9 mars 2021

Le ministre jamaïcain du tourisme lance officiellement le Centre satellitaire de résilience touristique mondiale du Kenya

Le Centre satellitaire mondial de résilience du tourisme au Kenya a été officiellement lancé par le fondateur et coprésident du Centre mondial de résilience et de gestion des crises du tourisme et le ministre jamaïcain du tourisme, Hon. Edmund Bartlett. Cela fait suite aux discussions initiales visant à créer ce centre satellite à l’Université Kenyatta il y a deux ans.

«La création de ce centre satellite à l’Université de Kenyatta élargira la portée mondiale du Centre mondial de résilience. Je suis particulièrement enthousiaste car ce sera un atout essentiel pour renforcer la résilience et la durabilité du tourisme parmi les destinations d’Afrique de l’Est.

En outre, le Kenya Satellite Center sera un point focal pour le développement, la coordination et le soutien des efforts de renforcement de la résilience et de réponse », a déclaré l’honorable Edmund Bartlett.

Le ministre Bartlett a également souligné que «le tourisme en Afrique de l’Est est désormais mieux placé pour rebondir rapidement après des événements perturbateurs. Le besoin de résilience du tourisme est devenu plus critique à mesure que les menaces deviennent plus courantes et la présence du bureau oriental du GTRCMC renforcera encore la capacité du secteur du tourisme dans 16 pays africains.

Selon le professeur Lloyd Waller, directeur exécutif du GTRCMC, «Le Centre satellitaire de l’Afrique de l’Est lui-même fait partie d’un réseau mondial plus large de centres à travers le monde qui fonctionnent collectivement comme un groupe de réflexion mondial pour relever les défis mondiaux et régionaux du tourisme. secteur par le partage d’informations. Déjà, nos efforts conjoints concernant la relance du tourisme ont démontré l’utilité d’une telle approche de la résilience du tourisme.

«En fin de compte, ce centre deviendra un catalyseur clé pour le développement du tourisme durable et garantira que le tourisme mondial peut s’adapter et répondre aux incertitudes de son environnement interne et externe», a ajouté l’honorable Edmund Bartlett.

Créé en 2017 et hébergé à l’Université des Antilles, le Centre mondial de résilience et de gestion des crises du tourisme a pour mission d’aider les destinations touristiques mondiales à se préparer, à gérer et à se remettre des perturbations et / ou des crises qui affectent le tourisme et menacent les économies et les moyens de subsistance du monde entier. Le GTRCMC a des bureaux dans les Caraïbes, en Afrique et en Méditerranée et des filiales dans plus de 42 pays.

Les remarques du ministre Bartlett sont partagées ici:

Il y a trois ans, j’ai conceptualisé le Centre mondial de résilience et de gestion des crises du tourisme (GTRCMC) lors de la Conférence mondiale de l’OMT sur le développement durable tenue à Montego Bay, Jamaïque, en novembre 2017. La création proposée du Centre de résilience reflétait un appel à l’action pour le monde les acteurs du tourisme à répondre de manière collaborative, centralisée et institutionnelle au large éventail de menaces traditionnelles et non traditionnelles qui déstabilisent de plus en plus le tourisme mondial. Le mandat du Centre était de créer des politiques, des boîtes à outils et des lignes directrices conçues pour renforcer la capacité des destinations touristiques vulnérables du monde entier à atténuer les risques de catastrophe et à gérer les efforts de relèvement après les crises.

Afin d’étendre la portée mondiale du Centre de résilience, le Conseil d’administration du Centre a décidé de créer quatre centres satellites pour desservir différentes régions et sous-régions du monde. Deux de ces centres satellites ont déjà été ouverts au Kenya à l’Université de Kenyatta et au Népal et des plans sont en cours pour en créer d’autres à Hong Kong, au Japon et aux Seychelles. Je suis particulièrement enthousiasmé par la création de ce centre satellite à l’Université Kenyatta. Ce sera un atout essentiel pour renforcer la résilience et la durabilité du tourisme parmi les destinations d’Afrique de l’Est. Grâce à la création de ce point focal pour le développement, la coordination et le soutien des efforts de renforcement de la résilience et de réponse, le tourisme en Afrique de l’Est est désormais mieux placé pour rebondir rapidement après des événements perturbateurs.

Alors que le monde est actuellement aux prises avec la pandémie de COVID-19, il est important de noter que cette crise ne sera probablement pas la dernière du genre en termes de portée et d’impact. Depuis de nombreuses années, j’avertis que les menaces telles que les pandémies et les épidémies, les impacts du changement climatique et les problèmes de cybersécurité deviendront la nouvelle norme dans un monde en évolution rapide et de plus en plus interconnecté. Au fur et à mesure que ces menaces deviendront plus courantes, la résilience du tourisme prendra une plus grande importance pour garantir que le tourisme mondial puisse s’adapter et répondre aux incertitudes de son environnement interne et externe. À terme, ce centre deviendra un catalyseur clé du développement du tourisme durable.

Alors que nous nous tournons vers l’avenir, le GTRCMC continuera de renforcer la collaboration avec son réseau de partenaires locaux, régionaux et internationaux pour atténuer l’impact de la pandémie sur les destinations, ainsi que pour identifier des stratégies efficaces pour leur rétablissement et pour améliorer leur préparation et réactivité aux chocs futurs. Dans la période immédiate et prévisible, le Centre sera appelé à jouer un rôle central en soutenant les efforts mondiaux de gestion, d’atténuation et de reprise des crises dans le secteur du tourisme. C’est une responsabilité que le Centre prend très au sérieux, et nous avons l’intention de renforcer les partenariats existants et d’en créer de nouveaux dans le but ultime d’assurer une industrie du tourisme plus agile, adaptative et résiliente dans la période post-COVID. Nos plans immédiats comprennent le déploiement de diverses innovations, boîtes à outils et ressources d’information pour aider les destinations du monde entier à traverser cette période difficile.

Je prévois que ce forum fournira un échange utile de connaissances sur des questions telles que les meilleures pratiques en matière de renforcement de la résilience du tourisme; des cadres pour la normalisation, l’harmonisation et la collaboration des stratégies de résilience du tourisme dans la région; la viabilité de nouveaux modèles touristiques moins liés aux marchés extérieurs; l’utilisation de l’innovation et de la technologie dans les efforts d’atténuation et d’intervention; l’importance des initiatives de recherche, de formation et de financement; et le rôle des partenariats public-privé approfondis, entre autres questions pertinentes. En tant que coprésident du GTRCMC, je suis ravi de partager cette expérience et je suis optimiste quant au chemin à parcourir.

Plus d’actualités sur la Jamaïque

#rebuildingtravel