space a diminué d’environ 4%, reflétant principalement la baisse du volume ainsi que l’impact du COVID-19 sur le phasage des activités, principalement dans les systèmes spatiaux.

Consolidées EBIT ajusté – une mesure alternative de la performance et un indicateur clé capturant la marge commerciale sous-jacente en excluant les charges ou bénéfices importants causés par les mouvements de provisions liés aux programmes, aux restructurations ou aux effets de change ainsi que les plus / moins-values ​​de cession et d’acquisition d’entreprises – s’élève à 1706 millions d’euros (2019: 6 946 millions d’euros). Cela reflète principalement la baisse des performances des avions commerciaux, qui a été soutenue par une forte contribution d’Airbus Helicopters et d’Airbus Defence and Space.

EBIT ajusté d’Airbus de 618 millions d’euros (2019: 5 947 millions d’euros(1)) reflète principalement la réduction des livraisons d’avions commerciaux et la moindre rentabilité associée. Il comprend également -1,1 milliard d’euros de charges liées au COVID-19. En janvier 2021, une mise à jour des taux de production a été communiquée en réponse à l’environnement de marché, les taux devant rester plus bas plus longtemps.

L’EBIT ajusté d’Airbus Helicopters a augmenté à 471 millions d’euros (2019: 422 millions d’euros), principalement grâce à de solides activités liées au gouvernement et à une exécution fiable des programmes. Il comprend également une baisse des dépenses de recherche et développement (R&D) reflétant la fin du processus de certification de l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (EASA) pour le H145 à cinq pales et le H160.

L’EBIT ajusté d’Airbus Defence and Space a augmenté à 660 millions d’euros (2019: 565 millions d’euros), reflétant principalement des mesures de maîtrise des coûts et une baisse des dépenses de R&D, en partie compensées par l’impact du COVID-19, y compris sur l’activité lanceurs.

Au total, 9 avions de transport militaires A400M ont été livrés au cours de l’année, la Belgique ayant pris livraison de son premier de sept avions en décembre. La feuille de route des capacités de l’avion a bien progressé, y compris la campagne d’essais en vol pour la certification de vol automatique à basse altitude.

Consolidées dépenses de R&D autofinancées a diminué à 2858 millions d’euros (2019: 3 358 millions d’euros).

Consolidées L’EBIT (publié) s’établit à -510 millions d’euros (2019: 1 339 millions d’euros), y compris les ajustements totalisant un montant net de -2,216 millions d’euros.

Ces ajustements comprenaient:

  • -1 202 millions d’euros liés au plan de restructuration d’entreprise;
  • – 385 millions d’euros liés au coût du programme A380, dont -27 millions d’euros au T4;
  • -480 millions d’euros liés à l’inadéquation des paiements avant livraison en dollars et à la réévaluation du bilan, dont -106 millions d’euros au T4;
  • -149 millions d’euros d’autres coûts (y compris la conformité), dont -21 millions d’euros au T4.

La perte nette consolidée s’établit à -1 133 millions d’euros (perte nette 2019: -1 362 millions d’euros). Il comprend le résultat financier de -620 millions d’euros (2019: -275 millions d’euros). Le résultat financier reflète largement les intérêts créditeurs de -271 millions d’euros, l’impact de la réévaluation de l’investissement de lancement remboursable dans les autres résultats financiers de -157 millions d’euros, ainsi qu’un montant net de -149 millions d’euros lié aux instruments financiers de Dassault Aviation. Il comprend également la dépréciation du prêt OneWeb, comptabilisée au premier trimestre 2020. La perte consolidée par action publiée était de -1,45 € (2019: -1,75 €).

Consolidées le cash-flow libre avant M&A et financement client s’élève à -6 935 millions d’euros (2019: 3 509 millions d’euros), y compris le paiement des pénalités de conformité de -3,6 milliards d’euros au T1 2020. Le cash-flow libre T4 2020 avant M&A et financement client de 4,9 milliards d’euros reflète le bon niveau des livraisons d’avions au cours du trimestre, la bonne performance des hélicoptères et de la défense et de l’espace, ainsi qu’une forte concentration sur la gestion du fonds de roulement.

Diverses mesures ont été prises en 2020 pour maintenir une position de liquidité solide tout en traversant la crise du COVID-19, notamment une nouvelle facilité de crédit de 15,0 milliards d’euros. Grâce à sa bonne cote de crédit, la Société a pu limiter les charges d’intérêts à 0,4 milliard d’euros sur l’année et allonger les échéances des sources de financement en émettant de nouvelles obligations.

Les investissements industriels en année pleine s’élèvent à environ 1,8 milliard d’euros, en baisse d’environ 0,6 milliard d’euros d’une année sur l’autre suite à la priorisation des projets. Le cash-flow libre consolidé s’est élevé à -7 362 millions d’euros (2019: 3 475 millions d’euros). La trésorerie nette consolidée s’élevait à 4,3 milliards d’euros au 31 décembre 2020 (fin 2019: 12,5 milliards d’euros) avec une trésorerie brute de 21,4 milliards d’euros (fin 2019: 22,7 milliards d’euros).

Compte tenu de l’environnement commercial mondial, aucun dividende ne sera proposé pour 2020. Cette décision vise à renforcer la résilience financière de la Société en protégeant la trésorerie nette et en soutenant sa capacité à s’adapter à l’évolution de la situation.