26 janvier 2021

COVID-19 a provoqué un effondrement de 77% dans l'aviation mondiale

La crise du COVID-19 a mis l'industrie de l'aviation à genoux. Cette semaine (30 mars – 5 avril), la capacité en sièges des compagnies aériennes internationales est tombée à seulement 23% de ce qu'elle était la première semaine d'avril de l'année dernière. Seuls 10 millions de sièges étaient encore en service, pour faciliter les déplacements essentiels, contre 44,2 millions il y a un an.

En rétrospective sur le premier trimestre de l'année, la capacité des sièges des compagnies aériennes est en baisse de 9,4% par rapport au T1 2019 (482 millions de sièges étaient en service au T1 2020, contre 532 millions au T1 2019). Début janvier, la capacité était de légèrement en hausse par rapport à l'année dernière. Cependant, il a commencé à baisser au cours de la dernière semaine de janvier, lorsque le gouvernement chinois a annoncé des restrictions sur les voyages à l'étranger. Depuis lors et jusqu'à la mi-mars, la capacité aérienne a considérablement diminué; à ce moment, il est tombé précipitamment à la fin du mois.

Les dix premières compagnies aériennes encore en activité au cours de la première semaine d'avril (30 mars – 5 avril) sont: KLM, avec 800 000 sièges encore en service, Qatar Airways, avec près de 500 000 sièges en service et Ryanair avec 400 000. Ils sont suivis par ordre décroissant de Delta, Air France, American, BA, Wizz Air, Cathay Pacific et Jeju. Cependant, cette image changera bientôt, car Ryanair a récemment annoncé que la quasi-totalité de sa flotte sera ancrée par l'épidémie de COVID-19.

Les gouvernements ont fermé des pays entiers; et en réponse, l'industrie du transport aérien a coupé les services jusqu'à la moelle. Il est probable que lorsque nous arriverons de l'autre côté de la pandémie, les choses ne reviendront pas aux conditions de marché dynamiques que nous avions au début de l'année, aussi facilement que certains le pensent. D'ici là, il est possible qu'un certain nombre de compagnies aériennes aient fait faillite; les consommateurs auront perdu confiance dans les vols et des remises non économiques seront nécessaires pour ramener la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *