5 juillet 2020

Une baisse drastique du transport aérien a considérablement affecté les résultats trimestriels

Le Groupe Lufthansa a clôturé le premier trimestre avec un EBIT ajusté de moins 1,2 milliard d'euros.

«Le trafic aérien mondial s'est pratiquement immobilisé ces derniers mois. Cela a eu une incidence sans précédent sur nos résultats trimestriels. Compte tenu de la reprise très lente de la demande, nous devons maintenant prendre des mesures de restructuration de grande envergure pour y remédier », a déclaré Carsten Spohr, président du directoire de Deutsche Lufthansa AG.

Premier trimestre 2020

La société communique aujourd'hui les résultats du premier trimestre 2020, dont la publication était initialement prévue pour le 30 avril et avait été reportée en raison des effets de la crise corona. Les chiffres clés les plus importants ont déjà été annoncés dans un communiqué ad hoc du 23 avril.

Les restrictions de voyage imposées en raison de la propagation mondiale du coronavirus ont eu un impact significatif sur l'évolution des bénéfices du groupe Lufthansa au premier trimestre 2020. Le chiffre d'affaires du groupe au premier trimestre a baissé de 18% à 6,4 milliards d'euros (année précédente: 7,8 milliards d'euros) . Les réductions de coûts n'ont pu que partiellement compenser la baisse des revenus au cours du trimestre. L'EBIT ajusté s'est élevé à moins 1,2 milliard d'euros au premier trimestre 2020 (exercice précédent: moins 336 millions d'euros). Le résultat net s'élève à moins 2,1 milliards d'euros.

Les dépréciations d'actifs liées à la crise et l'évolution négative de la valeur des couvertures carburant ont eu un impact négatif significatif sur le résultat net du trimestre. Le Groupe a enregistré des dépréciations de 266 millions d'euros sur les avions hors service et de 157 millions d'euros sur les écarts d'acquisition de LSG North America (moins 100 millions) et d'Eurowings (moins 57 millions). L'évolution négative de la valeur de marché des couvertures de coûts de carburant a eu un impact négatif de 950 millions d'euros sur le résultat financier des trois premiers mois de l'année. 60 millions étaient liés à des couvertures arrivées à expiration au premier trimestre et avaient un impact négatif sur les résultats correspondant à la trésorerie. Le solde correspond à la valorisation des couvertures arrivant à échéance à compter du 31 mars. Le cash flow libre ajusté s'élève à 620 millions d'euros. Par rapport à fin 2019, le ratio de fonds propres a baissé de 6,7 points de pourcentage à 17,3% et l'endettement net de 5% à 6,4 milliards d'euros. Les provisions pour retraites s'élèvent à 7,0 milliards d'euros. Ils étaient ainsi supérieurs de 5% à la fin de l'année.

Développement du trafic

Au total, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa ont transporté 21,8 millions de passagers au cours des trois premiers mois, soit environ un quart de moins qu'au même trimestre de l'année dernière (- 26,1%). Le coefficient d'occupation des sièges a chuté de 4,7 points de pourcentage pour s'établir à 73,3% au cours de cette période. La capacité de fret proposée a diminué de 15% et les kilomètres de fret vendus de 15,5%. Il en résulte un facteur de charge de 62,5%, soit 0,4 point de pourcentage de moins.

En avril, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa ont enregistré une baisse de 98,1% en glissement annuel à 241 000 passagers. L'offre a chuté de 96,0%. Le coefficient d'occupation des sièges a chuté de 35,8 points de pourcentage pour s'établir à 47,5%. L'offre de fret était inférieure de 60,7% à celle d'avril 2019, en particulier en raison d'un manque de capacité sur les vols de passagers. En revanche, les kilomètres de fret vendus n'ont diminué que de 53,1%, de sorte que le facteur de charge de fret a augmenté de 11,5 points de pourcentage pour atteindre 71,5%. Les volumes de passagers et de fret en mai ont de nouveau été nettement inférieurs à ceux de l'année précédente.

Développement de la liquidité

Les mesures de soutien de l'État garantissent la solvabilité de l'entreprise jusqu'à ce qu'elle soit en mesure de générer des fonds suffisants à partir de ses propres ressources. Au 31 mars 2020, la liquidité du groupe Lufthansa s’élevait à environ 4,3 milliards d’euros.

«Nous avons réussi à réduire d'un tiers les coûts fixes en peu de temps. Néanmoins, dans notre activité opérationnelle, nous consommons actuellement environ 800 millions d'euros de notre réserve de liquidité par mois. En outre, le remboursement des billets d'avion annulés et le remboursement des passifs financiers échus auront un impact négatif prévisible sur notre développement de liquidités », a déclaré Thorsten Dirks, membre de la direction numérique et financière de Deutsche Lufthansa AG.

