23 janvier 2021

Remplacement des politiciens par un gouvernement d'experts



Au Monténégro, l'opposition a remporté les élections de dimanche et le peuple monténégrin va enfin avoir un nouveau gouvernement. Le parti au pouvoir était au pouvoir pendant 30 ans.

Le fait est que l'une des dernières dictatures d'Europe, a été modifiée sur les élections, d'une manière pacifique, ce qui est inhabituel, compte tenu du fait que la criminalité et la corruption dominent dans notre pays », a déclaré Aleksandra Gardasevic-Slavuljica, propriétaire d'AGS Marketing . Elle est également la représentante pour la reconstruction du voyage au Monténégro et l'hon. Consul des Seychelles.

Ahe a ajouté: «J'espère que tout changera à partir de demain. Le gouvernement n'a pas officiellement reconnu les résultats des élections, mais il a mentionné que quiconque remporte la majorité devrait être soutenu par les autres. Ils ont dit qu'ils attendraient les résultats officiels annoncés par la commission électorale d'État. Cela pourrait durer quelques jours, mais nous espérons que cela se terminera de manière pacifique. « 

Un initié du Monténégro a déclaré à eTurboNews: «Selon les mathématiques, l'opposition a gagné, mais les mathématiques ne fonctionnent pas lorsque la mafia est au pouvoir. Cependant, ils ne peuvent rien faire pour changer la volonté du peuple. Je pense que dans quelques jours, la situation sera claire.

Aleksandra a déclaré: «Les pourcentages sont corrects. Cependant, «Pour l'avenir du Monténégro» est la plus grande coalition d'opposition, qui ne comprend pas uniquement des partis serbes. Il y a 7 à 8 parties. Le plus important est pro-serbe, mais d’autres sont monténégrins, le parti des travailleurs, parti démocrate qui suit la politique verte. En dehors de cette coalition d'opposition, il y avait 2 autres coalitions d'opposition en compétition et elles sont composées de nationalités différentes vivant au Monténégro: Monténégrins, Bosniaques, Serbes, Albanais. Tous les partis d'opposition étaient formidables et mon premier choix était le parti dont le chef est un grand jeune homme albanais.

Aussi, concernant la majorité au Parlement (41 sièges), il n'y a pas de problème car tout le temps, pendant la campagne, ces 3 oppositions politiques ont souligné qu'à la fin, elles iront ensemble et créeront le gouvernement. C'est ce que les 3 dirigeants ont déjà confirmé ce soir. Donc, il n'y a aucun doute sur le futur gouvernement. Ils ont également clairement déclaré que le gouvernement sera composé d'experts et non de politiciens, ce qui est bien.

Aleksandra s'est demandé: « Dommage que Reuters n'ait pas expliqué tous ces détails. »
Reuters a rapporté: Sur la base de 100% des votes d'un échantillon de bureaux de vote, le CEMI a estimé que le DPS avait obtenu 34,8% des voix, tandis que l'alliance de partis nationalistes principalement serbes, Pour l'avenir du Monténégro, qui souhaite des liens plus étroits avec la Serbie et la Russie, juste derrière avec 32,7%. Comme aucun des deux plus grands prétendants n'obtiendra les 41 députés dans les 81 sièges parlementaires nécessaires pour gouverner seul, ils devraient chercher des partenaires de coalition.

 livestream2

Le taux de participation aux élections a été élevé, 75% des électeurs se rendant aux urnes, 3 points de plus qu'en 2016 et 11 points de plus qu'à l'élection présidentielle de 2018.

Le Monténégro connaît des troubles politiques depuis décembre de l'année dernière, lorsque la majorité du DPS a adopté une loi controversée sur la religion, farouchement opposée par l'Église orthodoxe serbe, qui a invité ses membres à voter contre le DPS. La coalition autour du Front démocratique semble avoir profité le plus de la polarisation provoquée par la loi. Le DPS a également connu de graves manifestations anti-corruption en 2019.

Aleksandra a conclu: «Maintenant, le parti toujours au pouvoir doit admettre la perte et, espérons-le, il ne créera aucune manipulation. Comme nous ne le faisons pas tous, ils fonctionnent pendant des décennies sur une base frauduleuse. J'espère donc qu'ils admettront simplement qu'ils ont perdu les élections. Bon sentiment… avec l'espoir de vivre bientôt dans un pays libre.« 

Le CeMI et le Centre pour la transition démocratique, qui ont surveillé le jour du scrutin, ont signalé un certain nombre d'irrégularités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *