Catégories
Tourisme

Le redémarrage du transport aérien en toute sécurité nécessite des mesures harmonisées

L'Association du transport aérien international (IATA) a salué la publication par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) des lignes directrices du protocole COVID-19 sur la sécurité sanitaire de l'aviation pour le redémarrage en toute sécurité du transport aérien en L'Europe .

Les lignes directrices de l'AESA et de l'ECDC sont alignées sur les recommandations formulées par le secteur des compagnies aériennes et des aéroports pour une approche en couches de mesures temporaires pour protéger la santé publique tout en permettant à des services aériens viables de contribuer à la reprise économique européenne. Mais les lignes directrices ne seront efficaces que si tous les États européens parviennent à une mise en œuvre harmonisée et se reconnaissent mutuellement. Ne pas le faire nuirait à la confiance du public dans le système de l'aviation, avec des conséquences négatives pour l'économie et l'emploi.

Les mesures clés des lignes directrices de l'AESA comprennent:

  • La distance physique à l'aéroport doit être maintenue. L'infrastructure du terminal, telle que le dépôt et la récupération des bagages, et au niveau de la sécurité, doit être optimisée pour éviter les files d'attente
  • Le port de masques en tout temps à l'aéroport et à bord est recommandé, de même que la fourniture d'équipements de protection individuelle (EPI) appropriés au personnel.
  • Des procédures de nettoyage améliorées à la fois dans l'aéroport et dans les avions sont recommandées, en particulier pour les surfaces fréquemment touchées
  • Lorsque la charge de passagers, la configuration de la cabine et les exigences de masse et centrage le permettent, les compagnies aériennes devraient assurer, dans la mesure du possible, une distance physique entre les passagers. Les membres de la famille et les personnes voyageant ensemble dans le même foyer peuvent être assis côte à côte.

«L'AESA et l'ECDC ont fourni un cadre raisonnable pour redémarrer l'aviation tout en protégeant la santé publique. Les directives indiquent clairement que, même si les compagnies aériennes devraient chercher à maintenir une distance physique lorsque cela est possible, la flexibilité quant à la disposition des sièges est autorisée. Et les exigences de quarantaine ne sont pas nécessaires. Mais il est absolument essentiel que tous les États européens appliquent ces lignes directrices de manière harmonisée et mutuellement reconnue. Les écarts et exceptions locaux nuiront à la confiance du public et rendront son fonctionnement plus difficile. Cela serait préjudiciable à la santé publique et à la reprise économique. L’IATA aidera les États à mettre en œuvre ces directives de la manière la plus rapide et la plus efficace », a déclaré Rafael Schvartzman, vice-président régional de l’IATA pour l’Europe.

Dans une déclaration accompagnant le protocole, l'AESA a expliqué que les mesures recommandées seront régulièrement évaluées et mises à jour en fonction de l'évolution de la connaissance du risque de transmission ainsi que du développement d'autres mesures diagnostiques ou préventives. L'IATA est prête à soutenir les autorités dans ce processus de raffinement et d'optimisation des recommandations et des lignes directrices.

Normes mondiales

Les lignes directrices de l'AESA et de l'ECDC apporteront une contribution importante aux discussions tenues par le COVID-19 Aviation Recovery Taskforce (ICAO CART) de l'Organisation de l'aviation civile internationale, qui est chargé d'élaborer les normes mondiales nécessaires au redémarrage de l'aviation en toute sécurité.

Pour aider au processus CART, l'IATA travaille en permanence avec les autorités et les partenaires de l'industrie pour élaborer des positions communes. Avec le secteur aéroportuaire, un document – Safely Restarting Aviation: ACI and IATA Joint Approacha été publié. De plus, les 31 PDG du Conseil des gouverneurs de l'IATA se sont mis d'accord sur une déclaration de cinq principes pour redémarrer l'aviation.

  1. L'aviation accordera toujours la priorité à la sécurité et à la sûreté
  2. L'aviation réagira avec souplesse à mesure que la crise et la science évoluent
  3. L'aviation sera un moteur clé de la reprise économique
  4. L'aviation atteindra ses objectifs environnementaux
  5. L'aviation fonctionnera selon des normes mondiales harmonisées et mutuellement reconnues par les gouvernements

«La sécurité de nos passagers et de notre équipage est la préoccupation numéro un. Aucune mesure ne va y parvenir. C’est pourquoi nous adoptons une approche en couches, guidée par la science et alignée sur les recommandations de l’AESA. À mesure que la situation médicale et la science évoluent, nous travaillerons en étroite collaboration avec les autorités de réglementation pour veiller à ce que les mesures en place s'adaptent en conséquence. Et nos cinq principes nous guideront vers un redémarrage sûr et durable des voyages en avion et une impulsion vitale pour l'activité économique », a déclaré Schvartzman.

«En Europe, nous sommes bloqués depuis de nombreuses semaines. Le secteur du tourisme, qui représente des millions d'emplois à travers l'Europe, est particulièrement tributaire du redémarrage de la connectivité. L'isolement forcé nous a donné envie de renouer avec le monde – de jouir à nouveau de la liberté d'explorer, de partager des expériences avec nos proches et d'échapper aux pressions de la vie quotidienne. Avec ces directives sensées en place, nous pouvons tous nous attendre à la liberté que seul le vol peut offrir », a-t-il conclu.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *