8 août 2020

Pourquoi la décroissance touristique ne fera tout simplement pas l'affaire après COVID-19

goodtourismblog.com

Parmi les universitaires et les penseurs du tourisme d'aujourd'hui – les plus francs au moins – Jim Butcher est l'un des rares à contester la notion selon laquelle le tourisme post-pandémique doit – pour le bien de la planète – être bien moindre que ce qu'il était. Et c'est exactement ce qu'il fait dans cet aperçu du «bon tourisme».

À la lumière de la pandémie de COVID-19, beaucoup a été dit et écrit sur ce que l'avenir réserve au tourisme. Il y a naturellement des discussions sur l'adaptation à la distanciation sociale et des mesures pour atténuer la situation désastreuse à laquelle le secteur est confronté. Et il y a aussi des débats sur la façon dont la pause dans le tourisme, et dans l'économie en général, ouvre la possibilité de reconsidérer et de réformer le tourisme.

Penser à la réforme n'est jamais une mauvaise idée. Cependant, il n'est pas tout à fait clair pourquoi maintenant, au milieu d'une catastrophe économique, est le meilleur moment pour le faire. Peut-être qu'un boom et la prospérité qu'il apporte créent de meilleures conditions pour la réforme, ainsi que les ressources pour financer de nouvelles méthodes de travail.

On ne sait pas non plus pourquoi la priorité de nombreux réformateurs – la décroissance – est une bonne idée. La décroissance est l'alternative philosophique autour de laquelle se mobilisent les militants écologistes et les universitaires des «études touristiques critiques». Ils ont souligné que le verrouillage a permis de voir les choses différemment. Des routes sans voiture, des promenades à la campagne pour les travailleurs en congé et à domicile, et la découverte de sa communauté locale plutôt que de contribuer aux émissions de carbone des compagnies aériennes, font partie des avantages présumés de la crise. Il y a quelques points justes à faire valoir ici.

Mais la prémisse de la décroissance est que l'économie et le tourisme sont allés trop loin, trop vite et en trop grand nombre; l'industrie doit se réduire et l'humanité devrait régner dans son désir de voyager. La décroissance suppose que le tourisme de masse a laissé un héritage préjudiciable aux économies et à la culture ainsi qu'à l'environnement. Si elle était mise en œuvre de manière systématique, la décroissance entraînerait un désastre pour le secteur et ceux qui en vivent.

Le tourisme de masse a ses problèmes, bien sûr, et est souvent appelé maintenant «surtourisme». Cependant, la leçon de COVID-19 est sûrement que le «sous-tourisme» est un problème bien plus important. De Margate à Marrakech, de Miami à Massawa, les pauvres sont les plus durement touchés. L'ONU a prédit que COVID-19, ou sa réponse, pourrait entraîner l'appauvrissement de centaines de millions de personnes. En fait, le Programme alimentaire mondial souligne qu'une «pandémie de faim» pourrait éclipser les effets du coronavirus.

le les chiffres sont stupéfiants. Quelque 130 millions de personnes devraient rejoindre les 135 millions de personnes qui devraient déjà souffrir de faim aiguë cette année, portant à 265 millions le nombre de personnes menacées de famine. L'emploi dans le tourisme et l'hôtellerie y occupe une place importante. Ces industries reposent sur la mobilité et la sociabilité, les deux choses que COVID-19 a minées. Ils comptent également davantage sur les travailleurs de concert et informels – une existence au jour le jour – que les autres industries.

Pendant ce temps, les décroissants se concentrent sur le surtourisme et la nécessité d'une «nouvelle norme» écocentrique basée sur une activité économique, des emplois et des investissements réduits.

Comme je l'ai soutenu ailleurs, ce qu'il faut, c'est une reconnaissance des avantages massifs générés par la croissance mondiale du tourisme de masse, tant pour les touristes que pour les sociétés d'accueil. Il ne s'agit pas de blanchir l'industrie ou de nier les très nombreux problèmes associés au sur-tourisme. Il s'agit plutôt de rechercher des approches expansives, axées sur la croissance et orientées vers l'avenir des voyages d'agrément internationaux qui étaient beaucoup plus évidentes dans le passé.

Aujourd’hui, la positivité et l’optimisme semblent parfois avoir été éclipsés par un «malthusianisme de vacances» déclinant qui considère la mobilité de loisirs principalement comme un problème; rarement comme solution.

Notre avenir, après COVID-19, doit être lié aux aspirations matérielles des gens, en tant que producteurs, pour gagner leur vie et améliorer leur style de vie. Elle devrait également reconnaître le désir universel, insatisfait de la majorité moins prospère, de jouir des plaisirs du tourisme.

Les horizons bas de décroissance ne suffiront pas.

Image en vedette (haut de l'article): « La seule croissance durable est la décroissance », selon ce graffito au pochoir. Image de Paul Sableman (CC BY 2.0) via Flickr. «GT» a exécuté un filtre.

A propos de l'auteur

Jim Butcher
Dr Jim Butcher

Jim Butcher est un conférencier et écrivain qui a écrit un certain nombre de livres sur la sociologie et la politique du tourisme et travaille actuellement sur un livre sur le tourisme de masse. Le Dr Butcher blogue sur Politique du tourisme et tweets à @ jimbutcher2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *