13 avril 2021

L’Italie est le premier pays de l’UE à dépasser 100000 décès dus au COVID

Un avertissement vient de la salle de contrôle du COVID-19 en Italie alors que le nombre de morts dépasse la barre des 100 000 morts.

  1. Le resserrement – «niveau de confinement maximum» – consiste à calibrer au niveau national car intervenir sur les territoires «est de peu d’utilité».
  2. La campagne de vaccination devrait s’accélérer dès les prochains jours.
  3. Le virus est en marche, les variantes font remonter la courbe de contagion, et il y a une augmentation de l’occupation des lits dans les unités de soins intensifs.

En Italie, les décès dus au COVID-19 ont dépassé 100000. C’est le premier pays de l’UE à atteindre ce chiffre. Il y a un fort risque pour l’Italie d’entrer dans la zone rouge et un autre lock-out qui s’ensuit.

La diffusion des variantes conduit à de nouveaux détroits. De nouvelles règles pour les couleurs et la quarantaine sont en route, a rapporté le Huffpost Italie.

Le resserrement – «niveau de confinement maximum» – consiste à calibrer au niveau national car intervenir sur les territoires «est de peu d’utilité». Cet avertissement vient de la salle de contrôle du COVID-19 alors que le nombre de morts dépasse la barre des 100 000 morts.

Le gouvernement et les scientifiques s’efforcent de rendre plus stricts les critères d’évaluation de l’évolution de l’épidémie et également de modifier les indications pour la durée et la durée d’isolement des positifs au virus, en commençant par le calcul du Rt.

Une mise à jour a été annoncée du document «de préparation et de planification de la phase de transition pour la période automne-hiver». Ce «manuel bleu» a été publié à la mi-octobre de l’année dernière, qui proposait la refonte des mesures de confinement et d’atténuation et qui présentait les 4 scénarios liés au risque de transmissibilité de la contagion dans les différents territoires.

La mise à jour, sur laquelle l’Istituto Superiore di Sanità, l’Inail et l’Aifa travaillent avec le ministère de la Santé, sera jointe à la prochaine circulaire du ministère dirigée par Roberto Speranza.

L’objectif est d’arrêter autant que possible et dans un laps de temps aussi court la propagation des variants, qui est de plus en plus conséquente, tout en poursuivant également la campagne de vaccination, qui devrait s’accélérer dès les prochains jours.

Spot près de la salle de contrôle: « Les mesures locales ne sont plus très utiles »

L’indication d’intervenir avec de nouvelles mesures après l’entrée en vigueur le samedi 6 mars 2021 du dernier Dpcm (décret) – dont le premier a été signé par Mario Draghi – vient directement de la salle de contrôle – la task force constituée de représentants de l’Institut Supérieur de la Santé et du Ministère de la Santé et par des techniciens des régions.

«Avec la troisième vague en cours et la campagne de vaccination qui peine à décoller en raison de la rareté des vaccins disponibles, les mesures locales n’ont pas beaucoup de sens», a déclaré Enrico Coscioni, chirurgien cardiaque primaire; président d’Agenas, l’Agence nationale des services des agents de santé régionaux; et un membre de la salle de contrôle, «à qui – rappelle Coscioni – s’est vu confier une tâche particulière» et qui a été très clair en donnant des indications sur la voie à suivre. Dans le dernier rapport du vendredi 5 mars 2021, « nous avons clairement dit », a poursuivi le président d’Agenas, « que cette situation nécessite l’adoption du plus haut niveau de confinement dans presque toutes les régions. »

Le virus est en marche, les variantes font remonter la courbe de contagion, et il y a une augmentation de l’occupation des lits dans les unités de soins intensifs. Par conséquent, «dans une phase d’épidémie comme celle actuelle», a conclu Coscioni, «agir avec des mesures territoriales est de peu d’utilité».

Le tableau de comparaison

Sur quelle base les nouvelles mesures seront-elles adoptées? Vise avant tout à arrêter les variantes? Le raisonnement entre le gouvernement, les techniciens, les scientifiques et les régions a déjà commencé. Le nouveau Dpcm met en place une table de discussion au Ministère de la Santé composée de représentants de l’Institut Supérieur de la Santé, des Régions et Provinces Autonomes, du Ministre des Affaires Régionales et du Comité Scientifique Technique, avec pour mission de procéder à la révision éventuelle ou mise à jour des paramètres d’évaluation du risque épidémiologique.

La Conférence des Régions indiquera officiellement ses représentants qui seront choisis la veille lors de la réunion des Conseillers régionaux pour la Santé du jeudi 11 mars 2021. Mais il y a déjà une trace de travail et plusieurs hypothèses sur la table et à la centre des évaluations des techniciens et des scientifiques.

Nouveaux critères: «le poids» en réanimation et la RT calculée sur les patients

En tête de la liste des nouveaux critères sur lesquels la salle de contrôle raisonne pour uniformiser les règles en vue de l’adoption de mesures plus restrictives, il y a certainement le paramètre de l’incidence (le nombre de positifs pour 100000 habitants) cumulée à 7 jours de 250 cas pour 100 000 habitants.

Fixée dans le dernier Dpcm pour ordonner la fermeture des écoles, la limite pourrait aussi être introduite pour déclencher automatiquement la zone rouge, sauf que les présidents des régions – «et même certains ministres» explique une source gouvernementale hautement qualifiée – sont contre car l’automatisme pourrait dissuader les prélèvements.

La réflexion est centrée sur la possibilité de simplifier les 21 indicateurs utilisés pour identifier les tranches de risque dans lesquelles placer les régions, en se concentrant sur celles considérées comme les plus importantes pour retracer l’évolution de l’épidémie. Un exemple serait le nombre de lits occupés par les patients COVID en soins intensifs.

De plus, il est évalué pour calculer l’indice de transmissibilité, le Rt désormais connu, sur des patients hospitalisés par exemple. Et il est évalué pour calculer l’indice de transmissibilité, le Rt désormais connu, sur les patients hospitalisés, afin d’avoir une estimation plus précise de la propagation de la maladie causée par le virus.

Plus de rigueur également pour l’isolement et la quarantaine

Le resserrement anti-variant entraînera également la modification des indications de durée et de durée de l’isolement des positifs au virus et probablement des règles que les contacts dits proches devront observer.

La nouvelle circulaire du ministère de la Santé introduira des changements par rapport à ce qui a été établi avec celui du 12 octobre de l’année dernière, pour les cas positifs à long terme, par exemple. Aujourd’hui, «les personnes qui, bien que ne présentant plus de symptômes, continuent à être testées positives au test moléculaire. S’ils n’ont pas présenté de symptômes depuis au moins 7 jours, ils pourront arrêter l’isolement après 21 jours. C’est une indication qui peut être inadéquate face à une infection causée par le virus muté, qui est plus contagieuse que celle de la soi-disant «souche d’origine». Pour la même raison, les règles relatives aux contacts étroits asymptomatiques pourraient changer.

#rebuildingtravel