9 mars 2021

L’Italie et l’élection du Secrétaire général de l’OMT

Le 19 janvier 2021, le Conseil exécutif de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme) devrait nommer le prochain Secrétaire général de l’OMT, nomination qui devra être ratifiée en octobre par l’Assemblée générale des pays membres.

En Italie, cette date limite n’a pas suscité beaucoup d’intérêt comme cela arrive souvent avec les événements des Nations Unies au système duquel l’OMT appartient. Il s’agit d’une organisation basée en Espagne dont Francesco Frangialli a été secrétaire général de 1997 à 2009.

Ce manque d’intérêt peut surprendre si l’on considère que le domaine de compétence de l’OMT est d’une importance primordiale pour l’Italie. En 2019, il contribuait à 13% du PIB, employant 4,2 millions de personnes, et de grandes perspectives étaient attendues pour 2020 avec une différenciation des cibles touristiques et, ironiquement, visant également à être 2020 l’année de la culture Italie-Chine avec la prévision d’un augmentation des vols relatifs.

Les prédictions ne se sont pas réalisées et le secteur a été parmi les plus durement touchés par les effets de la pandémie COVID-19. Une baisse de 34 millions de présences étrangères a entraîné une perte estimée à 8 000 millions d’euros dont le pourcentage lié à l’hébergement, la restauration et les services représente plus de 60%. La nécessité de contrôler la propagation de la pandémie a pénalisé le tourisme intérieur sans quelques controverses.

L’impact sur l’emploi a été dramatique. Entre juin 2019 et juin 2020, il a diminué de 3,6% (841000 emplois) et pour environ un tiers, cette baisse est imputable au secteur avec une incidence relative de 13% dans la restauration et de près de 30% dans le logement.

Le secteur est donc au cœur du relèvement post-pandémique, et l’OMT sera inévitablement un acteur important. Si les prédictions de nombreux épidémiologistes sont vraies, les effets du vaccin seront effectifs vers la fin de 2021 et, par conséquent, le secrétaire général élu aura le fardeau gigantesque de diriger la reprise.

Dans le meilleur de tous les mondes, on s’attendrait à ce que sa sélection soit faite en choisissant parmi un large éventail de candidats. Étonnamment, ce ne sera pas le cas. Il n’y a que deux candidats: l’actuel secrétaire général, M. Zurab Pololikashvili de Géorgie, et le président de l’Agence pour la culture et les antiquités de Bahreïn, SE Mai Al Khalifa.

Ce n’est pas une preuve de désintérêt pour le poste. Six autres personnes ont fait part de leur intention de soumettre leur candidature mais n’ont pas été en mesure de fournir les documents requis à temps compte tenu du court laps de temps entre l’ouverture et la clôture des candidatures.

Cette brièveté était justifiée par le désir que l’Espagne, pays d’origine de l’organisation, ait manifesté que la session du Conseil Exécutif coïncide avec la réalisation de la Foire FITUR à Madrid, ce qui a conduit au choix des dates du 18 au 19 janvier.

La pandémie a rendu nécessaire le report de la Foire à mai. Il peut sembler logique qu’en maintenant le lien entre les deux événements, le vote soit également déplacé en mai. Une telle demande n’a pas été acceptée. En effet, un fait assez inhabituel s’est produit, à savoir que de profondes perplexités concernant la procédure et le calendrier ont été publiquement exprimées dans un langage diplomatique prudent mais non sans implications par M. Frangialli et M. Taleb Rifai, le Secrétaire général qui l’a suivi dans son bureau de 2009 à 2017.

Il n’est pas nécessaire de recourir à Hegel pour comprendre la rationalité de cette réalité et comprendre comment il a été possible d’ignorer les opinions faisant autorité des deux derniers secrétaires généraux.

L’insistance à maintenir le vote en janvier a été interprétée par beaucoup comme un outil susceptible de faciliter la réélection de M. Pololikashvili et a été critiquée comme étant loin de l’impartialité qui doit à tout moment assurer la plus haute fonction d’un organe international.

Le rejet des demandes de changement n’a pas abouti à l’absence de candidatures alternatives uniquement parce que Bahreïn a pu présenter la candidature faisant autorité de SE Mai Al Khalifa, mais selon beaucoup, il avait aussi un autre objectif – rendre difficile pour de nombreux pays être représentés au vote au plus haut niveau avec leurs ministres du tourisme les obligeant à se rabattre sur la représentation par l’intermédiaire des ambassadeurs qui d’ailleurs ne sont pas tous résidents en Espagne.

Il peut sembler que peu importe si un pays est représenté par son ministre du Tourisme ou son ambassadeur. Ce n’est pas ainsi. Le secret du vote peut permettre aux électeurs de faire des choix personnels. À cet égard, ce que l’ancien secrétaire général Frangialli écrit dans un article de mémoires disponible en ligne est éclairant: «Mais certains chefs de délégation sont des membres de la famille de l’OMT et peuvent avoir leurs propres inclinations. Peut-être plus que dans d’autres institutions internationales comparables, la dimension personnelle entre en jeu. »

Il serait naïf d’ignorer que les ambassadeurs à Madrid ont certainement l’habitude de traiter avec un fonctionnaire avec lequel ils ont interagi pendant quatre ans et qui a une longue histoire de présence à Madrid et dans l’organisation et d’exclure que cela pourrait saper leur loyauté envers le pays représenté.

Ce n’est pas la seule critique du secrétaire général sortant. Il a été souligné qu’avant même la date d’ouverture des candidatures, nombre de ses actions institutionnelles semblent s’inscrire dans une campagne électorale caractérisée par un programme sélectif intense de visites, qui a favorisé les pays membres du Conseil exécutif.

Cela éclaire particulièrement le programme intense de sa visite officielle en Italie en juillet dernier, motivée par le lancement de la campagne #RestartTourism, «une initiative mondiale à travers laquelle l’OMT entend favoriser la réouverture des frontières au tourisme et la reprise économique à travers des mesures coordonnées entre les secteurs public et privé pour protéger pleinement la sécurité des citoyens. » Au cours de sa visite, il a rencontré le président Conte; Les ministres Di Maio et Franceschini; le Président de la Lombardie, M. Fontana; les maires de Rome et de Milan, Mme Raggi et M. Sala; et avec le Ministre régional du tourisme de la Vénétie, M. Caner. Son attention pour l’Italie a été confirmée par le message de bons vœux adressés au sous-secrétaire Bonaccorsi pour le début de la présidence italienne du G20.

Un tel intérêt est compréhensible pour le rôle de premier plan de l’Italie dans le tourisme, et pourquoi pas? Car l’année dernière, l’Italie était vice-présidente du conseil exécutif de l’OMT, et à ce titre, garante de la transparence de l’organisation de cette élection.

La participation active traditionnelle de l’Italie aux organisations du système des Nations Unies ne peut manquer de confirmer que l’Italie se réfère et se référera à ces principes de transparence, en cela comme dans toute élection dans les instances internationales, déterminant ses choix avec le double critère de l’intérêt. de l’organisation et, bien sûr, de l’organisation nationale.

Faire des compromis dans une organisation internationale considérée comme mineure, c’est s’exposer à être spectateur d’accords clandestins similaires dans d’autres et au risque de voir un vote controversé renversé au moment de sa ratification par l’Assemblée générale de l’organisation.

Par conséquent, sur la base de ce qui précède, une persuasion morale tendant à reporter le vote est probablement le minimum que l’on peut attendre de l’Italie.

Cependant, il est possible que le vote ait toujours lieu, et cette éventualité nécessite d’analyser lequel des deux candidats est préférable, au nom de l’intérêt de l’Italie.

