Catégories
Tourisme

Pas de temps pour la distanciation budgétaire

L'Afrique fait maintenant face à des temps difficiles et à des jours difficiles, presque toutes les nations du continent s'efforçant de contenir puis de contrôler la propagation de la pandémie de coronavirus COVID-19. Les pays africains qui dépendent des recettes touristiques comme source clé de revenus sont également dans une veste droite.

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), le Dr Akinwumi Adesina, a déclaré dans son rapport aux médias diffusé cette semaine que, alors que la nouvelle pandémie de coronavirus se propage, il semble que pratiquement aucune nation au monde ne soit épargnée.

«À mesure que les taux d'infection augmentent, la panique sur les marchés financiers s'accentue, car les économies ralentissent considérablement et les chaînes d'approvisionnement sont gravement perturbées. Des temps extraordinaires appellent des mesures extraordinaires. En tant que tel, cela ne peut plus être comme d'habitude », a déclaré Adesina dans son rapport aux médias.

Chaque jour, la situation évolue et nécessite un examen constant des mesures et stratégies de précaution. Au milieu de tout cela, nous devons tous nous inquiéter de la capacité de chaque nation à répondre à cette crise. Et nous devons veiller à ce que les pays en développement soient prêts à naviguer pleinement dans ces eaux inexplorées, a-t-il déclaré.

«C’est pourquoi je soutiens l’appel urgent du Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, à des ressources spéciales pour les pays en développement du monde. Face à cette pandémie, nous devons mettre la vie au-dessus des ressources et la santé au-dessus de la dette, car les économies en développement sont les plus vulnérables à l'heure actuelle », a déclaré le Dr Adesina.

«Nos recours doivent aller au-delà du simple prêt de plus. Nous devons aller plus loin et fournir aux pays des secours financiers indispensables et urgents, et cela inclut les pays en développement sous sanctions », a déclaré le président de la BAD.

Selon le groupe de réflexion mondial indépendant ODI dans son rapport sur l'impact des sanctions économiques, pendant des décennies, les sanctions ont décimé les investissements dans les systèmes de soins de santé publics dans un certain nombre de pays.

Le Dr Adesina a déclaré que, comme aujourd'hui, les systèmes déjà étirés, comme indiqué dans l'indice de sécurité sanitaire mondial 2019, auront du mal à faire face à un danger clair et présent qui menace maintenant notre existence collective et seuls ceux qui sont vivants peuvent rembourser dettes.

«Les sanctions vont à l'encontre des économies mais pas contre le virus. Si les pays soumis à des sanctions ne sont pas en mesure de répondre et de fournir des soins critiques à leurs citoyens ou de les protéger, le virus «sanctionnera» bientôt le monde », a-t-il ajouté.

«Dans ma langue yoruba, il y a un dicton:« Soyez prudent lorsque vous jetez des pierres sur le marché libre. Cela peut frapper un membre de votre famille. « C’est pourquoi je soutiens également fermement l’appel du Secrétaire général de l’ONU à ce que les dettes des pays à faible revenu soient suspendues en ces temps rapides et incertains », a déclaré Adesina.

«Mais j'appelle à des actions encore plus audacieuses, et il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, les économies des pays en développement, malgré des années de grands progrès, restent extrêmement fragiles et mal équipées pour faire face à cette pandémie. Ils sont plus susceptibles d'être enterrés avec la lourde pression fiscale à laquelle ils sont confrontés avec le coronavirus », a-t-il ajouté dans son message à la presse.

Dans un deuxième cas, de nombreux pays africains dépendent des produits de base pour leurs recettes d'exportation. L'effondrement des prix du pétrole a mis les économies africaines en détresse. Selon les Perspectives économiques en Afrique 2020 de la BAD, ils ne sont tout simplement pas en mesure de respecter les budgets comme prévu dans les référentiels de prix du pétrole pandémiques COVID-19 pré-coronavirus.

L'impact a été immédiat dans le secteur du pétrole et du gaz, comme indiqué dans une récente analyse de CNN.

Dans l'environnement actuel, nous pouvons anticiper une pénurie aiguë d'acheteurs qui, pour des raisons compréhensibles, réaffecteront des ressources pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Les pays africains qui dépendent des recettes touristiques comme source clé de revenus sont également dos au mur.

Dans un troisième cas, les pays riches ont des ressources à épargner, comme en témoignent des milliards de dollars de relance budgétaire, tandis que les pays en développement sont entravés par des ressources nues.

