Catégories
Tourisme

COVID-19 est-il la 11e peste? Israël touché par un coronavirus

Ce n'est pas l'histoire traditionnelle de la Pâque que nous avons l'habitude de lire au Passover Seder; celui-ci pourrait être encore plus sombre. En ces temps sans précédent, le coronavirus COVID-19 a frappé Israël juste à temps pour la fête de la Pâque. Qu'est-ce qui rend cette nuit différente de toutes les autres nuits? À peu près tout, dit Tourist Israel, appelant COVID-19 la 11e peste.

Bien que nous ne soyons pas confrontés à des grenouilles, des poux et des criquets pendant la Pâque de cette année, la pandémie de COVID-19 pourrait très bien être appelée COVID-19 la 11e peste. Pour ceux qui ont la chance d’éviter de tomber malades, ils sont probablement confrontés à une multitude d’autres malheurs qui sont des conséquences directes de la pandémie. Parmi eux, le chômage, les fermetures d'écoles et les congés sans solde.

Le tourisme en Israël a subi un coup particulièrement brutal. Alors qu'Israël a enregistré un record de 4,55 millions de touristes en 2019, 2020 ne sera pas aussi chanceux. Le «11e fléau» a durement frappé et a terni tout espoir que 2020 soit une grande année pour le tourisme.

Le tourisme est l'un des principaux contributeurs d'Israël à son économie. La Pâque est un moment particulièrement populaire pour voyager en Israël, étant l'un des deux mois de pointe pour le tourisme, en dehors d'octobre, lorsque les hautes fêtes juives ont lieu. C'est un moment spécial pour être en Israël, lorsque le pain pita est échangé contre des feuilles de matzo avec du houmous et que des rangées de chametz (non casher pour les aliments de la Pâque) sont bloquées au supermarché.

La Pâque est également une période populaire pour le tourisme intérieur. Les familles israéliennes profitent des vacances scolaires et des jours de congé pour voyager à travers le pays. Les réservations d'hôtel se font normalement par le toit pendant cette période et sont remplies à pleine capacité.

La crise sanitaire continuant de peser sur les entreprises en Israël et le tourisme, la plupart des hôtels n'ont eu d'autre choix que de fermer leurs portes. Ceux qui ne l'ont pas encore fait restent pratiquement vides et ne manqueront pas de fermer dans un proche avenir. Les ordonnances gouvernementales deviennent plus strictes sur une base hebdomadaire ou parfois quotidienne, car la vie continue d'être moins reconnaissable et l'avenir plus incertain.

Alors, que tiendra la Pâque 2020?

Avec un grand pourcentage de la population mondiale actuellement en lock-out, c'est difficile à savoir, mais le spectacle doit continuer. Bien que de nombreuses familles n'aient pas la possibilité de rompre le matzo avec des personnes extérieures à leur foyer, elles peuvent utiliser le service de visioconférence Zoom populaire pour entretenir ce lien familial spécial. Dans une décision sans précédent, les grands rabbins orthodoxes ont approuvé l'utilisation du service, malgré une forte interdiction d'utiliser l'électricité pendant les vacances.

Une famille orthodoxe chantant « ma nishtana halayla haze mikol halyelot » traduit par « En quoi cette nuit est-elle différente de toutes les autres nuits? » Over Zoom est à peu près aussi ironique que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *