13 avril 2021

La pandémie pourrait permettre à la RV de se débarrasser de l’image «  gimmick  » dans le tourisme

Passant beaucoup plus de temps à l’intérieur avec beaucoup de temps libre, combiné à une envie de voyager, les voyageurs en herbe se sont tournés vers la réalité virtuelle pour combler un vide laissé par les restrictions de voyage.

  • Plus la pandémie du COVID-19 a un impact sur les voyages, plus les consommateurs et les organisations ont de chances d’adopter cette technologie de manière plus permanente.
  • De nombreuses entreprises et organisations touristiques se disputent désormais un avantage concurrentiel afin d’accélérer la reprise
  • L’utilisation de la RV dans le marketing – comme les visites de salles dans les hôtels – ajoute une autre dimension aux campagnes et améliorera l’image de marque pendant et après la pandémie, car elle réduit naturellement le contact humain.

L’impact du COVID-19 peut permettre à la réalité virtuelle de se débarrasser définitivement de son image de gadget dans le secteur du tourisme. Le battage médiatique derrière la technologie au cours des dernières années a souvent été plus important que l’utilisation réelle, en particulier à des fins de loisirs. Cependant, plus cette pandémie affecte les voyages, plus les consommateurs et les organisations ont de chances d’adopter cette technologie de manière plus permanente.

Passer beaucoup plus de temps à l’intérieur avec beaucoup de temps libre, combiné à une envie de voyager, a signifié que les voyageurs en herbe se sont tournés vers la réalité virtuelle pour combler un vide laissé par les restrictions de voyage. Selon les dernières données, 62% des consommateurs mondiaux ont déclaré qu’ils «restaient chez eux autant que possible» en raison de la pandémie, créant ainsi une opportunité pour cette technologie. Oculus a lancé son casque «  Quest 2  » en octobre et les expériences les plus populaires incluent National Geographic VR, qui emmène les utilisateurs vers des destinations lointaines, illustrant l’utilisation de la réalité virtuelle comme substitut à la réalité.

Un certain nombre d’organisations de gestion de destinations (OGD) ont également commencé à utiliser la réalité virtuelle dans les campagnes de marketing et à recréer des expériences touristiques. Par exemple, l’Office national du tourisme allemand (GNTB) a récemment emmené des téléspectateurs en voyage à travers le pays, ainsi que dans certaines parties de ses côtes de la Baltique et de la mer du Nord. Tout cela dans l’intérêt de faire grimper la demande à mesure que les voyages reprennent. Cependant, il reste à voir si ce type de stratégie axée sur la réalité virtuelle durera au-delà de la pandémie et si cette technologie sera limitée à une utilisation dans la phase de rêve / planification d’un voyage.

De nombreuses entreprises et organisations touristiques se disputent désormais un avantage concurrentiel afin d’accélérer la reprise. L’utilisation de la RV dans le marketing – comme les visites de chambres dans les hôtels – ajoute une autre dimension aux campagnes et améliorera l’image de marque pendant et après la pandémie, car elle réduit naturellement le contact humain. La RV continuera d’être utilisée dans les premières étapes de la planification.

Cependant, la réalité virtuelle a maintenant la possibilité d’améliorer les stratégies de marketing de l’industrie du voyage, par exemple, l’utilisation de cette technologie lors de la phase de réservation pour les clients leur donnera l’expérience ultime avant même d’arriver à destination.

Amadeus a mis en œuvre la première expérience de réservation de voyages et de recherche en réalité virtuelle au monde. L’avancement permet aux voyageurs de compléter l’ensemble du processus de réservation, du choix de la destination / service au paiement, le tout sans quitter la réalité virtuelle. L’adoption généralisée de la réalité virtuelle dans ce genre d’objet pourrait être la prochaine étape de cette technologie et l’aider à s’éloigner définitivement de son étiquette de «  gadget  ».