16 juin 2021

Le Kenya fait pression pour des partenariats public-privé pour freiner les conflits humains-faune

Le Kenya perd plus d’espèces sauvages à cause des conflits homme-faune que du braconnage. Nous avons besoin de la bonne volonté des gens, a déclaré aujourd’hui le secrétaire kényan du Tourisme et de la Faune, Najib Balala.

  1. Le secrétaire du cabinet du tourisme et de la faune du Kenya, Najib Balala, a appelé les parties prenantes du secteur de la faune et de la conservation à travailler avec le gouvernement pour renforcer les partenariats public-privé dans la lutte contre les conflits entre l’homme et la faune.
  2. «Les mesures d’atténuation sont à court terme. Le dialogue doit approfondir en termes de financement, de cartographie et de prise de décisions sévères mais cruciales pour la conservation de notre faune. Que la communauté mondiale soutienne pleinement les efforts de conservation des éléphants en paroles et en nature », a noté Balala.
  3. Le CS a fait ces remarques hier lors d’un webinaire qui a vu la projection et la discussion de «Living on the Edge», un film documentaire de Black Bean Productions qui a mis en évidence le sort de la crise humaine-éléphants en Afrique.

Le webinaire, animé par le directeur des relations gouvernementales de la Fondation Elephant Protection Initiative (EPIF), le Dr Winnie Kiiru, a présenté des dialogues d’éminents décideurs, experts, investisseurs et régulateurs de la faune et de la conservation, qui comprenaient:

  • Prof. Lee White, CBE: Ministre des forêts, des océans, de l’environnement et du changement climatique, Gabon
  • Greta Lori: Directrice du développement des programmes, EPIF
  • Grant Burden: Conseiller spécial sur les conflits humains-éléphants, EPIF

S’exprimant lors du webinaire, le professeur White a déclaré que le changement climatique affectait la population d’éléphants, les obligeant à quitter leur habitat pour aller chercher de la nourriture dans les établissements humains.

Grant Burden, de son côté, a souligné la nécessité d’impliquer les communautés locales dans les discussions sur les solutions à long terme aux conflits homme-faune.

S’appuyant sur le point de M. White, Greta Lori a réitéré la façon dont les changements humains, agricoles, industriels et climatiques affectent la faune et la nécessité de définir de nouvelles façons de coexister pacifiquement avec eux.

CS Balala a insisté sur la question de la fermeture des marchés de l’ivoire dans l’Union européenne et au Japon parce que la disponibilité de ces marchés est la plus grande menace pour la conservation des éléphants.

«En 2020, 0 rhinocéros et 9 éléphants ont été braconnés au Kenya. C’est un grand pas en avant dans la conservation de notre faune. Cependant, nous perdons plus d’animaux à cause des conflits humains-faune que du braconnage. Nous devons donc nous attaquer au problème maintenant, sinon nous perdrons la bonne volonté des gens, ce qui serait désastreux pour la conservation des éléphants », a ajouté Balala.

Le CS a déclaré que lorsque nous perdons la bonne volonté des gens, alors tout le programme de conservation sera perdu. C’est pourquoi nous devons agir maintenant, protéger les populations et investir dans des mesures d’atténuation des conflits humains-faune qui soient à long terme et qui donnent aux gens le sentiment d’être protégés de la faune.