13 avril 2021

Comment la promesse Tiaki de la Nouvelle-Zélande fait progresser les voyages et le tourisme régénératifs

goodtourismblog.com

La chercheuse indépendante Bronwyn Hutchison se penche sur l’engagement de la Nouvelle-Zélande en matière de soins à la destination, la promesse Tiaki, et son potentiel pour faire progresser les voyages et le tourisme régénératifs. C’est un aperçu du «bon tourisme».

La pandémie COVID-19 a fait des ravages sur le tourisme national et international dans le monde entier. Mais le tourisme fait ses propres ravages sur l’environnement et les communautés hôtes à travers la planète depuis des décennies. Malgré des années de discours sur le développement durable, le tourisme a continué à être structuré autour de la croissance soutenue avant le respect de l’environnement et des priorités des communautés d’accueil.

La pandémie a donné aux communautés hôtes l’occasion de faire une pause et d’exprimer ce qu’elles attendent du tourisme. La réponse est que il ne s’agit pas uniquement de plus de touristes.

Pour rétablir l’équilibre du tourisme et reconnaître les réalités interconnectées des personnes et de la planète, nous devons comprendre que le tourisme fait partie d’un système complexe. Une approche de tourisme régénératrice fait exactement cela et la promesse Tiaki de la Nouvelle-Zélande est un élément facilitateur d’un tel système.

Qu’est-ce que la régénération et le développement régénératif?

La régénération est le processus d’auto-renouvellement que les systèmes naturels utilisent pour prospérer et s’adapter à long terme. Le développement régénératif vise donc un bien-être humain et environnemental épanoui qui va au-delà du maintien du statu quo.

Le développement régénératif remplace une manière de penser linéaire par une autre. Il est plus proactif dans l’établissement de résultats positifs que le développement durable, qui tend à minimiser les résultats négatifs. Le développement régénératif reconnaît l’interdépendance des humains les uns avec les autres et le monde naturel et, de manière critique, que les humains ne sont pas les parties supérieures du système.

Voir aussi «GT» Insight de Susanne Becken et David Gillbanks
«Tourisme régénératif vs tourisme durable: quelle est la différence?»

Lors de l’application des principes de régénération au tourisme, il est évident que nous devons reconsidérer la façon dont nous encadrons le tourisme et ses priorités pour refléter cette compréhension. Cependant, le tourisme est un système complexe composé de nombreuses parties en interaction qui ont des valeurs qualitatives.

Un changement durable n’est ni rapide ni facile.

Comment changer un système

Ce qui est nécessaire pour changer un système est un changement de paradigme d’où vient le système; un changement de mentalité qui détermine son objectif et ses priorités. Le tourisme régénérateur nécessite donc de passer d’une vision du tourisme comme un système extractif – prenant tout ce qu’il peut des environnements et des communautés d’accueil – à un système régénérateur qui permet l’épanouissement.

Une partie de ce recadrage n’est plus affichée les touristes en tant que consommateurs avec des privilèges spéciaux. Le contrat social entre les visiteurs et les hôtes doit être élaboré afin que les besoins et les valeurs de la communauté soient priorisés, y compris ceux des peuples autochtones. Une façon d’y parvenir est de créer une culture commune de normes sociales à la fois stimulantes et porteuses d’espoir. C’est ce que cherche à faire la promesse Tiaki.

Voir aussi David Gillbanks
«L’avenir du tourisme a-t-il échoué dans les communautés d’accueil?»

Quelle est la promesse Tiaki?

La promesse Tiaki a été introduit dans Aotearoa (Nouvelle-Zélande) en novembre 2018 par sept organisations: Air New Zealand, le Department of Conservation, Local Government New Zealand, New Zealand Maori Tourism, Tourism Holdings Ltd, Tourism Industry Aotearoa et Tourism New Zealand. C’était en grande partie une réponse aux plaintes des résidents concernant le mauvais comportement des touristes – en particulier les campeurs de la liberté qui ne respectent pas l’environnement et les touristes autonomes impliqués dans des accidents de la route – et les perceptions du surtourisme dans certains endroits.