Nous ne sous-estimons pas l’intérêt éventuel pour de bonnes relations avec la Géorgie, qui se comprend aisément par les relations de l’Italie avec les pays du Caucase dans le secteur de l’énergie. Cependant, des raisons tout aussi fortes devraient plutôt suggérer de soutenir la candidature de SE Mai Al Khalifa.

Il y a en premier lieu des raisons géopolitiques. Pour l’Italie, la stabilité de la Méditerranée et du Moyen-Orient est cruciale. Bahreïn et les pays du Golfe en général sont importants dans la région. Cela pourrait également avoir un lien avec la grande initiative régionale du Forum du gaz de la Méditerranée orientale, ce qui compenserait l’observation précédente en faveur de la Géorgie.

Le tourisme en Italie a une particularité unique qui constitue son pilier. Le pays possède une richesse extraordinaire de sites du patrimoine mondial, pas moins de 55, le plus grand nombre d’un pays, un honneur partagé avec la Chine, en plus de la richesse des musées. Pour l’Italie, par conséquent, le tourisme muséal et culturel est central.

Depuis 2006, alors qu’elle était ministre de la Culture de son pays, SE Mai Al Khalifa a promu une initiative mondiale, «Investir dans la culture», qui a mené à bien 20 projets de tourisme culturel, la restauration de bâtiments historiques et de sites du patrimoine mondial pour plus de 125 millions de dollars.

Ce précédent fait sa proposition de créer un Fonds mondial d’assistance pour la relance du tourisme international lorsque la crise pandémique est surmontée, digne d’attention et crédible et est une garantie de sensibilité à une question d’importance prioritaire pour l’Italie.

La réactivation nécessaire nécessite une vision et des projets de grande envergure. Il est illusoire de penser qu’on peut le faire seul ou dans le cadre des actions bilatérales illustrées dans la déclaration de l’OMT sur les réunions en Italie.

Le modèle proposé par SE Al Khalifa et sa vision large transcendent le domaine du tourisme et peuvent être empruntés à d’autres agences internationales, dont certaines, comme la FAO, sont d’un grand intérêt pour l’Italie et avec des problèmes de réactivation lorsque la pandémie sera plus similaire à ceux de l’OMT.

La structure budgétaire de ces agences est basée sur les contributions statutaires des pays auxquels s’ajoutent les contributions dites volontaires avec un objectif défini. Par conséquent, les programmes ainsi mis en œuvre uniquement dans un sens très large s’inscrivent dans ceux de long terme de l’organisation et reflètent souvent plutôt le résultat de négociations bilatérales entre bailleurs et bénéficiaires dans un processus où le rôle de l’agence est intermédiaire entre celui de courtier et notaire.

Alors que cette note était sur le point d’être publiée, une note en italien est finalement apparue sur le web.

Il fait valoir que la lettre des deux précédents Secrétaires généraux serait la preuve d’une lutte de pouvoir pour continuer (sic!) À contrôler l’OMT et déclare que «les dirigeants actuels… estiment que la date fixée pour les élections ne peut être reportée parce que l’accord de le comité exécutif ne peut pas être reporté. »

La première déclaration parle d’elle-même. Quelle plus grande continuité qu’une réélection? L’explication des raisons pour lesquelles un report serait impossible n’explique rien non plus. En effet, il semblerait que la hâte d’une publication rapide ait produit le chaton aveugle lorsque la note fait référence à un accord reporté (?). (Peut-être que cela signifiait révisé, annulé, ignoré).

La lettre est connue depuis longtemps. La note d’aujourd’hui semble indiquer que le bon sens et la nécessité de garantir à l’OMT les normes de transparence et d’équité que nous attendons (presque) tous d’une organisation des Nations Unies émergent. Nous sommes convaincus, ou plutôt certains, que le Gouvernement italien fera bien.

Le Réseau mondial du tourisme a appelé à la décence lors des élections de l’OMT, et sa campagne a obtenu un soutien mondial.

#rebuildingtravel