27 février 2021

Les Pays-Bas, un royaume en feu à cause du COVID19

Reconnu comme le pays le plus libéral du monde, les citoyens néerlandais s’inquiètent des libertés qui leur sont enlevées. Les Pays-Bas dans un état de chaos après que les manifestants aient vandalisé les grandes villes des Pays-Bas et sont toujours en cours.

Ce virus prend la liberté des sujets dans le pays le plus libéral de la planète.

Les Pays-Bas sont à la limite, les villes sont en feu. «Nous prenons ces mesures, non pas pour le plaisir, mais parce que nous combattons le virus et c’est ce virus qui nous enlève la liberté en ce moment», a déclaré un porte-parole de la police à Amsterdam. Nous avons toujours dit que la sécurité publique doit être la priorité absolue.

Les Pays-Bas ont subi les pires émeutes en 40 ans et les activités se poursuivent.

Les manifestants néerlandais ont à nouveau défié le nouveau couvre-feu du pays pour protester contre les restrictions gouvernementales visant à arrêter la propagation du coronavirus. Des centaines de personnes ont été arrêtées ces derniers jours alors que les manifestations sont devenues violentes avec des émeutiers attaquant la police.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré: «Ce qui a motivé ces personnes n’a rien à voir avec les manifestations», a-t-il déclaré aux journalistes lundi. «C’est de la violence criminelle et nous la traiterons comme telle.»

Les magasins sont pillés, les incendies de rue et les tirs de pierres sur les policiers ont mis le Royaume à bout. La plupart des activités ont été détectées à Amsterdam, ainsi qu’à La Haye et à Rotterdam.

Les bars et restaurants du pays sont fermés depuis octobre. Les écoles et les magasins non essentiels ont été fermés le mois dernier pour tenter d’atténuer la propagation du virus.

Au moins 13686 personnes aux Pays-Bas sont décédées du coronavirus lundi soir, selon le Coronavirus Resource Center de l’Université Johns Hopkins qui suit les taux mondiaux d’infection et de mortalité dus au virus. Il y a plus de 966 000 infections confirmées aux Pays-Bas, un pays de seulement 17 millions d’habitants.

Le Conseil mondial du voyage et du tourisme maintient son plaidoyer pour la réouverture du tourisme, mais nous ne pensons pas qu’il doit y avoir un conflit entre la sécurité publique et la réouverture en toute sécurité des frontières internationales et la reprise des voyages internationaux. Les interdictions de voyager et / ou les mises en quarantaine pour les passagers en bonne santé ne devraient pas être nécessaires si des tests efficaces avant le départ sont en place, le port de masques faciaux est obligatoire et des protocoles de sécurité et d’hygiène solides sont suivis.

La mise en œuvre rapide des vaccins, en particulier pour les plus vulnérables, contribuera également à réduire progressivement le terrible impact du COVID-19.