15 janvier 2021

Les Mahouts comptent: les travailleurs essentiels du Elephant Conservation Center

www.linkedin.com

Note d’introduction de Hollis Burbank-Hammarlund, directeur de Work for Wild Life International, partenaire Insight «Good Tourism»:

Le concept de «travailleurs essentiels» est au centre des préoccupations depuis que le virus COVID-19 a frappé notre monde plus tôt cette année. Les médecins, les infirmières, les ambulanciers paramédicaux, ainsi que les enseignants, les employés d'épicerie, le personnel des transports et tant d'autres ont travaillé sans relâche pour répondre aux besoins humains essentiels pendant la pandémie.

Pour les éléphants d'Asie captifs, cependant, les ouvriers les plus essentiels sont les cornacs – des personnes qui travaillent avec et s'occupent des éléphants.

Ce blog, écrit par Anabel Lopez-Perez, biologiste de la faune au Elephant Conservation Center au Laos, et édité par moi, raconte l'histoire de leur travail et souligne l'importance de garder les cornacs au travail pendant la pandémie. Dr Susan Mikota, Dr Janine Brown et moi avons choisi de les soutenir par le biais de notre Elephant Healthcare & Welfare Emergency Lifeline Fund.

le Centre de conservation des éléphants (ECC) a été fondée en 2011 dans le but de réintroduire des groupes d'éléphants en bonne santé socialement cohérents dans une forêt naturelle sûre et protégée. Situé dans la province de Sayaboury au Laos, l'ECC dispose de 530 hectares de forêt. Il accueille 34 éléphants et emploie 67 personnes, dont 33 sont des cornacs. En temps normal, le Centre est soutenu par des visiteurs qui fournissent 90% de ses revenus totaux.

Mais ce ne sont pas des temps normaux. Avec l’arrivée du virus COVID-19 et la disparition des touristes, les fonds destinés à soutenir les éléphants de l’ECC ont chuté précipitamment depuis mars 2020.

Les mahouts sont des travailleurs essentiels pour les éléphants qui vivent sous les soins de l'homme

Une préoccupation majeure est de ne pas pouvoir payer les salaires de notre équipe de cornacs. Ce sont des travailleurs essentiels qui maintiennent l'intégrité de nos programmes de conservation et assurent les soins quotidiens et le bien-être de nos éléphants. Leur travail est particulièrement important dans une installation de libre-contact comme l'ECC où les gens et les éléphants sont souvent très proches les uns des autres.

ECC mahout s'occupant de son éléphant mâle juvénile. Image d'Anabel Lopez-Perez.
ECC mahout s'occupant de son éléphant mâle juvénile. Image d'Anabel Lopez-Perez.

Nous avons actuellement deux femmes enceintes dans notre établissement. On livrera très bientôt. Ces derniers mois, nous nous sommes demandé nerveusement, «Comment allons-nous prodiguer les meilleurs soins à cette future maman pendant les derniers mois de sa grossesse et de son accouchement si ses cornacs – les personnes qu'elle connaît et en qui elle a confiance – ne sont pas là?»

Il est impératif d'avoir de bons cornacs pour suivre les derniers mois de sa grossesse et bien gérer la parturition (l'action d'accoucher). Ses cornacs dorment actuellement près d'elle dans la forêt, surveillant sa condition.

Nous avons également neuf hommes au Centre, quatre d’entre eux sont des jeunes et les autres sont des adultes. La gestion des éléphants mâles est plus difficile et plus dangereuse que celle des femelles. Il est essentiel d'avoir des cornacs expérimentés et compétents pour gérer correctement les taureaux sans mettre les autres personnes, les autres éléphants ou eux-mêmes en danger, en particulier lorsque les mâles traversent le musth – une condition d'agression accrue et de comportement imprévisible associé à une augmentation des niveaux de testostérone.

Comment allons-nous garder ces taureaux en sécurité et leur fournir les meilleurs soins si nous n'avons pas les moyens de payer les salaires de nos cornacs? Comment allons-nous continuer notre programme d’élevage si nous n’avons pas de cornacs capables de manipuler les mâles en toute sécurité? Si nos mâles entrent en musth pendant la pandémie (nous avons actuellement deux mâles en musth), qui va s'occuper d'eux pendant cette période si leurs cornacs ne sont pas là?

Le reste de nos éléphants sont des femelles. Les éléphants femelles à l'état sauvage font toujours partie d'un troupeau familial. Cependant, nos femmes sont sauvées de milieux de travail différents, donc aucune d'elles n'est liée les unes aux autres.

Notre équipe ECC se concentre sur la facilitation du temps social pour nos éléphants résidents. Cela garantit aux individus la possibilité de former un troupeau cohésif et d'exprimer des comportements sociaux similaires à ceux de la nature. Dans ce processus, la coopération des mahouts et la connaissance de leurs éléphants sont cruciales. Comment pouvons-nous continuer à offrir du temps social et le meilleur bien-être possible à nos femmes si nous n’avons pas assez de cornacs? Très simplement, nous ne pourrons pas le faire.

Kan, notre vétérinaire lao, et M. Ken (le cornac de l’éléphant) soignent Mae Ven à l’hôpital ECC. Image d'Anabel Lopez-Perez.
Kan (à droite), notre vétérinaire lao, et M. Ken (le mahout de l’éléphant) soignent Mae Ven à l’hôpital ECC. Image d'Anabel Lopez-Perez. (Malheureusement, Mae Ven est décédée la semaine dernière.)

Le seul hôpital pour éléphants du Laos est situé à l'ECC; il fournit à la fois des soins de santé d'urgence et de routine. Mais sans cornacs, comment allons-nous maintenir proactivement nos éléphants en bonne santé?

Les Mahouts sont ceux qui connaissent le mieux leurs éléphants. Ils peuvent détecter la formation précoce de plaies ou des changements subtils de comportement – comme manger ou boire moins, marcher plus lentement que la normale ou boiter – qui indiquent que quelque chose ne va pas. Nous avons besoin de nos cornacs pour détecter (sur le terrain) et traiter (dans notre hôpital) les problèmes de santé émergents avant qu'ils ne dégénèrent en urgences sanitaires majeures.

Les mahouts sont des travailleurs essentiels pour les éléphants relâchés dans la nature

ECC mahouts pistant des éléphants relâchés dans la zone protégée nationale de Nam Pouy. Image d'Anabel Lopez-Perez.
ECC mahouts pistant des éléphants relâchés dans la zone protégée nationale de Nam Pouy. Image d'Anabel Lopez-Perez.

Le 18 mars 2019, après un long processus visant à cibler un troupeau d'éléphants compatible, cinq éléphants (quatre femelles et un juvénile mâle) ont été sélectionnés et relâchés dans la zone protégée nationale de Nam Pouy. Quatre de ces éléphants avaient été confisqués par le gouvernement laotien après une tentative de commerce illégal en 2018.

Nos cornacs suivent toujours les mouvements des éléphants quatre fois par semaine pour vérifier que les membres du troupeau restent proches les uns des autres, pour voir si les éléphants sont en bonne santé et pour évaluer et prévenir toute situation qui pourrait mettre en danger les éléphants ou les résidents locaux. Sans nos cornacs vigilants, il sera très difficile de faire avancer notre programme de lâcher et de garantir la sécurité du troupeau relâché.

Merci pour la bouée de sauvetage!

Nous sommes extrêmement fiers de notre équipe de mahout et du travail important qu'ils accomplissent. Aucun de nos efforts de conservation et de bien-être des éléphants (socialisation, remise en liberté, élevage, soins vétérinaires, etc.) n'est possible sans eux.

Face à l'incertitude de la pandémie mondiale du COVID-19, nous nous inquiétons des mois à venir. Nous craignons de ne pas disposer de fonds suffisants pour garder nos cornacs à bord. Et donc, nous nous inquiétons du bien-être de nos éléphants.

L'ECC et ses précieux habitants ne peuvent pas se permettre de perdre leurs cornacs.

Veuillez considérer un don GoFundMe au Elephant Conservation Center. Je vous remercie pour le soin! (GoFundMe: https://www.gofundme.com/f/ECCAccelerator)


L'équipe ECC remercie sincèrement le Elephant Healthcare & Welfare Emergency Lifeline Fund équipe pour son généreux soutien. Ils nous aident à payer un salaire équitable à nos cornacs et à faire en sorte que tous nos éléphants bénéficient du meilleur bien-être et des meilleures conditions de vie en ces temps difficiles.

Image en vedette (haut de l'article): L'équipe de mâles éléphants cornac d'ECC. Image d'Anabel Lopez-Perez.

Les mahouts d'ECC apprécient votre soutien. Image d'Anabel Lopez-Perez.
Les cornacs d'ECC apprécient votre soutien. Image d'Anabel Lopez-Perez.

A propos de l'auteur

Anabel Lopez-Perez

Anabel Lopez-Perez est biologiste de la faune au Elephant Conservation Center au Laos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *