4 juillet 2020

Les opérateurs touristiques de Lampedusa envoient un cri d'alarme fort

Les premières chartes de Milan et de Bologne prévues sur l'île de Lampedusa (Sicile, Italie) ont été annulées, et les hôtels restent fermés. La chaîne d'approvisionnement économique reste à une altitude nulle et les opérateurs touristiques de Lampedusa tirent la sonnette d'alarme.

La plainte de la catégorie: hôteliers et agents de voyages sont confiés à Antonio Martello, entrepreneur hôtelier et administrateur de Sogni nel Blu, l'un des principaux tour-opérateurs de l'île, pour s'adresser à la région de Sicile et au gouvernement central avec l'accusation de ne pas soutenir la l'aide financière nécessaire à une île frontalière.

Lampedusa, une île splendide, est également connue pour être le point d'atterrissage des bateaux d'immigrants illégaux. De là, ils sont triés vers d'autres destinations.

«Nous devons être mis en position de pouvoir travailler; nous avons besoin de mesures de soutien économique immédiates et concrètes et que le réseau de liaisons aériennes avec le continent soit rétabli, sans lequel aucun touriste ne pourra jamais atterrir à Lampedusa. Nous savons qu'il sera déjà difficile de récupérer; la saison dure quelques mois avec nous », s'est plaint Martello.

« Nous sommes inquiets parce que la zone dite rouge du nord est celle dont la plupart des touristes qui choisissent nos îles viennent », a expliqué Martello, « mais alors que ces régions travaillent également dur pour partir, nous sommes coincé dans le désintérêt général. « 

 Les opérateurs touristiques de Lampedusa envoient un cri d'alarme fort

En l'absence de vols directs, les opérateurs touristiques de Lampedusa se demandent si et comment redémarrer les charters. «Nous aimerions pouvoir recommencer fin juin. Afin de ne rien laisser au hasard avec un grand sacrifice et en s'appuyant sur les dernières ressources financières, les installations hôtelières de l'île s'adaptent aux dispositions sanitaires qui nécessitent un assainissement et une redéfinition des espaces en fonction des règles de la distance », a ajouté Martello.

La demande d'intervention de l'État trouve également sa raison dans les coûts que l'entreprise locale doit supporter pour amener les touristes à Lampedusa en l'absence d'un réseau adéquat de connexions. « Une charte qui laisse à moitié vide pour les soins de santé », a expliqué Martello, « obligera le voyagiste à intégrer le coût de la charte avec l'augmentation inévitable du coût du billet pour ceux qui volent ».

Les taux augmenteront d'au moins 60%. Dans l'ensemble, un billet aller-retour pourrait coûter entre 600 et 700 euros. Cela aura pour effet de réduire le nombre de touristes qui décident de rejoindre l'île.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *