3 juillet 2020

Les États africains luttent contre le COVID-19 avec des budgets à faible conservation de la faune

Les États africains qui luttent contre COVID-19 et la récession économique qui l'accompagne observent le grand danger et les effets néfastes sur la conservation de la faune sauvage pour le développement du tourisme durable sur le continent.

La pandémie a déclenché la première récession en Afrique subsaharienne, la principale région riche en faune sauvage qui attire chaque année la plupart des touristes safari photographiques en Afrique.

La région de l'Afrique de l'Est, l'une des principales destinations de safari animalier en Afrique, a vu ses budgets régionaux annuels alloués à la conservation en mettant l'accent sur le tourisme, la faune sauvage et l'environnement étant comptés comme plus bas que prévu.

Des budgets régionaux est-africains ont été déposés devant le parlement de chaque pays à la mi-juin.

Le Kenya a consacré 1,4% de son budget annuel total à la conservation de la faune et au développement du tourisme, l'Ouganda 1,7%, le Rwanda 3,8% et la Tanzanie 1% des dépenses totales de développement.

L'évaluation de l'impact du COVID-19 par le East African Business Council a estimé que les États de l'Afrique de l'Est pourraient potentiellement perdre plus de 5,4 milliards de dollars de recettes touristiques depuis la pandémie en raison des restrictions de voyage et des annulations de réservation d'hôtel.

Le tourisme de loisirs et de conférence, ainsi que le tourisme extérieur et intérieur, risquent de s'effondrer, le taux d'occupation des hôtels passant de 80% à 20% l'an dernier et le tourisme de conférence cessant pratiquement.

Les gouvernements de l'Afrique de l'Est ont mis de côté environ 200 millions de dollars US dans des fonds spéciaux de relance pour la rénovation des installations, la restructuration des opérations commerciales et la promotion et la commercialisation du tourisme.

Les conservateurs de la faune et de la nature en Afrique craignent que le nombre d'espèces sauvages ne diminue par manque de fonds dans les zones protégées, avec des niveaux de pauvreté croissants qui pourraient forcer les communautés proches des zones riches en faune sauvage à se tourner vers la chasse illicite et d'autres pratiques qui nuiraient à l'écosystème.

La faune est la principale attraction pour le secteur du tourisme en Afrique de l'Est et a reçu des investissements substantiels des gouvernements avant le déclenchement de la pandémie COVID-19, a déclaré la Fondation africaine de la faune.

L'arrêt du commerce illégal d'espèces sauvages arrêterait également la propagation des maladies zoonotiques liées au secteur de la santé, a déclaré Kaddu Sebunya, directeur général de l'African Wildlife Foundation.

«La protection de nos forêts conduit à la sécurité des bassins versants, ce qui conduit ensuite à la fourniture de meilleurs produits agricoles, dissuade la famine et améliore les moyens de subsistance. Malgré ces preuves, la conservation reste terriblement sous-financée », a déclaré Sebunya.

Sebunya a déclaré que la conservation dépend fortement de financements externes et n'a pas été en mesure de devenir autonome, inquiète pour l'avenir de la faune sauvage en Afrique lorsque le financement des donateurs diminue.

Les prévisions indiquent une augmentation attendue de l'utilisation non durable des ressources naturelles, y compris le braconnage, avec une grande crainte que cette situation n'entraîne une autre pandémie pour la faune africaine.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *