5 août 2020

L'IATA soutient la décision de l'OACI sur le programme de compensation et de réduction du carbone

L'IATA salue la décision de l'OACI sur le programme de compensation et de réduction du carbone

L'Association du transport aérien international (IATA) salue la décision du Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) d'utiliser 2019 comme référence pour le programme de compensation et de réduction du carbone pour l'aviation internationale (CORSIA). En 2022, l'Assemblée de l'OACI examinera si de nouvelles modifications sont nécessaires pour faire face aux impacts du COVID-19 afin d'assurer la réussite de la mise en œuvre du système.

Les compagnies aériennes se sont engagées à réduire les émissions nettes au niveau de la moitié de 2005 d'ici 2050. Cet engagement est inchangé. La CORSE est une étape essentielle dans cette direction, permettant une croissance neutre en carbone qui stabilisera les émissions nettes de l'aviation internationale aux niveaux de 2019 (580 millions de tonnes de carbone).

À l'origine, le calcul de référence de CORSIA était convenu comme une moyenne des émissions de 2019 et 2020. La crise COVID-19 en cours et sans précédent a entraîné une baisse abrupte de la demande de transport aérien de plus de la moitié par rapport à 2019. En conséquence, la base de référence CORSIA aurait été gravement biaisée si les émissions de 2020 avaient été utilisées pour le calcul. Cela n'affaiblit pas l'impact de la CORSE. En excluant les événements COVID-19 extraordinaires de 2020, les compagnies aériennes stabiliseront leurs émissions aux niveaux prévus lorsque la CORSIA a été approuvée par les 193 États membres de l'OACI en 2016.

La décision d’aujourd’hui est importante car, à une époque de volatilité extrême, elle offre une certitude immédiate et une voie claire pour la mise en œuvre réussie de CORSIA. La CORSE est une étape cruciale vers la réalisation de la stratégie à long terme de l'industrie pour lutter contre le changement climatique en réduisant ses émissions de carbone.

«Les compagnies aériennes se sont engagées à une croissance neutre en carbone à travers la CORSIA. La décision prise aujourd'hui de retirer 2020 du calcul de référence marque une voie à suivre pragmatique qui maintient l'intention, l'esprit et l'impact de l'accord CORSIA. Et cela donne à toutes les parties prenantes la confiance nécessaire pour se concentrer sur la livraison réussie de CORSIA et la réalisation de nos objectifs de réduction des émissions à long terme, même en cette période de crise », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l'IATA.

«L'aviation a été le premier secteur industriel au monde pour lequel les gouvernements ont convenu d'une mesure mondiale de compensation des émissions de carbone. Les compagnies aériennes savent que la durabilité est leur licence pour se développer. Ils soutiennent pleinement la CORSIA en tant que mécanisme mondial unique pour compenser les émissions internationales de l’aviation. Même avec les difficultés financières auxquelles l’industrie est confrontée en raison de COVID-19, les compagnies aériennes mondiales n’ont pas perdu de vue leurs objectifs de réduction des émissions », a déclaré de Juniac.

#rebuildingtravel

– eTurboNews | Tendances | Nouvelles de voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *