15 janvier 2021

Stratégie pour le capital humain en Afrique de l'Ouest: contenant COVID-19

Alors que le continent africain s'efforce de contenir la propagation du COVID-19 à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières, la Banque africaine de développement travaille actuellement en partenariat avec les États sur le développement d'une stratégie de capital humain en Afrique de l'Ouest pour donner un pouvoir à un plan d'emploi dans la région de l'Afrique de l'Ouest.

En partenariat avec la communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Banque africaine de développement (BAD) a défini le plan stratégique du capital humain pour le bloc de l'Afrique de l'Ouest.

La Banque a organisé un forum virtuel des parties prenantes pour définir la stratégie du capital humain en Afrique de l'Ouest en partenariat avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Le forum, qui a réuni fin avril plus de 100 parties prenantes de toute l'Afrique, a accepté d'investir dans le capital humain pour accélérer le développement et la prospérité économique.

Martha Phiri, directrice de la BAD du Département du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences de la Banque, a déclaré que l'une des cinq priorités stratégiques de la Banque était «d'améliorer la qualité de vie des populations africaines», qui reconnaît la nécessité de former les jeunes africains pour les emplois d'aujourd'hui et de demain.

« Des millions d'emplois ont été menacés en raison de la pandémie de COVID-19, certaines fonctions étant désormais éteintes, presque du jour au lendemain », a-t-elle déclaré dans un discours d'ouverture lors du forum.

D'autres intervenants ont fait des présentations sur la stratégie et ont invité les participants à faire part de leurs objectifs et de son plan d'action, ainsi que des représentants des ministères, départements et organismes gouvernementaux des 15 États régionaux de la CEDEAO, des partenaires au développement, des organisations de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé. .

Un récent rapport de la Banque africaine de développement sur la quatrième révolution industrielle en Afrique, indique que l'automatisation remplacera environ 47% des emplois actuels d'ici 2030.

«La perturbation, la numérisation et la mondialisation entraînent des changements rapides dans le paysage de l'éducation, des compétences et du travail. Ces changements mettent en évidence l'écart croissant entre le niveau actuel de compétences des travailleurs potentiels dans la région et la demande des employeurs pour les compétences pertinentes », a déclaré la Banque dans son rapport.

«Afin d'anticiper et de préparer la résilience de nos États à faire face à toutes les situations, il s'est avéré important de faire le point sur la situation du capital humain, de définir une stratégie et un plan d'action pour la région», Finda Koroma, Vice-présidente de la Commission de la CEDEAO Le président, a déclaré aux participants.

La stratégie de la CEDEAO, en cours d'élaboration avec le soutien de la société de conseil Ernst & Young Nigeria, se concentre sur l'éducation, le développement des compétences et les défis et opportunités du travail dans la sous-région.

Les commentaires seront intégrés dans le rapport final, qui présentera des stratégies et des solutions pour investir dans le capital humain en Afrique de l'Ouest afin d'accélérer le développement et la prospérité économique.

Également au forum, le commissaire de la CEDEAO pour l'éducation, la science et la culture, le professeur Leopoldo Amado; Le Directeur de la CEDEAO pour l'Education, la Science et la Culture, le Professeur Abdoulaye Maga; et Dr. Sintiki Ugbe, Directeur des Affaires Humanitaires et Sociales de la CEDEAO.

La Banque africaine de développement et le gouvernement du Japon ont cofinancé la stratégie de la CEDEAO sur le capital humain dont la version finale devrait être publiée le mois prochain (juin).

Le président du groupe de la BAD, le Dr Akinwumi Adesina, a demandé aux responsables du gouvernement africain des États-Unis et aux dirigeants d'entreprise de forger de nouveaux partenariats durables qui dureraient au-delà de la pandémie de COVID-19 en Afrique.

Il a noté dans sa déclaration fin avril qu'un effort mondial accéléré en matière de santé et d'économie est nécessaire pour vaincre la pandémie de COVID-19 en Afrique. S'exprimant lors d'un webinaire du Conseil d'entreprise mondial sur l'Afrique (CCA), Adesina a déclaré: «Une mort est une de trop» et que «notre humanité collective est en jeu.

La CCA est une association commerciale de premier plan aux États-Unis qui fait la promotion des affaires et des investissements entre les États-Unis et l'Afrique. Exhortant les participants à être les gardiens de leurs frères et soeurs, Adesina a déclaré qu'il était impératif de prêter attention aux inégalités mondiales sous-jacentes et à l'impact sur les pays riches et pauvres.

Adesina a souligné la récente obligation de la Banque «Fight COVID-19» de 3 milliards de dollars, la plus importante obligation sociale jamais libellée en dollars américains.

L'obligation, sursouscrite à 4,6 milliards de dollars américains, est cotée à la Bourse de Londres.

La BAD a également lancé un mécanisme de réponse COVID-19 de 10 milliards de dollars pour aider les gouvernements et les entreprises africains.

Le plan de réponse de la Banque comprend 5,5 milliards de dollars US destinés aux gouvernements africains, 3,1 milliards de dollars US pour les pays qui relèvent du Fonds de développement africain concessionnaire de la Banque et 1,4 milliard de dollars US pour le secteur privé.

Répondant à plusieurs questions sur le système de santé en Afrique, Adesina a déclaré que la région doit plus que doubler les dépenses dans le secteur. Il a cité la pénurie aiguë d'installations et de sociétés pharmaceutiques sur le continent comme opportunités de développement et d'investissement.

Il a noté que si la Chine abrite 7 000 sociétés pharmaceutiques et l'Inde 11 000, l'Afrique, en revanche, n'en compte que 375, même si sa population est à peu près égale à la moitié de la population combinée des deux géants asiatiques.

Il a souligné que si les taux d'infection au COVID-19 sont relativement faibles par rapport au reste du monde, il existe un sentiment d'urgence croissant étant donné l'absence aiguë d'infrastructures de soins de santé sur le continent.

Avec un œil sur la crise actuelle et au-delà, Adesina a appelé à des partenariats urgents, nouveaux et résilients qui ne laisseront personne de côté. Le président et chef de la direction du Corporate Council on Africa, Florie Liser, a salué le rôle de leadership proactif de la Banque africaine de développement dans la réponse à la crise en Afrique.

«La pandémie de COVID-19 menace d'effacer la croissance et les gains économiques sans précédent de l'Afrique au cours de la dernière décennie», a-t-elle déclaré.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *