16 juin 2021

KATA va promouvoir le tourisme émetteur dans les pays de la CAE

Cette réunion stratégique intervient à un moment où la KATA s’est concentrée sur la promotion du tourisme émetteur vers les pays de la CAE afin d’aider ses membres à élargir leur horizon d’affaires ainsi qu’à améliorer les relations bilatérales avec les pays pour attirer plus de touristes au Kenya et envoyer simultanément des touristes du Kenya vers ces destinations.

  • Cette initiative menée par KATA fait partie du rôle stratégique de l’association au sein de la zone de libre-échange continentale africaine
  • Le Kenya et la Tanzanie sont parmi les économies les plus dynamiques d’Afrique subsaharienne
  • À la suite de la pandémie de COVID-19, des appels ont été lancés aux pays africains pour qu’ils se concentrent sur les voyages intra-africains

Le jeudi 27 mai 2021, la PDG de l’Association kényane des agents de voyages (KATA), Agnes Mucuha, a conduit une délégation de représentants de l’industrie du voyage et du tourisme du Kenya à une réunion avec le Haut-commissaire de la Tanzanie au Kenya, le Dr John Simbachawene au Haut-commissariat de Tanzanie à Nairobi. discuter des stratégies de collaboration mutuelle et de partenariat avec la Tanzanie pour promouvoir le tourisme émetteur en Tanzanie.

Cette réunion stratégique intervient à un moment où la KATA s’est concentrée sur la promotion du tourisme émetteur vers les pays de la CAE afin d’aider ses membres à élargir leur horizon d’affaires ainsi qu’à améliorer les relations bilatérales avec les pays pour attirer plus de touristes au Kenya et envoyer simultanément des touristes du Kenya vers ces destinations.

Cette initiative dirigée par la KATA fait partie du rôle stratégique de l’association au sein de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pour promouvoir les opérations de voyage et de tourisme à l’étranger au sein des États membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) dans le but de développer un modèle de tourisme transfrontalier. .

En mars 2018, les dirigeants africains ont signé trois accords distincts: l’Accord de libre-échange continental africain; la Déclaration de Kigali; et le Protocole sur la libre circulation des personnes. Les trois accords visent à réduire la bureaucratie, à harmoniser les réglementations et à éviter le protectionnisme dans plusieurs secteurs, notamment l’aviation, les voyages, le tourisme et l’hôtellerie.

L’association a invité les parties prenantes de l’Association kényane des voyagistes, de la Plateforme du tourisme de l’Afrique de l’Est, du Centre mondial de résilience et de gestion des crises du tourisme – Afrique de l’Est et d’autres parties prenantes du secteur de l’hôtellerie et du tourisme à discuter de la manière de renforcer les services de voyage et de tourisme d’échange entre les deux pays.

La réunion a mis en évidence des problèmes à résoudre tels que les barrières commerciales actuelles entre le Kenya et la Tanzanie qui affectent l’industrie du voyage et du tourisme, le transfert des touristes aux points frontières, l’augmentation des coûts des safaris, les problèmes de permis de travail pour les chauffeurs touristiques, les frais supplémentaires. pour la traversée en véhicule vers la Tanzanie et les limitations des points d’accès en Tanzanie. Les barrières commerciales dans les voyages et le tourisme reposent sur l’accord de 1985 qui a été signé par les deux États en vue de créer une plate-forme pour le flux de touristes entre les deux États. L’accord était motivé par une mentalité de protectionnisme du marché qui n’est plus viable aujourd’hui, et il n’y a pas eu l’adoption du protocole de marché commun de la CAE qui favorise la collaboration et la coopération mutuelles.