Catégories
Tourisme

Sur invitation uniquement: le tourisme durable revisité

goodtourismblog.com

Pour que le tourisme véritablement durable ait une chance, les destinations individuelles et les communautés d'accueil doivent utiliser la crise des coronavirus pour reprendre le contrôle des intérêts financiers mondiaux après des décennies d'échecs des discussions au plus haut niveau. Ceci est selon le Dr Thomas Bauer dans un aperçu «GT» frais et réfléchissant; son deuxième. En effet, le Dr Bauer estime que les visites devraient se faire sur invitation… uniquement.

Cette période d'isolement et de manque de voyages offre une occasion de réflexion personnelle sur l'évolution du tourisme au cours de ma vie.

Je suis un voyageur depuis 60 de mes 66 ans et ce qui m'a motivé depuis mes premiers jours a toujours été une curiosité de découvrir ce qui se trouve au-dessus de la montagne, de l'autre côté de la rivière ou de l'autre côté de la frontière. Comment est la vie là-bas? À quoi ressemblent les gens, que mangent-ils et que font-ils?

Dans les années 1960, il n'y avait pas d'émissions de voyage sur les téléviseurs noir et blanc, pas de chaîne YouTube, pas d'Internet. Les cartes ont été au centre de mon attention. Je m'émerveillerais des endroits éloignés et j'espérais qu'un jour je pourrais y voyager.

Lorsque j'ai commencé à voyager de façon indépendante à la fin des années 1970 dans des endroits comme l'Afrique du Nord et l'Amérique du Sud, j'ai dû me fier à des cartes et à des guides pour me montrer le chemin. Écrire et recevoir des lettres était la principale forme de communication avec mon port d'attache. Chaque jour apportait de nouvelles expériences.

Maintenant, dans mes dernières années, je repense à tous les endroits intéressants et divers que j'ai visités sur les sept continents et je constate que le tourisme est devenu très commercial. Les villes se ressemblent toutes. Trop de gens se pressent dans les attractions, comme les musées, les sites historiques ou religieux et les lieux naturels. Et trop de gens voyagent à travers le monde en même temps.

Avant, c'était un privilège de voyager, mais maintenant c'est considéré comme un droit. Cela peut être le cas au sein de la communauté des gens, mais ce n’est pas le cas lorsque vous visitez d’autres communautés où cela devrait être considéré comme un privilège. Cela devrait être sur invitation seulement.

Il s'ensuit que, comme pour chaque représentation théâtrale, match de football, Jeux olympiques, etc., les visiteurs devraient être tenus d'avoir une invitation des autorités locales et une réservation pour pouvoir visiter les sites et sites qui se trouvent en dehors de leur lieu de résidence habituel. Cela impliquerait que le tourisme doit ralentir et être contrôlé plus strictement pour être plus durable.

Le tourisme durable fait bien sûr l'objet de discussions depuis des décennies. J'ai eu le plaisir de présider la session sur le tourisme durable lors de la conférence annuelle de la Pacific Asia Travel Association à Nagoya, au Japon, en 1999. Cette année-là, il a été signalé que les arrivées de touristes dans le monde étaient de 664 millions. En 2019, les arrivées étaient passées à 1,5 milliard.

Les arrivées de visiteurs internationaux ont plus que doublé en 20 ans. Pendant tout ce temps, lors de conférences, séminaires et sommets, l'industrie, les gestionnaires de destinations et les gouvernements ont continué de parler de tourisme durable! Pourtant, collectivement, ils ont fait très peu faire du tourisme l'activité durable qu'il devrait être; une activité qui profite à tous, des touristes aux communautés locales et aux acteurs de l'industrie.

Maintenant, à cause de COVID-19, le tourisme s'est immobilisé dans le monde entier, et de nombreux commentateurs sur Internet ont noté que nous avons la possibilité de planifier à l'avance pour un avenir plus durable.

Malheureusement, je pense que ce n'est qu'une illusion. Sur la base des projections d'une croissance continue des arrivées de visiteurs, trop d'argent a été investi dans les infrastructures et les développements liés au tourisme pour permettre un contrôle plus strict du tourisme mondial.

À moins que les destinations ne réglementent le tourisme dans leurs propres juridictions, dans un an, nous serons de retour au surtourisme à Venise, Barcelone et Amsterdam et nous serons de retour aux attractions surpeuplées, car, comme le dit le vieil adage à tort: ​​la cupidité est bonne.

Image en vedette (haut de la page): La cupidité du tourisme est-elle bonne ou le tourisme doit-il être uniquement sur invitation? Image fournie par l'auteur.

A propos de l'auteur

Dr Thomas Bauer. Image: Jeff Topham.
Dr Thomas Bauer. Image de Jeff Topham

Le Dr Thomas Bauer est professeur auxiliaire à l'École de tourisme et d'accueil, L'Université du Pacifique Sud, Fidji ainsi que professeur auxiliaire en tourisme durable à Université Central Queensland, Australie. Il est également guide des expéditions polaires à Expéditions Albatros.

Depuis 1989, le Dr Bauer est chargé de cours, administrateur et chercheur dans le domaine du tourisme, ainsi que consultant sur des projets pour l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT) et les gouvernements de Chine et de la RAS de Hong Kong.

Le Dr Bauer a également généreusement donné de son temps libre: en tant que volontaire du State Emergency Service (SES) du Queensland; en tant que membre actif de la Pacific Asia Travel Association (PATA), y compris son comité du tourisme durable; et en contributions à Aperçu «GT».

Le Dr Bauer est également membre de la Royal Geographical Society et membre de THE-ICE (2012). Il sa partenaire Lina sont les gardiens de la forêt tropicale de la Fondation australienne de la forêt tropicale et ont ensemble créé le Mission Beach Butterfly Garden sur leur propriété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *