9 mars 2021

Infrastructure touristique, bien-être et comment «  reconstruire en mieux  » pour tous

goodtourismblog.com

Pour «reconstruire en mieux» pour de vrai plutôt que pour de la rhétorique, l’industrie du voyage et du tourisme ne peut ignorer l’environnement bâti et son influence significative sur la durabilité et le bien-être. Dans cet aperçu du «bon tourisme», Tanner C Knorr de «GT», partenaires de Off Season Adventures et Second Look Worldwide, explore pourquoi il est important de bien mettre en place les politiques d’aménagement du territoire et les investissements dans les infrastructures.

L’engagement à reconstruire mieux de la pandémie est désormais un thème commun au sein des organisations des secteurs public et privé de l’industrie du voyage et du tourisme. De nombreux webinaires, conférences et rapports produisent ou discutent de différentes stratégies pour transformer les voyages et le tourisme en une industrie à la fois plus résiliente et plus durable qu’auparavant.

Bon nombre de ces initiatives sont axées sur le volet économique de la durabilité. En apparence, cela est compréhensible, car la création d’emplois, le marketing et les arrivées de touristes sont considérés comme les principaux moyens de se remettre de la récession.

Certains programmes vont plus loin et soulignent que l’accalmie des voyages est un bon moment pour réfléchir à l’infrastructure qui soutient et facilite le tourisme. Lorsqu’on discute des améliorations en termes d’infrastructures durables, l’objectif est de créer des emplois en construisant des routes, des services publics, en améliorant les services publics, etc., tout en soutenant également des repères environnementaux, qui auront tous idéalement des implications positives pour les personnes.

Les touristes partagent en grande partie le même environnement bâti que les habitants; non seulement les infrastructures de base susmentionnées, mais aussi les parcs et les installations de loisirs. Bien que le manque de voyages ait temporairement perturbé la demande, les améliorations des infrastructures devraient profiter à la fois aux voyageurs et aux habitants. Sans une gestion et un investissement appropriés dans ces ressources, nous courons le risque de voir nos destinations se détériorer non seulement pour les touristes, mais aussi pour les résidents. Si nous allons reconstruire better, tous ceux qui interagissent avec les destinations doivent être pris en compte.

C’est en effet le bon moment pour nous préparer à un avenir plus durable, mais il est peut-être temps pour les décideurs et les gestionnaires du tourisme d’ajuster leurs motivations. Les gens à l’intérieur et à l’extérieur de l’industrie du tourisme sont toujours bloqués. Bien que nous constations des améliorations et que nous soyons encouragés par les nouvelles récentes, les ramifications de la pandémie seront sans aucun doute à long terme. Décisions sur la façon de reconstruire mieux doit mettre les gens au premier plan plutôt que les indicateurs économiques.

Bannière Second Look Worldwide

Qu’est-ce qui est mieux’? Qui décide?

Nous devons réfléchir plus largement à la manière dont nous pouvons utiliser ce temps pour comprendre le sens de «mieux» à l’intérieur reconstruire mieux. Qui décide de ce que c’est meilleur? Et pour qui ou pour quoi meilleur? Et comment pouvons-nous nous assurer que les destinations du monde entier investissent dans le « meilleur » projets d’infrastructure?

La question de «ce qui est mieux» peut être résolue en examinant la santé publique et son lien avec le tourisme, la qualité de vie et le bien-être. La santé va au-delà du bien-être physique ou de la maladie actuellement mis en avant, mais s’étend à la santé mentale et, pour certains, spirituelle. Il a été démontré dans de nombreuses études que les infrastructures touristiques favorables, telles que les parcs et les installations de loisirs, induisent des résultats positifs en matière de santé mentale et spirituelle, ce qui a un impact positif sur la perception des individus de la qualité de vie et du bien-être. Ainsi, en permettant à ces concepts de qualité de vie et de bien-être de guider les investissements dans les infrastructures touristiques, la santé holistique des résidents et des touristes en bénéficiera. Le développement du tourisme durable et les infrastructures associées peuvent donc bénéficier à la santé publique aujourd’hui et à l’avenir.

Lier le tourisme et la santé n’est pas nouveau, mais peut-être que B. MacKenzie l’a mieux résumé dans l’article de 2004 «L’écotourisme: c’est bon pour la santé». MacKenzie suggère qu’en élaborant des politiques publiques saines, en créant des environnements favorables, en renforçant l’action communautaire, en développant des compétences personnelles et en réorientant les services de santé, «l’écotourisme a le potentiel d’améliorer les niveaux de bien-être au sein des communautés locales».

Mais comment pouvons-nous utiliser tactiquement les concepts de bien-être et de qualité de vie comme facteurs de motivation pour créer des communautés et des destinations plus résilientes et durables?

Paul Rogers de Planet Happiness a composé un excellent aperçu du «bon tourisme» pour Le blog «Bon tourisme» en décembre 2020. Dans la pièce, il pose la question: «Pourquoi intégrer le bien-être dans la résilience des destinations et la reprise du tourisme?». Il peut y avoir un passage de la création de politiques descendante à la création de politiques ascendante, soutient Rogers, et l’enquête sur l’indice de bonheur peut «favoriser la compréhension et l’engagement de la base envers le programme de tourisme et de bien-être des destinations».

Le sentiment de bonheur est un indicateur de bien-être. D’autres chercheurs utilisent les concepts d’intégrité, d’authenticité, d’udaimonia, de vitalité, d’épanouissement et d’autonomisation pour observer la mesure subjective du bien-être.

Dans la récente publication « Concevoir pour la qualité de vie et la durabilité», Les auteurs Vogt, Andereck et Pham développent leur argumentation à partir du cadre de valeur de la place 2019 de Carmona. Ils notent que les arènes politiques de la santé, de la société, de l’économie et de l’environnement sont «médiatisées par l’environnement bâti». Ils soutiennent qu’investir dans un environnement bâti qui fonctionne pour tous, en utilisant des stratégies appropriées de durabilité, conduit à des communautés plus saines, socialement plus riches, économiquement plus fortes et respectueuses de l’environnement.

Les bons endroits à vivre sont de bons endroits à visiter

Créer et se concentrer sur des ressources qui sont favorables à la fois aux touristes et aux habitants, comme les parcs, les équipements communautaires, le transport multimodal et la sûreté et la sécurité en général, augmente la qualité de vie pour les deux et favorise la durabilité à travers l’environnement, l’économie, la santé publique, et bien-être.

Nous devons concentrer nos efforts sur la qualité de vie et le bien-être lorsque nous envisageons une infrastructure durable si nous voulons reconstruire mieux. Les motivations de résultats uniquement économiques ne conduisent pas explicitement à de meilleurs résultats pour les personnes au sein d’une destination. Les décideurs et les gestionnaires du tourisme doivent veiller à ce que les décisions d’amélioration des infrastructures soient basées sur les besoins de santé holistiques des résidents et des touristes, et pas exclusivement sur les indicateurs de performance clés du marketing tels que les arrivées de touristes.

La pandémie a changé la façon dont nous considérons la valeur et l’importance de l’industrie du tourisme. Nous voyons et comprenons maintenant ce que le manque de tourisme peut faire pour de nombreuses destinations à travers le monde. En affinant les concepts de qualité de vie et de bien-être pendant que nous reconstruire mieux, nous pourrons augmenter la résilience et la durabilité de nos communautés, destinations, environnement, économie et faire personnes plus heureux et plus sain dans le processus.

Qu’est-ce que tu penses? Partagez une courte anecdote ou un commentaire ci-dessous. Ou rédiger un aperçu «GT» plus approfondi. Le blog «Bon tourisme» se félicite de la diversité d’opinions et de points de vue sur les voyages et le tourisme, car les voyages et le tourisme sont l’affaire de tous.

L’image sélectionnée (haut de l’article): Une construction. Par EliasSch (CC0) via Pixabay.

A propos de l’auteur

Tanner C Knorr

Tanner C Knorr est propriétaire et fondateur du voyagiste durable et partenaire «GT» Aventures hors saison et président de «GT» Insight Partner Deuxième regard dans le monde, une organisation à but non lucratif 501 (c) (3) qui s’assure que les avantages du tourisme sont réalisés dans les communautés locales en parrainant des améliorations d’infrastructure. Off Season Adventures conserve plus de 90% des frais de voyage dans les économies d’accueil et contribue de manière significative à la conservation dans les destinations. De nombreuses réunions avec les parties prenantes et des partenariats internationaux participent à son travail avec les deux organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en archéologie et d’une maîtrise en études administratives (développement économique et gestion du tourisme) de l’Université de Boston, Tanner a aidé à enseigner des matières liées au tourisme à la Harvard Extension School et à l’Arizona State University. Il est maintenant doctorant à l’Arizona State University (ressources et développement communautaires, se concentrant sur le tourisme durable).