Catégories
Tourisme

Les gouvernements des Caraïbes doivent réduire les taxes sur les passagers aériens

Décrivant les voyages comme étant en «chute libre» et l'industrie du transport aérien comme étant «à nu» en raison de l'impact du coronavirus (COVID-19), l'association professionnelle des compagnies aériennes du monde, conseille aux gouvernements des Caraïbes de réduire les taxes sur les passagers s'ils souhaitent être compétitifs lorsque le service est rétabli.

Peter Cerda, vice-président régional pour les Amériques à l'International Air Transport Association (IATA), dit que l'état du secteur mondial des compagnies aériennes, y compris les transporteurs des Caraïbes, est «aussi mauvais qu'on pourrait s'y attendre», et ils auront besoin d'un gouvernement assistance pour reprendre toute forme de service.

Cerda, s’exprimant cette semaine sur le podcast de l’Organisation du tourisme des Caraïbes (CTO), COVID-19: The Unwanted Visitor, prévient que le secteur de l'aviation sortira de la crise avec moins de transporteurs offrant des services plus légers à moins de routes et pilotant des avions plus petits. Et «en ce qui concerne les Caraïbes, ce ne sera pas le même marché».

Par conséquent, dit-il, les gouvernements régionaux doivent se préparer à cette éventualité en prenant les mesures nécessaires pour réduire le coût des voyages en avion.

«Les gouvernements peuvent… aider les transporteurs internationaux à continuer à opérer là-bas (en) abaissant les redevances passagers et les taxes», suggère Cerda. «L'un des plus gros problèmes auxquels nous avons toujours été confrontés dans les Caraïbes est que les Caraïbes sont un marché très fortement taxé. Et c'est toujours taxé du côté des compagnies aériennes, du côté des passagers et du côté des consommateurs. Et ce sera un grand défi pour les Caraïbes une fois que nous serons en mesure d'échapper à cette crise. »

L'exécutif de l'IATA prévoit qu'au début de la reprise des voyages en avion, les personnes qui volent préfèrent rester près de chez elles. Il dit que la proximité des Caraïbes avec les États-Unis et le Canada lui donne un avantage dans ce cas, mais elle peut rapidement perdre cet avantage si les pays ne font pas preuve de prudence.

«En raison de la crise financière qui suivra les appréhensions du consommateur, si les Caraïbes ne se positionnent pas – qu'elles sont compétitives, elles ont un bon niveau de service en termes de services médicaux, elles ont les bonnes procédures mises en place – ces passagers peuvent décider d'aller ailleurs, ailleurs en Amérique centrale, au Mexique ou même de voir aux États-Unis », explique Cerda.

L'IATA représente environ 290 compagnies aériennes ou 82 pour cent du trafic aérien total, et Certa dit que pratiquement tous les avions sont immobilisés et que les compagnies aériennes continuent de faire face à des ruines financières, l'organisation a demandé à tous les gouvernements, y compris ceux des Caraïbes, de fournir entre autres les prêts à intérêt par l’intermédiaire de leurs institutions de crédit.

Il dit que beaucoup ont déjà avancé pour fournir des assistances et avertit que ceux qui ne le seront pas seront à la fin de la file d'attente pour le service lorsque les vols reprendront.

«Les pays qui aident l'industrie se positionneront beaucoup mieux lorsque la crise sera terminée pour rétablir les vols. Dans les pays où ils n'aident pas leurs compagnies aériennes, ces compagnies aériennes seront dans une situation très difficile pour pouvoir redémarrer », a déclaré Cerda.

Tout en prévoyant que les voyages internationaux retourneront dans les Caraïbes d'ici le mois prochain, Cerda a déclaré que les économies des Caraïbes pourraient perdre 740 millions de dollars et faire face à 23 000 suppressions d'emplois si les frontières restaient fermées jusqu'à fin juin. Si l'on considère tous les voyages et le tourisme, dit-il, le coût pour la région pourrait atteindre 6,5 milliards de dollars, avec plus de 350 000 emplois en danger.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *