13 mai 2021

Lancement de la première étude sur les émissions de carburant d’aviation 100% durable en vol sur les avions de passagers

Les dirigeants de l’aviation lancent la première étude sur les émissions de carburant d’aviation 100% durable en vol sur les avions de passagers commerciaux

  • Lancement du projet pionnier «  Émissions et impact climatique des carburants alternatifs  » (ECLIF3)
  • L’étude sera réalisée à l’aide d’un avion Airbus A350-900 propulsé par des moteurs Rolls-Royce Trent XWB
  • Les tests de moteur de dégagement de carburant ont commencé dans les installations d’Airbus à Toulouse, en France, cette semaine

Une équipe de spécialistes de l’aérospatiale a lancé la première étude au monde sur les émissions en vol utilisant du carburant aviation 100% durable (SAF) sur un avion de passagers commercial à gros fuselage.

Airbus, le centre de recherche allemand DLR, Rolls-Royce et le producteur de SAF Neste se sont associés pour lancer le projet pionnier «  Emission and Climate Impact of Alternative Fuels  » (ECLIF3), qui examine les effets de 100% SAF sur les émissions et les performances des avions.

Les résultats de l’étude – qui sera menée au sol et dans les airs à l’aide d’un avion Airbus A350-900 propulsé par des moteurs Rolls-Royce Trent XWB – appuieront les efforts actuellement en cours chez Airbus et Rolls-Royce pour s’assurer que le secteur de l’aviation est prêt pour l’utilisation à grande échelle du SAF dans le cadre de l’initiative plus large de décarbonisation de l’industrie.

Les tests de moteur de dégagement de carburant, y compris un premier vol pour vérifier la compatibilité opérationnelle de l’utilisation de 100% SAF avec les systèmes de l’avion, ont commencé cette semaine dans les installations d’Airbus à Toulouse, en France. Ceux-ci seront suivis des essais révolutionnaires d’émissions en vol qui doivent commencer en avril et reprendre à l’automne, en utilisant le «  avion de chasse  » Falcon 20-E du DLR pour effectuer des mesures afin d’étudier l’impact sur les émissions de l’utilisation du SAF. Pendant ce temps, d’autres essais au sol mesurant les émissions de particules sont prévus pour indiquer l’impact environnemental de l’utilisation des SAF sur les opérations aéroportuaires.

Les essais en vol et au sol compareront les émissions de l’utilisation de 100% SAF produit avec la technologie HEFA (esters et acides gras hydroprocédés) à celles du kérosène fossile et du kérosène fossile à faible teneur en soufre.

Le SAF sera fourni par Neste, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de carburant d’aviation durable. Des mesures et analyses supplémentaires pour la caractérisation des émissions de particules pendant les essais au sol seront effectuées par l’Université de Manchester au Royaume-Uni et le Conseil national de recherches du Canada.

«Le SAF est un élément essentiel de l’ambition d’Airbus de décarboner l’industrie aéronautique et nous travaillons en étroite collaboration avec un certain nombre de partenaires pour assurer un avenir durable aux voyages aériens», a déclaré Steven Le Moing, responsable du programme des nouvelles énergies chez Airbus. «Les aéronefs ne peuvent actuellement fonctionner qu’avec un mélange maximal de 50% de SAF et de kérosène fossile; Cette collaboration passionnante fournira non seulement un aperçu du fonctionnement des moteurs à turbine à gaz en utilisant 100% SAF en vue de la certification, mais identifiera également les réductions d’émissions potentielles et les avantages environnementaux de l’utilisation de ces carburants en vol sur un avion commercial.

Le Dr Patrick Le Clercq, chef de projet ECLIF chez DLR, a déclaré: «En enquêtant sur 100% SAF, nous portons nos recherches sur la conception des carburants et l’impact sur le climat de l’aviation à un nouveau niveau. Lors de précédentes campagnes de recherche, nous avons déjà pu démontrer le potentiel de réduction des suies de 30 à 50% de mélanges de carburants alternatifs, et nous espérons que cette nouvelle campagne montrera que ce potentiel est désormais encore plus grand.

«Le DLR a déjà mené des recherches approfondies sur l’analyse et la modélisation, ainsi que des essais au sol et en vol utilisant des carburants alternatifs avec l’avion de recherche Airbus A320 ATRA en 2015 et en 2018 avec la NASA.» Simon Burr, directeur du développement de produits et de la technologie, Rolls- Royce Civil Aerospace, a ajouté: «Dans notre monde post-COVID-19, les gens voudront se connecter à nouveau mais le faire de manière durable. Pour les voyages longue distance, nous savons que cela impliquera l’utilisation de turbines à gaz pendant des décennies. Le SAF est essentiel à la décarbonisation de ces voyages et nous soutenons activement la montée en puissance de sa disponibilité dans l’industrie aéronautique. Cette recherche est essentielle pour soutenir notre engagement à comprendre et à permettre l’utilisation de 100% SAF comme solution à faibles émissions. »