«Le fait est que si nous ne vainquons pas collectivement le coronavirus en Afrique, nous ne le vaincrons nulle part ailleurs dans le monde. Il s'agit d'un défi existentiel qui nécessite que toutes les mains soient sur le pont. Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons être les gardiens de nos frères et sœurs », a déclaré le Dr Adesina.

Partout dans le monde, des pays à des stades plus avancés de l'épidémie annoncent un allégement des liquidités, une restructuration de la dette, une abstention de rembourser les prêts et un assouplissement des réglementations et initiatives standard.

Aux États-Unis, des forfaits de plus de 2 000 milliards de dollars ont déjà été annoncés, en plus d'une réduction des taux débiteurs de la Réserve fédérale et d'un soutien aux liquidités pour maintenir les marchés en activité en raison de la pandémie de COVID-19. En Europe, les grandes économies ont annoncé des mesures de relance de plus d'un billion d'euros. De plus, des packages encore plus importants sont attendus.

Alors que les pays développés mettent en place des programmes d'indemnisation des travailleurs qui ont perdu leur salaire pour rester à la maison en raison de la distanciation sociale, un autre problème est apparu, à savoir la distanciation fiscale.

«Pensons un instant à ce que cela signifie pour l'Afrique. La Banque africaine de développement estime que le COVID-19 pourrait coûter à l'Afrique une perte de PIB comprise entre 22,1 milliards de dollars dans le scénario de base et 88,3 milliards de dollars dans le pire des cas », a déclaré le Dr Adesina.

Cela équivaut à une contraction de la croissance du PIB projetée entre 0,7 et 2,8 points de pourcentage en 2020. Il est même probable que l'Afrique pourrait entrer en récession cette année si la situation actuelle persiste.

Le choc pandémique COVID-19 va encore resserrer l'espace budgétaire sur le continent, car les déficits devraient s'élargir de 3,5 à 4,9 points de pourcentage, augmentant le déficit de financement de l'Afrique de 110 à 154 milliards de dollars supplémentaires en 2020.

« Nos estimations indiquent que la dette publique totale de l'Afrique pourrait augmenter dans le scénario de base de 1,86 billion de dollars US à la fin de 2019 à plus de 2 billions de dollars US en 2020, contre 1,9 billion de dollars US prévu dans un scénario » sans pandémie « .

«Selon le rapport de la BAD de mars 2020, ces chiffres pourraient atteindre 2,1 billions de dollars américains en 2020 dans le pire des cas.

«C'est donc le moment de prendre des mesures audacieuses. Nous devons reporter temporairement la dette due aux banques multilatérales de développement et aux institutions financières internationales. Cela peut être fait en redéfinissant les prêts pour créer un espace budgétaire pour les pays pour faire face à cette crise », a déclaré le Dr Adesina.

«Cela signifie que les principaux emprunteurs dus aux institutions financières internationales en 2020 pourraient être différés. J'appelle à une indulgence temporaire, pas au pardon. Ce qui est bon pour la dette bilatérale et commerciale doit être bon pour la dette multilatérale.

«De cette façon, nous éviterons les risques moraux et les agences de notation seront moins enclines à pénaliser toute institution sur le risque potentiel pour leur statut de créancier privilégié. Le monde devrait désormais se concentrer sur l'aide à tous, car un risque pour chacun est un risque pour tous », a-t-il ajouté.

Il n'y a pas de coronavirus pour les pays développés et de coronavirus pour les pays en développement et les pays endettés. Nous sommes tous là dedans.

Les institutions financières multilatérales et bilatérales doivent collaborer avec les créanciers commerciaux en Afrique, en particulier pour différer les versements de prêts et donner à l'Afrique l'espace budgétaire dont elle a besoin.

«Nous sommes prêts à soutenir l'Afrique à court terme et à long terme. Nous sommes prêts à déployer jusqu'à 50 milliards de dollars sur 5 ans dans des projets pour aider à faire face aux coûts d'ajustement auxquels l'Afrique devra faire face dans la lutte contre les effets d'entraînement de COVID-19, longtemps après la fin de la tempête actuelle », a-t-il déclaré.

«Mais plus de soutien sera nécessaire. Levons toutes les sanctions pour l'instant. Même en temps de guerre, des cessez-le-feu sont appelés pour des raisons humanitaires. Dans de telles situations, il est temps de faire une pause pour que le matériel de secours parvienne aux populations touchées. Le nouveau coronavirus est une guerre contre nous tous. Toutes les vies comptent », a-t-il souligné.

Pour cette raison, nous devons éviter pour l'instant la distanciation budgétaire. Un point dans le temps permettra d'économiser 9. La distance sociale est maintenant impérative. La distanciation budgétaire ne l'est pas, a conclu le président de la BAD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *