5 août 2020

Pourquoi sauver votre National Airlines vaut l'investissement

Vijay Poonoosam est membre de l'International Board of Experts for rebuilding.travel. Il discutera d'un sujet brûlant lors d'un prochain webinaire avec des membres de l'industrie du voyage et des décideurs dans 87 pays qui ont rejoint le réseau de reconstruction du voyage. Pour assister au webinaire, les professionnels du voyage peuvent se joindre à rebuilding.travel gratuitement et recevoir une invitation.

Vijay Poonoosam pense: le transport aérien est et survit en étant les artères du monde en général et en particulier du tourisme et du commerce international. Il représente et prospère en étant les ailes qui permettent aux individus, aux entités, aux secteurs privé et communautaire de se connecter aux niveaux national, régional et mondial et d'atteindre leurs divers objectifs et des altitudes de réussite plus élevées. Les compagnies aériennes ont investi des milliards dans des avions et des technologies de nouvelle génération, dans le recrutement et la formation de personnel et dans des stratégies de croissance pour répondre, stimuler et répondre à une demande sans cesse croissante de services commerciaux, liés au travail, de loisirs, religieux, médicaux, éducatifs, VFF ( Visiter la famille et les amis) voyager en avion.

Vijay Poonoosamy, directeur des affaires internationales et publiques de QI Group basé à Singapour, membre honoraire de la Hermes Air Transport Organization, un membre non exécutif du conseil d'administration de Veling Group, un membre de l'International Board of Experts of Rebuilding Travel, du Conseil consultatif du Forum mondial du tourisme de Lucerne et du Comité directeur sur la parité hommes-femmes du Forum économique mondial.

COVID-19 a coupé les ailes du transport aérien en effaçant la demande et en réduisant l'offre, à l'exception du fret aérien et de quelques vols intérieurs. Ce faisant, il a transformé le cercle vertueux du transport aérien en cercle vicieux et s'est avéré fatal pour de nombreuses compagnies aériennes. Sans revenus, mais avec des dettes massives et des engagements onéreux pour les achats d'avions et de moteurs, d'énormes paiements de location mensuels pour les avions et les moteurs, une main-d'œuvre importante et d'autres coûts récurrents, même les compagnies aériennes bien gérées et financièrement saines ne peuvent survivre sans soutien externe. Les compagnies aériennes moins bien gérées et financièrement fragiles ont besoin d'encore plus de soutien extérieur pour survivre. Les compagnies aériennes mal gérées et aux prises avec des difficultés financières, qui étaient déjà vouées à l'échec avant COVID-19, ont clairement besoin de bien plus qu'un soutien extérieur pour avoir une chance d'échapper à leur sort attendu.

Plus le COVID-19 étouffe le monde, plus il empire pour les compagnies aériennes. Il leur sera également plus difficile d'obtenir le soutien extérieur requis, les économies au point mort et les finances publiques soumises à des tensions insupportables.

Avec des millions de familles endeuillées, des millions de faillites, la récession destructrice, des millions de pertes d'emplois, de fortes baisses de revenus des ménages, des problèmes de santé persistants, des restrictions de voyage, des verrouillages, un nouveau contrôle de pré-embarquement lié à COVID-19 et des sièges à bord restrictions des passagers, les secteurs du transport aérien et des croisières en difficulté, la nature imprévisible du COVID-19, l'impact psychologique de tout ce qui précède et la confiance qui en découle dans le transport aérien, il est clair que l'industrie du transport aérien continuera de souffrir pendant beaucoup plus long.

Pour ces mêmes raisons, il est également clair qu'il ne peut pas y avoir de relance du tourisme de si tôt et, puisque les industries du transport aérien et du tourisme sont interdépendantes, cela ne fera qu'aggraver les défis extraordinaires du secteur du transport aérien. Les voyages d'affaires seront également un défi étant donné la commodité et la rentabilité largement reconnues des vidéoconférences et le fait que COVID-19 continuera d'empêcher les grandes foires et conférences internationales et régionales. Même l'avenir du fret aérien est soumis à l'impact de COVID-19 sur le commerce international, les économies nationales et l'accent mis sur l'autosuffisance nationale.

