Il y a quelques jours, le rachat du troisième tour opérateur européen, FTI Group, par le fonds d'investissement spécialisé Certares a été annoncé pour 1 euro. Il y avait une déclaration selon laquelle a servi à confirmer l'opération et à clarifier certaines choses, mais à l’heure actuelle, il y en a bien d’autres qui semblent enveloppées d’un voile d’incertitude. Et en Allemagne, différents agents du secteur du tourisme se demandent déjà comment sera structuré l'avenir de l'entreprise, comme le publie le média HandesBlatt. Alors que les agences maintiennent leurs doutes, le groupe a envoyé une lettre aux hôteliers, à laquelle HOSTELTUR a eu accès, dans laquelle il assure que le nouvel investisseur lui permettra de régulariser les retards de paiement, en s'appuyant sur l'expérience de Sabine Dorn-Aglagulqui a récemment ajouté la responsabilité de réceptif à la gestion hôtelière.

Le texte de la lettre, dans laquelle le voyagiste explique à ses partenaires hôteliers qui est le nouvel investisseur, dit textuellement qu'après plusieurs mois au cours desquels sa situation de retards de paiement s'est améliorée, « FTI s'engage à renforcer nos conditions et notre discipline de paiement. . Notre objectif est de revenir rapidement à nos conditions habituelles pendant que nous cherchons renforcer encore nos parts de marché d’ici l’été 2024 avec votre soutien. »

Le tour opérateur annonce dans sa lettre qu'il pourra confier cette tâche à Sabine Dorn. Plus précisément, il note que « les connaissances approfondies de Sabine en matière de gestion hôtelière guideront l'élaboration de plans de paiement équitables et transparents, dont nous discuterons individuellement avec chaque partenaire ».

La position des agences allemandes

Auparavant, dans ce journal, nous avions proposé une approximation de ce qui arriverait à FTI après son rachat par Certares, mais la vérité est que le groupe touristique allemand est très endetté et que cette circonstance a généré la méfiance parmi les agences de voyages au point que l'une des associations les plus importantes du marché allemand, VURS, est sceptique quant au résultat de l'opération.

FTI a été racheté par le fonds Certares. Source : IFT

La présidente de cette organisation, Marija Linnhoff, l'a dit clairement : « il reste encore beaucoup de questions sans réponse », parmi lesquelles celle de savoir si les obligations de la FTI envers les hôtels situés dans les différentes destinations où il opère le groupe. Récemment, les dirigeants du voyagiste ont rencontré des agents de voyages pour dissiper les soupçons d'insolvabilité, mais il semble que la méfiance persiste.

Marija Linnhoff (VURS) : « Au vu du niveau d'endettement élevé de FTI, l'injection de capital promise ressemble plutôt à une goutte d'eau dans l'océan »

L'augmentation de 10% du chiffre d'affaires de FTI, pour atteindre 4,1 milliards d'euros, pourrait soutenir sa situation et fonctionner comme une réponse bien modulée aux doutes sur son insolvabilité. Mais est-ce suffisant ? De HandelsBlatt, ils considèrent que non, que l'entreprise est lourdement endettée et qu'un « revenu à deux chiffres » ne suffit pas à rétablir l'équilibre.

Il est possible que là où les ressources propres ne parviennent pas, les contributions du nouveau propriétaire puissent atteindre. À cet égard, Certares a engagé un investissement de 125 millions d'euros, qui n'est pas non plus considéré suffisamment pour compenser le surendettement de FTI. Et aujourd’hui, malgré le clair-obscur de cette opération, on ne sait toujours pas s’il y aura des coupes dans sa structure. Encore une question sans réponse.

Dette de l’IMOA

Le groupe touristique s'est endetté principalement pendant la pandémie de COVID-19. Durant cette période, le gouvernement fédéral allemand et le gouvernement du Land de Bavière ont garanti un prêt à FTI, dont le siège est à Munich. environ 250 millions d'euros. Il faut ajouter à cela que le Fonds national de stabilisation économique (FSM) lui a accordé plusieurs prêts tacites et subordonnés qui totalisant près de 600 millions d'euros.

Plus d’informations concernant le Groupe FTI :

– Les ventes du groupe touristique FTI ont augmenté de 10%

– Le défi du tour opérateur allemand FTI de trouver un nouvel investisseur

– Les tour-opérateurs qui dirigent l'émetteur allemand : voilà comment évolue le Top10

– FTI enregistre un niveau historique de réservations anticipées pour l'été

Il a été révélé que FTI n’a jusqu’à présent remboursé qu’une petite partie du capital total qu’elle doit, et il convient de noter que l'échéance des prêts précités approche, puisqu'il est prévu entre 2026 et 2027, comme le précise le rapport annuel du groupe touristique présenté en février dernier. Encore une fois, une autre question en suspens.

La dernière question en suspens concernant l'avenir du Groupe FTI est celle qui dépasse actuellement l'horizon : après avoir traversé un processus de restructuration prévisible,le troisième tour opérateur européen va entrer en bourse? Le fait que le nouveau PDG, Karl Markgraf, soit un expert des salles des marchés semble donner des indices. Mais le fait est que cela ne constitue pas non plus une réponse claire à la question.

★★★★★