16 juin 2021

Les forêts sont notre antivirus! Ils nous défendent des pandémies

Selon une nouvelle étude, les forêts nous défendent des virus et des pandémies, tandis que la déforestation les fait se propager

Covid-19 a eu un impact négatif sur nos vies mais il nous a appris à quel point la survie de notre espèce dépend de nature. Une étude très récente, publiée dans la revue scientifique Frontiers in Veterinary Science, confirme la relation entre la déforestation et la propagation de Pandémies. Les forêts sont un antivirus naturel car elles protègent la biodiversité qui, à son tour, nous protège de la propagation des virus.

L’étude montre que maladie infectieuse les épidémies se propagent plus facilement dans les zones où la déforestation s’est produit. De plus, les scientifiques montrent que plantations de monoculture sont tout aussi dangereux et sont tout aussi susceptibles d’augmenter les flambées de maladies infectieuses. Ces cultures basées sur une seule espèce végétale réduisent considérablement la biodiversité naturelle, qui joue un rôle crucial dans la maîtrise de la propagation des virus et des pandémies.

Déforestation, perte de biodiversité et pandémies selon la biologie

forêt

Photo par Alenka Skvarc sur Unsplash

Alors que le nombre de virus augmente à un rythme effarant taux, le lien entre la biodiversité et le protection de notre espèce devient indéniable. Imaginez que le monde dans lequel nous vivons est fait d’une chaîne de pièces de puzzle, qui est censée se rassembler et créer une image beaucoup plus grande dans le grand schéma des choses. Chaque segment de la chaîne a un but, et chaque fois qu’une pièce est perdue, les dommages causés à l’ensemble du puzzle sont totalement irréparables.

Ce concept simple explique le réseau d’écosystèmes qui habitent notre seule planète.
Si la survie d’un écosystème est menacée, alors notre espèce l’est aussi. La terre que nous parcourons, l’eau que nous buvons, les produits que nous récoltons sont le sous-produit inévitable de l’interrelation entre la santé humaine et la biodiversité.

La recherche montre que la crise climatique actuelle a été exacerbant les conditions précaires dans lesquelles nous vivons face à Covid-19. Les scientifiques conviennent que des phénomènes environnementaux tels que la déforestation, la sécheresse et l’agriculture intensive ont coupé une bande à travers un variété d’espèces qui visent à nous protéger des agents pathogènes nocifs, conduisant ainsi à leur propagation dans le monde entier.

Un exemple: comment la monoculture d’huile de palme détruit la biodiversité

Paume

Photo de Nazarizal Mohammad sur Unsplash

Prenez l’incroyablement recherché huile de palme: sa production implique le complet éradication d’espèces spécialisées qui sont naturellement destinées à habiter un écosystème tropical et à le protéger. Au fur et à mesure que des palmiers à huile sont plantés, la biodisponibilité des substances organiques dans le sol chute drastiquement, conduisant ainsi à un manque de nutriments dans la végétation, qui est ensuite consommée par la faune affamée.

orangutang

Photo de Dan Dennis sur Unsplash

La destruction de ce précieux habitat a entraîné la mise en danger de nombreuses espèces telles que orangs-outans, qui, selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), ne représenterait que 47 000 spécimens en 2025. Alors que nous fermons les yeux sur cette tristesse catastrophe, d’autres espèces généralisées telles que les rats, les mouches et les moustiques prolifèrent largement.

Conclusions

Perte de biodiversité et une augmentation des pandémies sont les deux faces d’une même médaille. Des preuves désormais évidentes indiquent que la prolifération d’espèces généralistes, causée par une déforestation intensive, conduit à la propagation irréversible de virus et d’agents pathogènes dangereux dans le monde entier. Et sa destination ultime semble être l’humanité elle-même.

En protégeant l’écosystème et les forêts, nous pouvons nous défendre contre pandémies et les terribles conséquences qu’elles entraînent.

Auteur: Arianna Celeste

Image de couverture: Nagy Arnold