De plus, l'industrie du transport aérien devra de toute urgence relever son formidable défi environnemental, car le monde est désormais plus conscient de la nécessité de protéger notre environnement. Cependant, le coût de relever une partie de ce défi est devenu plus important pour les compagnies aériennes puisque le système de compensation et de réduction du carbone de l'OACI pour l'aviation internationale (CORSIA) prévoit que les exigences de compensation de l'aviation pour toute année à partir de 2021 seront basées sur le delta entre les émissions de CO2 de l'aviation internationale. cette année-là et les émissions de référence moyennes de 2019 et 2020. Comme les émissions de CO2 de l'aviation internationale en 2020 seront considérablement plus faibles en raison de COVID-19, les compagnies aériennes concernées devront acheter un nombre beaucoup plus élevé de compensations.

Les compagnies aériennes sont des bouées de sauvetage et nous en avons vu certaines à leur meilleur lors de vols de solidarité nationale pour ramener des ressortissants bloqués chez eux ou pour ramener des fournitures médicales essentielles à la maison. Il est donc compréhensible que certains pays ne veuillent pas voir leurs compagnies aériennes nationales disparaître, mais il est évident que les actionnaires, y compris les gouvernements, ne peuvent pas investir dans des compagnies aériennes qui étaient déjà en soins intensifs avant COVID-19 et n'ont pas fait les changements nécessaires survivre. Ces compagnies aériennes étaient déjà vouées à l'échec, mais leur disparition prévisible a simplement été accélérée lorsque leurs propres échecs ont été aggravés par l'impact négatif sans précédent de COVID-19 et l'imprévisibilité de ce que sera la nouvelle normale dans le monde façonné par COVID- 19. Ces pays ne peuvent plus se permettre de prolonger la durée de vie de la vie ou risquer un nouvel examen stratégique inutile de ces compagnies nationales condamnées.

Il n'y a pas de solution miracle ou de solution universelle, mais je crois que le point de départ essentiel est de garantir un changement de paradigme immédiat, de la focalisation étroite traditionnelle sur les actionnaires vers la focalisation plus large sur les parties prenantes nationales et de convenir de l'objectif fondamental de la stratégie nationale. Compagnie aérienne.

Je suggère humblement que l'objectif fondamental d'une compagnie aérienne nationale soit de servir l'intérêt national et de contribuer au développement socio-économique national en fournissant les liaisons aériennes stratégiques de manière sûre, intelligente, efficace, durable et rentable dans le monde en mutation rapide. Toutes les parties prenantes nationales doivent adhérer à l'objectif fondamental et fixer des attentes raisonnables en termes de connectivité et de rentabilité. Les actionnaires, en particulier et éventuellement exclusivement le gouvernement national, doivent investir considérablement dans une compagnie aérienne nationale rénovée et de bonne taille. La compagnie aérienne nationale doit être entièrement et globalement recalibrée pour répondre à la demande sévèrement limitée. Cela nécessitera des négociations urgentes et prolongées avec les actionnaires, le gouvernement, les syndicats, les compagnies aériennes partenaires, les prestataires de services, les constructeurs d'avions et de moteurs, les bailleurs, les banques et autres créanciers pour garantir que la compagnie aérienne nationale obtient le type d'avion, le personnel et le capital. il a besoin de survivre. Cela nécessitera inévitablement à la fois une compréhension significative, des sacrifices et des concessions par tous et une reconnaissance du fait que personne ne gagnera si la compagnie aérienne nationale ne survit pas.

Les parties prenantes doivent accepter que la compagnie aérienne nationale recalibrée suivra une trajectoire déficitaire décroissante pendant un certain temps mais que ses pertes seront progressivement compensées par son effet multiplicateur sur l'économie nationale. Les actionnaires doivent également accepter que les bénéfices que la compagnie aérienne nationale réalisera à terme soient entièrement réinvestis dans la compagnie aérienne nationale pour lui permettre de contribuer encore plus au développement socio-économique de la nation.

Les actionnaires doivent constituer un conseil d'administration compétent, honnête, diversifié et respecté dont les membres font preuve d'intégrité, adhèrent aux meilleures normes de bonne gouvernance d'entreprise et ajoutent une valeur significative. Le conseil d'administration doit s'assurer que la compagnie aérienne nationale est gérée efficacement par des professionnels compétents, innovateurs, avisés, honnêtes et engagés dont l'intégrité n'est jamais mise en doute.

Un pays qui adopte véritablement et immédiatement un tel nouveau paradigme de compagnie aérienne nationale donnera à sa compagnie aérienne nationale recalibrée une chance équitable de survivre et, en temps voulu, de prospérer et de permettre au pays d'étendre également ses ailes.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *