7 mars 2021

Il pourrait devenir nécessaire de fermer certaines parties de la société

Le «modèle suédois» a suscité des critiques tant au pays qu’à l’étranger. Le monarque régnant de Suède, le roi Carl XVI Gustaf, a déclaré en décembre que la stratégie s’était avérée un échec

  • Le gouvernement suédois met en garde contre d’autres restrictions du COVID-19
  • La Suède pourrait fermer ses restaurants et ses salles de sport
  • Public Health Agency, met en garde contre un «très grand nombre» de cas de COVID-19 en Suède

La ministre suédoise de la Santé, Lena Hallengren, a annoncé qu ‘«il pourrait devenir nécessaire de fermer certaines parties de la société suédoise», ajoutant qu’il existe «un risque tangible d’une troisième vague d’infection au COVID-19».

«Une troisième vague de coronavirus est en cours en Europe. Nous devons être vigilants », a-t-elle déclaré lors du récent point de presse.

Le gouvernement du pays, qui hésitait auparavant à instituer des restrictions strictes contre le COVID-19, envisage maintenant d’étendre considérablement ses pouvoirs de verrouillage, alors que la Suède se prépare à une troisième vague d’infections.

Plus de 19600 nouveaux cas de COVID-19 à l’échelle nationale ont été enregistrés dans le dernier rapport hebdomadaire, publié par le gouvernement suédois le 12 février.

Le gouvernement a déjà le pouvoir de fermer des centres commerciaux. Les autorités veulent désormais pouvoir fermer tous les détaillants, restaurants, gymnases, salons de coiffure et piscines, et restreindre les opérations des parcs d’attractions, des zoos, des musées et des galeries d’art. En vertu de ce plan, les autorités locales auraient le pouvoir de limiter les activités dans les parcs publics et les bains publics.

Toutes ces propositions seront présentées pour de nouvelles consultations d’ici le 26 février, a indiqué le gouvernement dans le communiqué. Les nouvelles règles entreront probablement en vigueur le 11 mars, selon les médias locaux.

Contrairement à de nombreux pays européens et nordiques, la Suède a été très réticente à imposer des restrictions strictes contre les coronavirus, telles qu’un verrouillage national ou un mandat de masque. Les autorités se sont fortement appuyées sur les personnes qui suivent volontairement les recommandations sanitaires et sur la recherche des contacts.

Cette politique, connue sous le nom de «modèle suédois», a suscité des critiques tant au pays qu’à l’étranger. Le monarque régnant de Suède, le roi Carl XVI Gustaf, a déclaré en décembre que la stratégie s’était avérée un échec.

L’augmentation des infections a incité la Suède à adopter une «loi sur la pandémie» en janvier 2021, qui autorise des mesures plus restrictives. Le pays a renforcé le contrôle aux frontières au début du mois, obligeant les ressortissants étrangers à présenter un test Covid-19 négatif à leur arrivée.

Plus de 622.100 personnes ont été infectées par le coronavirus en Suède depuis le début de la pandémie, et près de 12600 sont décédées, selon les données du gouvernement.