Tiaki signifie prendre soin des gens et du lieu. La promesse Tiaki est un engagement à prendre soin de la Nouvelle-Zélande maintenant et pour les générations futures.

La promesse Tiaki est l’une des nombreuses promesses de destination récemment introduit pour influencer positivement le comportement des touristes. Ce type de culture de cause commune facilite la santé des systèmes en créant une connexion positive basée sur des valeurs qui encourage un changement de comportement à long terme. À partir d’une approche systémique, la Promesse Tiaki modifie les paradigmes internes des objectifs des touristes et réorganise les priorités des parties prenantes du système touristique afin que les deux s’alignent sur les besoins et les désirs des communautés d’accueil.

Promesse non tenue?

La promesse Tiaki est ambitieuse. C’est un exemple de la façon dont on pourrait faciliter le tourisme régénérateur au niveau communautaire. Mais la régénération systémique doit avoir lieu à tous les niveaux. Et il est clair qu’il reste un long chemin à parcourir.

Voir aussi le «GT» Insight de Josie Major
«Comment changer une expérience de voyage et de tourisme emblématique… pour de bon»

En mars 2021, le conseiller environnemental en chef d’Air New Zealand, Sir Jonathan Porritt, a exprimé son soutien à augmenter le coût des vols internationaux pour payer les émissions de gaz à effet de serre. Sir Porritt aurait déclaré qu’il était en faveur de décourager les voyages aériens irresponsables, qu’il ne pense pas que le nombre de visiteurs internationaux en Nouvelle-Zélande puisse simplement continuer à croître sans limites et que l’industrie aéronautique doit de toute urgence réduire ses émissions.

Moins de deux semaines plus tard, il a été signalé qu’Air New Zealand rétablira non seulement les vols vers son réseau de neuf villes australiennes, mais aussi ajouter une nouvelle destination australienne. Une croissance continue signifie une augmentation continue des émissions, plus de touristes et plus de dommages environnementaux. Si une taxe sur les émissions peut aider à financer des projets sur le changement climatique, elle ne peut pas changer le fait que le transport aérien est un contributeur important au changement climatique en premier lieu. Il y a aussi Vol touristique de 10 heures d’Air New Zealand pour voir l’Aurora Australis; un excellent exemple de voyages aériens irresponsables et une autre indication de l’absence de tout engagement réel à l’égard des questions environnementales.

La promesse Tiaki peut faciliter la modification des paradigmes internes et alimenter un système de tourisme régénérateur, mais même un système sain est susceptible d’être intrusé par des forces plus fortes. Ainsi, le «je fais» d’accepter la promesse de Tiaki doit devenir «nous faisons», y compris les entreprises et les gouvernements. Car ce n’est qu’en agissant de concert que le potentiel d’épanouissement humain et environnemental grâce à un système de tourisme régénérateur peut devenir une réalité.

Qu’en penses-tu? Partagez une courte anecdote ou un commentaire ci-dessous. Ou rédiger un aperçu «GT» plus approfondi. Le blog «Bon tourisme» se félicite de la diversité d’opinions et de points de vue sur les voyages et le tourisme car les voyages et le tourisme sont l’affaire de tous.

L’image sélectionnée (haut de l’article): Tiaki Promise Dolphin (du site Tiaki Promise) incrusté dans une vue de Roy’s Peak, Wanaka, Nouvelle-Zélande (par Jasper van der Meij (CC0) via Unsplash).

A propos de l’auteur

Bronwyn Hutchison

Bronwyn Hutchison est une chercheuse indépendante qui termine sa maîtrise sur le tourisme régénératif à l’Université Massey en Nouvelle-Zélande. Mme Hutchison s’intéresse particulièrement au tourisme autochtone et au rôle du tourisme dans l’autonomisation des genres.