5 août 2020

Révolution industrielle 4.0 en Inde: des drones et du gouvernement

Le monde est à l'aube de l'adoption généralisée de la quatrième révolution industrielle. Les drones, en tant que sous-ensemble de systèmes cyber-physiques, ont le potentiel de diriger la charge des plates-formes indiennes de la révolution industrielle 4.0, conformément aux «Recommandations de la FICCI sur le projet de règles du système d'aéronef sans pilote, 2020».

Reconnaissant le potentiel des drones, le gouvernement de l'Inde a récemment publié un projet de règlement 2020 sur les systèmes d'aéronefs sans pilote (UAS). La FICCI salue l'initiative du ministère de l'aviation civile (MoCA) de lancer le projet de règlement 2020 sur les UAS pour consultation publique et remercie également le gouvernement pour la série d'approbations, d'exemptions et d'autres mesures prises sur une base accélérée au cours des derniers mois pour l'adoption généralisée des drones malgré les temps difficiles.

«Notre pays a besoin d'innovateurs capables de résoudre les problèmes de société en appliquant la technologie et en créant des plateformes de nouvelle génération. La R&D et l'innovation entreprises en collaboration avec l'industrie, les institutions académiques et les agences gouvernementales par des start-ups de drones en Inde feront de la vision d '«Atma Nirbhar Bharat» une réalité en peu de temps. Ces innovateurs ont le potentiel de prospérer et de réussir avec la notification du projet de règles UAS 2020 », a déclaré M. Rajan Luthra, président du comité des drones de la FICCI.

Le RAC 1.0, qui a été notifié en 2018, n'était qu'une extension de la réglementation aérienne actuelle. « Cependant, le projet de règles proposé est une mesure réglementaire audacieuse prise par le MoCA pour reconnaître les drones comme une industrie en soi et non pas simplement une extension de l'aviation civile dans le pays », a déclaré M. Luthra. « Ces règles, une fois approuvées, joueraient un rôle important pour faciliter la révolution des drones en Inde », a-t-il ajouté.

La FICCI a été le premier organisme industriel en Inde à reconnaître le rôle transformateur des drones et dispose d'un comité dédié aux drones représentant ce secteur très prometteur. Le comité a plaidé pour une utilisation holistique et responsable des drones dans divers cas d'utilisation dans les agences gouvernementales, l'agriculture et les entreprises.

Vers un examen complet, le comité FICCI sur les drones et la révolution industrielle en Inde 4.0 avait convoqué une réunion de consultation des parties prenantes pour délibérer sur le projet de règles UAS 2020. L'événement a accueilli un grand nombre de participants de fabricants de drones et d'utilisateurs finaux de l'industrie pour fournir leur idées et recommandations sur le projet de règles. Sur la base des contributions reçues, la FICCI a soumis un document détaillé sur les contributions politiques pour le projet de règles UAS 2020.

Points saillants des recommandations:

  1. Les règles sont un pas dans la bonne direction car elles couvrent largement de nombreux aspects du secteur des drones. Ces règles, une fois approuvées, joueraient un rôle important pour faciliter la révolution des drones ainsi que la révolution industrielle 4.0 d'Inde en Inde.
  2. Le RAC 1.0, qui a été notifié en 2018, n'était qu'une extension de la réglementation aérienne actuelle. Cependant, le projet de règles proposé1 est une mesure réglementaire audacieuse prise par le ministère de l'Aviation civile pour reconnaître les drones comme une industrie en soi et non pas simplement une extension de l'aviation civile dans le pays.
  3. Les recommandations du projet de politique sur les drones 2.0 (qui a été publié en janvier 2019), telles que la suppression des articles et les opérations BVLOS, ne sont pas envisagées dans le projet de règles UAS. Il est demandé que certaines applications soient traitées différemment en raison de leurs applications non urbaines ou à basse altitude et compte tenu également de leur valeur sociale extrême – la pulvérisation agricole et la distribution médicale sont deux de ces applications. En outre, dans les secteurs des services publics et des infrastructures tels que le pétrole et le gaz, les chemins de fer, etc., les opérations d'inspection et de surveillance du BVLOS pourraient s'avérer extrêmement bénéfiques et empêcher toute catastrophe d'origine humaine.
  4. En raison du scénario sans précédent créé par la pandémie de COVID-19, l'industrie ne peut se permettre le dépassement de temps et de coûts en raison du retard dans les approbations. La FICCI recommande la mise en place d'un mécanisme de guichet unique pour permettre aux candidats d'obtenir les autorisations / approbations de ministères tels que le ministère de l'Intérieur, le Département des télécommunications du WPC, etc. Sans un tel mécanisme, le processus de demande pourrait s'avérer être un processus lourd. Le MoCA et la DGCA peuvent également envisager de mettre en place un système d'appel pour les demandeurs via le mécanisme de guichet unique.
  5. De nombreux innovateurs et chercheurs indiens ne sont pas en mesure de développer des produits de drones de classe mondiale, car ils n'ont pas accès à l'infrastructure d'une installation d'essai. L'industrie dépend de quelques laboratoires et sites d'essais à l'étranger. Ce serait idéal si:
  6. Le MoCA et la DGCA pourraient notifier un large éventail de sites d'essai sous la juridiction du MoCA ainsi que des autres départements du gouvernement central ou de l'État (qui dispose d'une infrastructure adéquate pour tester les drones) dans chaque partie du pays. Le gouvernement a déjà autorisé le secteur privé à utiliser les installations ISRO2 et d'autres actifs pertinents pour améliorer ses capacités. Dans le même esprit, les autres agences gouvernementales pourraient également être informées.
  7. Concevoir des procédures opérationnelles normalisées (SOP) pour l'utilisation des sites d'essai appartenant au gouvernement.

iii. En outre, de nouvelles infrastructures de test de drones de classe mondiale pourraient être développées en mode PPP. Depuis, l'Inde possède des aéroports de classe mondiale, créant une infrastructure de classe mondiale similaire pour les ports de drones et une installation d'essai est également possible.

  1. L'organisme de réglementation des assurances, l'IRDA, a récemment mis en place un groupe de travail pour étudier et formuler des recommandations sur divers aspects de la couverture d'assurance des drones. La FICCI serait heureuse de travailler avec l'IRDA et le MoCA pour la conception et le développement de produits qui répondent aux besoins des propriétaires et des exploitants de RPAS, y compris la responsabilité civile. Un groupe de travail comprenant des représentants du gouvernement et de l'industrie pourrait être mis en place pour veiller à ce que des produits appropriés arrivent sur le marché au moment de la finalisation du projet de règles.
  2. Les étudiants et les amateurs utilisent principalement des UAS de catégorie nano. Ils ne pourront peut-être pas se permettre les nano drones coûteux, car l'ajout de plus d'équipement au drone de la catégorie nano augmentera sa variété de coûts. Il est recommandé que les nano drones à des fins éducatives, récréatives et expérimentales puissent être considérés comme des RPAS modèles dans les «zones désignées».
  3. La DGCA pourrait encore améliorer l'écosystème de formation des drones indiens en tenant compte des suggestions suivantes:
  4. La DGCA pourrait envisager de créer un comité d'experts, soutenu par la FICCI, pour tracer la voie à suivre pour créer davantage d'instituts de formation sur les drones à travers l'Inde.
  5. Un protocole d'accord avec d'autres organismes gouvernementaux tels que les instituts de formation dans le cadre du Survey of India (SoI), sous l'égide du ministère des Sciences et de la Technologie, pourrait être mis à profit.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *