13 avril 2021

Italie Tourisme de nouveau un ministère après 60 ans

Le Premier ministre italien a supprimé le ministère du patrimoine culturel et des activités et du tourisme et en fait un département autonome sous la tutelle du vice-ministre de l’économie.

  1. Un ministère italien du tourisme a été créé il y a 60 ans après 24 changements politiques.
  2. En raison du COVID-19, le pays a vu 273 millions de touristes en moins en 2020.
  3. Comment le plan de relance de 224 milliards d’euros sera-t-il dépensé?

C’est ce qu’a décidé le nouveau Mario Draghi, Premier ministre italien. Italie Tourisme quitte le ministère du Patrimoine culturel (Mibact) et devient un ministère autonome dirigé par l’ancien vice-ministre de l’Économie, Massimo Garavaglia, du parti politique Lega, parti politique de droite, fédéraliste, populiste et conservateur en Italie ( actuellement sans portefeuille).

La création du ministère du Tourisme de Mibact remonte à 1960. Pour ce secteur, l’acquisition d’une dimension institutionnelle marque la énième étape d’un voyage qui a vu changer 24 politiciens de différentes statures et affiliations partisanes, jusqu’à son abolition en 1993.

Les mesures prises pour contenir les infections à coronavirus ont submergé le secteur du tourisme qui, avant la crise du COVID, valait plus de 13% du PIB italien et était l’un des secteurs économiques les plus vitaux. Selon l’Institut Demoskopika, 2020 s’est clôturée avec 237 millions de touristes de moins que l’année précédente. D’où le choix du président Draghi de se concentrer sur un ministère dédié.

La vision du président d’Unionturismo Gian Franco Fisanotti est:

«Avec un ministre spécifique, on peut s’attendre à une plus grande attention du gouvernement aux nombreux problèmes de notre secteur qui a besoin de l’aide de toutes les forces actives du pays, à commencer par la sécurité, la santé, l’agriculture, les transports et la culture, sur lesquels la crédibilité est fondée.

« Principalement [it is] une réforme constitutionnelle pour réviser le titre V de la constitution. [Title V is that part of the Italian Constitution in which local autonomies are “designed” – municipalities, provinces, and regions.]

«L’État doit se voir accorder un pouvoir législatif concret concomitant à celui des régions pour dicter des réglementations valables sur tout le territoire national. L’offre touristique nationale se nourrit de l’agriculture et des transports. L’Italie mérite le meilleur.

«Le succès du Made in Italy et le défi des pays concurrents exigent une image unifiée de l’Italie malgré la complexité et la richesse du produit. Il faudra un certain temps avant que les phases bureaucratiques du transfert des tâches au nouveau ministère du Tourisme puissent être achevées de celle du patrimoine culturel où elles se trouvaient jusqu’à présent, mais nous sommes confiants dans l’efficacité du Premier ministre Mario Draghi et de son collaborateurs.

«Le nouveau gouvernement pourra ainsi procéder à plein régime avec les papiers en règle, les stratégies de relance de la compétitivité de l’Italie sur la scène internationale en étroite collaboration avec l’Enit et les régions, les projets stratégiques pour la qualification de l’offre touristique qui après COVID, il a besoin de fortes incitations pour redémarrer.

«Les tâches du nouveau ministère sont connues et peuvent être résumées comme suit: coordination et promotion des politiques nationales du tourisme, relations avec l’UE et les pays tiers dans le domaine du tourisme, relations avec les associations professionnelles et les entreprises touristiques. Ensuite, il y a des plans pour le développement et l’intégration de politiques nationales du tourisme d’assistance et de protection des touristes, la gestion des fonds structurels et la promotion des jeunes pour de nouvelles formes de tourisme durable.

Avec un plan de relance de 8 milliards d’euros dédié à la culture, peu de choses ont été faites, d’autant plus qu’une grande partie des fonds a déjà été allouée à la promotion des villages ruraux comme Borghi, des principales attractions touristiques culturelles, du slow tourisme, etc. .

Récupération: ce qu’elle apporte au tourisme

Les 7 pages consacrées au tourisme sur 170 du plan de relance n’indiquent que 8 milliards d’euros sur 223,9 à partager avec la culture.

Un chapitre du plan de relance, celui sur le tourisme, qui est mémorable est son évanescence, compte tenu des secteurs à couvrir:

– Patrimoine culturel de nouvelle génération

– Renforcement du plan stratégique des grandes attractions touristiques et culturelles

– Plateformes numériques et stratégies d’accès au patrimoine culturel

– Amélioration de l’accessibilité physique

– Caput Mundi. Interventions sur le patrimoine artistique et culturel de Rome

– Développement de l’industrie cinématographique (Projet Cinecittà)

– Sites mineurs, zones rurales et banlieues

– Plan national des villages

– Patrimoine historique rural

– Programme Identité des lieux, banlieues, parcs et jardins historiques

– Sécurisation sismique des lieux de culte et restauration du patrimoine FEC

– Tourisme et culture

– Culture 4.0

– Formation et initiatives touristiques pour la

– Diffusion culturelle dans les écoles Accompagnement des opérateurs culturels dans la transition verte et numérique –

– «Sentiers de l’histoire» – Tourisme lent

– Amélioration des infrastructures d’hébergement et des services touristiques

Le «Plan national de relance et de résilience» (PNRR) qui sonne très haut est ambitieux, du moins pour le moment, et n’a que le nom et la structure puisque chacun de ses chapitres contient divers projets d’investissement, a déclaré Marina Lalli, présidente de la Fédération italienne du tourisme. , soulignant que les plans élaborés par d’autres pays tels que l’Espagne, prévoient que le gouvernement a réservé 24 milliards pour le tourisme, soit jusqu’à 17% des 140 milliards au total.

La crainte de la fédération dirigée par Confindustria est que pour les PME touristiques, le taux d’échec pourrait atteindre 40% de l’offre globale avec des pics de 80% pour des secteurs tels que les agences de voyages et les tour-opérateurs ou 60% pour ceux de la culture, de la restauration, et divertissement.

«Dans ce contexte d’alerte», a ajouté Lalli, «nous regardons le Plan National de Relance et de Résilience avec de grands espoirs et de profondes attentes, tout en étant conscients qu’il s’agit de projets d’investissements à moyen / long terme qui, par conséquent, ne relèvent pas l’urgence d’aider le secteur.

Paolo Gentiloni, commissaire européen chargé de l’économie, a souligné que le plan devrait être «renforcé». Le but est d’arriver à l’heure au rendez-vous le 30 avril avec l’Europe, date limite pour la présentation à Bruxelles d’un Plan qui dispose de la bonne structure économique pour redémarrer.

#rebuildingtravel