13 mai 2021

Tourisme et bien-être des hôtes: aller au-delà du PIB vers une vie meilleure

Arriver au bonheur?  De Jacqueline Munguía (CC0) via Unsplash.  https://unsplash.com/photos/1pAwJiCD60c Superposition du grimpeur graphique par Peggy_Marco (CC0) via Pixabay.  https://pixabay.com/photos/refugees-economic-migrants-1015309/

"Good Tourism" Premier Partnership est pour une marque leader dans les voyages et le tourisme

Tout le monde veut être heureux, ou du moins satisfait. Les voyages et le tourisme ont depuis longtemps prouvé qu’ils offraient cela à ses clients. Mais qu’en est-il des résidents des endroits où ils se rendent et traversent? Dans cet aperçu du «bon tourisme», le professeur d’université Larry Dwyer identifie un cadre holistique prometteur pour évaluer le bien-être de la société au sens large.

Le Dr Dwyer est un ambassadeur de «GT» Insight Partner Planet Happiness.

La promotion du bien-être des résidents locaux est un objectif fondamental du développement du tourisme durable. Ces dernières années, un volume croissant de recherches liées au tourisme a abordé les problèmes de bien-être car ils affectent à la fois les touristes et les résidents des destinations.

Au-delà du produit intérieur brut

Dans la littérature plus large en sciences sociales, une «révolution» est en cours qui a des conséquences substantielles sur les défis de mesure auxquels est confronté le développement du tourisme et le bien-être des résidents. Pendant de nombreuses décennies, le produit intérieur brut (PIB) a été la mesure préférée pour évaluer les progrès du développement humain au niveau international, bien qu’il n’ait jamais été créé à cette fin.

Le PIB correspond à la valeur des biens et services produits dans une économie au cours d’une année donnée. L’hypothèse qui sous-tend l’utilisation du PIB pour évaluer le bien-être est que plus le niveau de production économique est élevé, mieux les gens sont en mesure de satisfaire leurs besoins matériels. Alors que le PIB est un indicateur critique de la situation macro-économique d’un pays et de la possibilité offerte de répondre aux besoins matériels, son incapacité à mesurer le bien-être de la population est de plus en plus reconnue.

Le PIB ne parvient pas à:

  • saisir des éléments importants de la qualité de vie, tels que les loisirs, la santé, l’engagement civique, les liens sociaux et la qualité de l’environnement;
  • différencier les transactions qui améliorer bien-être de ceux qui talon il (l’argent dépensé pour la pornographie, la drogue et les jeux d’argent ajoute au PIB autant d’argent que le même montant consacré à l’éducation et à l’exercice);
  • reconnaître les inégalités de revenu et de richesse qui affectent le bien-être des résidents; et
  • valoriser les services non marchands fournis aux ménages, au secteur public, à la société civile et aux systèmes écologiques plus larges.

Il existe désormais un argument solide et bien établi pour regarder «  au-delà du PIB  », en utilisant des indicateurs de bien-être dans le processus politique et en évaluant la croissance économique en termes d’impact sur le bien-être des personnes et sur le niveau de vie des sociétés. L’option préférée du Au-delà du PIB l’agenda est de développer un tableau de bord des mesures de bien-être. Le tableau de bord serait complément PIB et autres indicateurs économiques plutôt que de rejeter ou de modifier le concept de PIB lui-même.

Bien-être humain

La littérature en sciences sociales offre diverses perspectives sur la nature du «bien-être», ses moteurs et ses indicateurs. Le bien-être est largement considéré comme un concept multidimensionnel intégrant des notions de confort matériel, de libertés individuelles, d’opportunités, d’états mentaux et de capacités. C’est un concept beaucoup plus large que la production économique et le niveau de vie matériel, et englobe toute la gamme des facteurs économiques, sociaux et environnementaux qui influencent la qualité de vie globale des personnes et des sociétés.

Planet Happiness propose des indicateurs de bien-être pour le tourisme

Des efforts sont bien engagés pour développer des mesures du bien-être pour compléter les mesures économiques existantes de progrès des destinations afin de jouer un rôle essentiel dans la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation du développement du tourisme dans toutes les destinations. Étant donné la nécessité d’estimations du bien-être pour éclairer les trajectoires de développement du tourisme, les mesures utilisées par les chercheurs en tourisme doivent être crédibles avec une base théorique solide.

Le cadre conceptuel le plus apprécié pour comprendre et mesurer le bien-être et le progrès sociétal de manière plus globale est sans doute le Meilleure vie cadre. Développé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en association avec plusieurs économistes lauréats du prix Nobel, Meilleure vie identifie trois piliers pour comprendre et mesurer le bien-être actuel et futur des résidents:

  1. Conditions matérielles de vie comprennent les revenus et la richesse, les emplois et les gains, et le logement.
  2. Qualité de vie est capturé à travers huit dimensions supplémentaires qui façonnent la vie des gens – santé, équilibre entre vie professionnelle et vie privée, éducation et formation, liens sociaux, engagement civique et gouvernance, qualité de l’environnement, sécurité personnelle et bien-être subjectif.
  3. Durabilité est mesuré à l’aide d’indicateurs associés à quatre types différents de «capital»: économique, humain, social et naturel. Le maintien de la quantité et de la qualité des stocks de capital est essentiel pour maintenir les résultats en matière de bien-être au fil du temps.

le Meilleure vie Le cadre intègre de nombreuses dimensions du bien-être soulignées par d’autres approches. Ses caractéristiques distinctives sont sa reconnaissance de l’importance des dimensions à la fois subjectives et objectives du bien-être, et sa capacité à faire la différence entre les moteurs du bien-être actuel et futur (qui intègre la durabilité dans le cadre). Le cadre est également suffisamment flexible pour inclure des dimensions et des indicateurs de bien-être supplémentaires dans le cadre global d’analyse, car ceux-ci sont élaborés par des chercheurs, des praticiens de l’industrie et des décideurs avec la participation du public.

Un tableau de bord d’indicateurs interdépendants a évolué pour devenir le Indice de vie meilleure. Cette plate-forme Web interactive permet aux individus et aux communautés de fixer leurs propres pondérations sur chacune des différentes dimensions du cadre du bien-être. Il permet aux résidents de participer au débat sur les progrès et d’identifier ce qui compte le plus dans leur vie.

Tandis que le Meilleure vie Le cadre du bien-être ne traite pas spécifiquement du tourisme, les mesures suggérées sont capables d’informer les acteurs du tourisme sur le rôle essentiel que les considérations de bien-être pourraient jouer dans l’industrie et le développement économique au sens large aujourd’hui et à l’avenir.

Voir aussi le «GT» Insight de Paul Rogers
«Pourquoi intégrer le bien-être dans la résilience des destinations et la reprise du tourisme?»

Un outil de politique touristique

Avec le Meilleure vie cadre, le Au-delà du PIB agenda progresse vers l’élaboration de mesures universelles du bien-être afin de mieux comprendre la vie des gens aux niveaux individuel, familial et communautaire. Un grand nombre des indicateurs identifiés changeront au fil du temps à mesure que de meilleures mesures seront élaborées et que les décideurs politiques des destinations parviendront à un accord sur des indicateurs qui saisissent mieux comment le tourisme affecte la vie des résidents.

À mesure que l’étude du bien-être mûrit en termes de capacité à générer des mesures significatives du bien-être et du progrès, elle deviendra de plus en plus pertinente en tant que «boussole» pour l’élaboration des politiques en général. Par conséquent, le bien-être deviendra probablement plus important pour guider le développement durable des destinations et inspirer des stratégies pour stimuler la compétitivité des destinations. En outre, le bien-être sera un moyen beaucoup plus efficace de mesurer la contribution nette du tourisme aux objectifs de développement durable des Nations Unies.

Qu’est-ce que tu penses? Partagez une courte anecdote ou un commentaire ci-dessous. Ou alors rédiger un aperçu «GT» plus approfondi. Le blog «Bon tourisme» se félicite de la diversité d’opinions et de points de vue sur les voyages et le tourisme, car les voyages et le tourisme sont l’affaire de tous.

L’image sélectionnée (haut de l’article): Arriver au bonheur? De Jacqueline Munguía (CC0) via Unsplash. Superposition de grimpeur graphique par Peggy_Marco (CC0) via Pixabay.

A propos de l’auteur

Dr Larry Dwyer

Larry Dwyer est professeur de recherche invité à la Business School de la Université de technologie, Sydney. Il est également un ambassadeur nommé pour Bonheur de la planète. Le Dr Dwyer a été professeur dans des universités d’Australie et d’Europe. Membre élu et ancien président de l’Académie internationale pour l’étude du tourisme, Larry a également été président de l’Association internationale pour l’économie du tourisme et siège actuellement à son conseil consultatif international. Il est également membre de la Fondation du Conseil des éducateurs et chercheurs universitaires en tourisme et hôtellerie d’Australasie (CAUTHE).