Le groupe Lufthansa lance une restructuration complète

«Afin de rembourser rapidement les prêts et les coupons, nous devrons augmenter considérablement notre flux de trésorerie disponible annuel par rapport aux niveaux d'avant la crise – même si la demande mondiale de vols restera inférieure aux niveaux d'avant la crise pour les années à venir. Cela ne réussira que si nous mettons en œuvre des programmes de restructuration dans tous les domaines du Groupe et convenons de solutions innovantes avec les syndicats et les comités d'entreprise », explique Thorsten Dirks.

Le groupe Lufthansa prévoit de réduire considérablement les coûts unitaires par rapport aux niveaux d'avant la crise. Entre autres, les coûts fixes ont été réduits par le chômage partiel pour environ 87 000 employés, le report ou l'annulation des projets prévus et le report des événements de maintenance. En outre, les programmes de restructuration en cours chez Austrian Airlines et Brussels Airlines sont encore intensifiés. Brussels Airlines prévoit de réduire sa flotte de 30% et ses effectifs de 25%. Austrian Airlines a décidé de réduire sa capacité à long terme en réduisant sa flotte de 20% et a convenu avec les comités d'entreprise de réduire les coûts de personnel d'environ 20%. Des programmes de restructuration et de réduction des coûts seront également lancés dans d'autres sociétés du groupe Lufthansa. Les négociations avec les avionneurs sur les reports importants des prises de contrôle prévues se poursuivent. En outre, la vente d'unités commerciales non stratégiques individuelles est à l'examen à moyen terme.

Développement des capacités

La baisse de la performance du trafic de plus de 95% au cours des mois d'avril et mai a conduit le Groupe à stationner initialement 700 de ses 763 appareils.

À partir de la mi-juin, cependant, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa étendront considérablement leurs horaires à environ 2 000 liaisons hebdomadaires vers plus de 130 destinations dans le monde. L'objectif est de rendre à nouveau autant de destinations accessibles aux vacanciers et aux voyageurs d'affaires. Hier, le directoire a décidé d'augmenter la capacité offerte en septembre jusqu'à 40% du calendrier initial. Dans le même temps, le nombre de destinations passera à 70% du plan initial pour les vols long-courriers et 90% pour les vols court-courriers afin d'offrir aux clients le choix de destinations le plus large possible. À cette fin, une extension progressive du calendrier des vols est en cours d'élaboration au cours des trois prochains mois. Ce faisant, l'entreprise accélérera le cap déjà engagé pour étendre son offre touristique.

L'entreprise ne prévoit d'augmenter que progressivement la demande. Il attend toujours 300 avions stationnés en 2021 et 200 en 2022. Même après la fin de la crise, qui devrait se terminer en 2023, le Groupe prévoit que sa flotte restera 100 avions plus petits. Une baisse considérable de la demande est également initialement attendue pour les activités de tiers des sociétés de services.

Les compagnies aériennes du groupe Lufthansa se sont préparées à une demande croissante avec des mesures d'hygiène étendues et l'introduction de masques obligatoires à bord. Afin de donner à leurs clients une flexibilité maximale dans la crise de la couronne, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa continuent d'offrir à leurs clients de nombreuses options de réinscription. De plus, les capacités des centres d'appels sont en constante augmentation afin que les clients qui annulent leur vol puissent être remboursés dans les plus brefs délais. Cela devrait permettre des remboursements de billets de l'ordre de millions à trois chiffres par mois. En raison du nombre élevé de demandes de remboursement, des délais d'attente peuvent encore survenir.

Prévision des résultats

L'évolution incertaine de la pandémie corona continue de rendre impossible une prévision précise de la tendance des bénéfices pour 2020. Le groupe Lufthansa continue de s'attendre à une baisse significative de l'EBIT ajusté.

« Même dans cette crise unique, nous travaillons dur pour défendre notre position de leader en Europe », a déclaré Carsten Spohr.

Groupe Lufthansa Janvier mars
2020 2019 Δ
Revenu En millions d'euros 6 441 7,838 -18%
dont revenus de trafic En millions d'euros 4,539 5 805 -22%
EBIT En millions d'euros -1 622 -344 -372%
EBIT ajusté En millions d'euros -1 220 -336 -263%
Résultat net consolidé En millions d'euros -2,124 -342 -521%
Bénéfice par action EUR -4,44 -0,72 -517%
Bilan total Mio. EUR 43 352 42 761 1%
Flux de trésorerie d'exploitation Mio. EUR 1 367 1 558 -12%
Dépenses en capital brutes Mio. EUR 770 1 236 -38%
Flux de trésorerie disponible ajusté Mio. EUR 620 178 248%
Marge EBIT ajustée dans % -18,9 -4,3 -14,6pps.
Employés au 31.03. 136,966 136,795

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *