24 novembre 2020

Réveillez-vous! au pouvoir transformateur du partenariat et de l'entreprise en Ouganda

www.linkedin.com

Tanner C Knorr de «GT» Insight Partner Deuxième regard dans le monde s'entretient avec Iain Patton de l'Ouganda Partnership (UP!) à propos de UP! et ses tournées transformationnelles.

Tanner: Parlez-nous du partenariat de l'Ouganda.

Iain: Le partenariat de l'Ouganda est une approche gagnant-gagnant pour voyager hors des sentiers battus en Afrique et financer des solutions commerciales à la pauvreté dans les communautés que nous rencontrons.

Chez Uganda Partnership, ou UP! Bref, nous voulons aller plus loin et vraiment repousser les limites du «bon tourisme». Nos circuits enchantent non seulement nos invités avec la splendeur de l'Afrique, mais les défient et les inspirent avec une expérience intime d'une Afrique positive et pleine d'espoir. C’est l’Afrique que la plupart des visiteurs ne voient jamais alors qu’ils passent d’un safari à l’autre. Le résultat n’est pas seulement le voyage d’une vie, mais un financement qui change la vie des communautés rurales que nous visitons. C’est assez ambitieux et, bien sûr, risque de ne pas bien faire ces choses! Mais si nous réussissons, c’est une victoire pour tous et un héritage positif puissant pour les voyages.

Aujourd'hui, à travers l'Ouganda et l'Afrique de l'Est, il y a des histoires inspirantes d'Africains travaillant ensemble pour leur meilleur avenir. C'est cette histoire qu'un UP! la tournée raconte. Lors de chaque tournée de 14 à 18 jours, nous nous entendons et nous associons à quatre ou cinq petites organisations communautaires qui utilisent l'entreprise pour améliorer leur vie. Oui, nous visiterons certainement de merveilleux parcs nationaux et profiterons du spectacle naturel de l'Ouganda, mais nous sommes tout autant ici pour nous inspirer des personnes que nous rencontrons.

Tanner: Où en Ouganda fait UP! emmener les voyageurs?

Iain: Le sud-ouest de l'Ouganda avec ses lacs de cratère, ses montagnes de la Lune, ses parcs nationaux de safari et bien sûr ses gorilles de montagne est l'endroit où se dirigent 90% des visiteurs en Ouganda. Mais en haut! est un peu différent. Nous nous dirigeons dans la direction opposée vers le nord de l'Ouganda, à la frontière du Congo, en train de se remettre de la guerre civile qui a emporté une génération de personnes. Il fait chaud, sec et sauvage dans le nord de l’Ouganda, le Nil constituant une artère d’eau cruciale pour la faune et les agriculteurs. OK, nous prenons certainement le temps de visiter la savane remplie d'animaux (et les gens vides!) Du parc national de Murchison Falls où le Nil est forcé de pénétrer dans une fissure de 20 pieds dans la roche avant de tomber tonitruante de 400 pieds. Et même si certains d'entre nous font du rafting sur des rapides exaltants (lisez «terrifiants») de 5e année, ce sont les jeunes inspirants qui reconstruisent leur vie brisée par le travail acharné et l'entreprise, qui nous laisseront leur marque.

Bannière mondiale Second Look

Ensuite, nous nous dirigeons vers le nord-est, en plein cœur de la savane sauvage d'Afrique près de la frontière avec le Soudan du Sud. Élu dans les trois meilleurs parcs nationaux d'Afrique, la vallée de Kidepo est l'endroit où UP! les clients reçoivent leur dose de la splendeur du continent avec des animaux partout.

Cela nous met bien en place pour ensuite visiter la région sauvage de Karamoja puis les contreforts du mont Elgon, tous deux limitrophes du Kenya. L'isolement et le conflit ont rendu la région de Karamoja en Ouganda impensable en tant que destination.

Jusqu'à maintenant.

Nous avons une occasion très précieuse de rencontrer les Karamojong locaux, connus pour leur amour du bétail et leur résistance aux pièges de la civilisation moderne. En raison de décennies d'isolement et de leurs fortes croyances, le peuple Karamojong a pu conserver son héritage ancestral avec des coutumes culturelles remontant à des milliers d'années. Mais nous nous concentrons ici sur la nourriture, et en particulier, la sécurité alimentaire. C'est peut-être un paysage magnifique de plaines intemporelles parsemées de hauts sommets déchiquetés, mais la vie dans cette région aride est dure et sujette à la faim.

Inspiré de leur visite, depuis quelques années UP! les visiteurs de l'est de l'Ouganda ont investi dans le soutien des groupes communautaires pour mieux stocker leurs récoltes en utilisant des sacs hermétiques spéciaux. Être capable d'économiser entre un tiers et la moitié de la récolte normalement perdue par les rats et la pourriture fait la différence entre la vie et la mort ici. Et nous constatons qu'avec de la nourriture à revendre, les groupes communautaires vendent leur récolte excédentaire quelques mois plus tard pour un profit, ou achètent même un petit moulin pour vendre de la farine de maïs pour encore plus de profit.

Se forger un avenir pour eux-mêmes et leurs familles. (Image fournie par Iain Patton & UP!)

L'impact que nous avons vu sur trois ans est stupéfiant. Merci à UP! voyageurs en visite, chaque enfant des communautés avec lesquelles nous travaillons en partenariat va maintenant à l'école et reçoit des médicaments quand il en a besoin. Les gens ne subsistent plus, mais planifient un avenir meilleur. UP! des tournées ont mis plus de 4 000 ménages sur la voie de la lutte contre la faim et la pauvreté. Tout ce qu'il faut, c'est partenariat et entreprise, pas charité et pitié.

Tanner: Parlez-nous de Jesca et de son cochon.

Iain: Dans le pandémonium du marché de la ville de Gulu, nous avons rencontré une jeune maman appelée Jesca. Elle travaille maintenant pour une petite association caritative de développement, mais nous sommes surpris d'apprendre que son succès dans la vie est dû à un cochon! Jesca nous a présenté Peter qui dirige Layibi Mixed Farm à la périphérie de Gulu. Il s'avère que lorsque Jesca était une jeune orpheline, Peter lui a donné un cochon qui était sur le point de donner naissance à des porcelets. L'accord était qu'elle donnerait deux porcelets à d'autres jeunes orphelins et vendrait le reste pour générer un revenu pour elle-même. Avance rapide de 10 ans et Jesca a utilisé le pouvoir des porcs pour se frayer un chemin à l'école puis à l'université! Chaque UP! tournée rencontre maintenant Peter et Jesca (et divers cochons) et voit de première main le pouvoir de l'entreprise. L’avenir de l’Ouganda est entre les mains de ses gens inspirants comme Jesca et Peter.

Tanner: Comment va UP! différent des autres voyagistes?

Iain: UP! a créé un lien puissant entre les communautés ougandaises entreprenantes et les personnes qui veulent visiter et comprendre l'Afrique. Il n’ya pas de limite à l’innovation et à l’entreprise des populations rurales ougandaises. Après seulement trois ans d'UP! Tours, nous avons établi des partenariats avec cinq organisations communautaires dans tout le magnifique Ouganda. Celles-ci se concentrent sur la formation des jeunes en affaires, la création de coopératives commerciales agricoles, la mise en place de programmes de stockage des récoltes, un programme pour aider les femmes rurales à partager leurs connaissances traditionnelles et, bien sûr, l'utilisation de porcs pour l'entreprise.

Le tourisme durable est formidable. Éclairer les esprits occidentaux sur une Afrique pleine d'espoir est également formidable. Mais le combiner pour autonomiser et financer les jeunes entrepreneurs en Afrique en même temps est transformationnel!

UP! est bien plus qu'un safari africain habituel. C’est une occasion unique et transformatrice de connaître des Ougandais innovants et entreprenants qui résolvent la pauvreté et la faim. UP! est une approche gagnant-gagnant-gagnant pour voyager en Afrique, remettant en question les attentes et la compréhension des voyageurs, tout en finançant une entreprise communautaire dans les communautés que nous visitons. De plus, bien sûr, nous offrons à nos clients une expérience intime, submersive et hors des sentiers battus qui est fantastique, amusante et unique!

Tanner: Quels sont les deux principaux défis que vous avez rencontrés lors de l'élaboration de la stratégie pour UP! et comment ces défis vous ont-ils amené à concevoir la mise en œuvre tactique de UP!?

Iain:

  1. C’est le développement de l’Afrique, pas le nôtre: Je commence chaque tournée avec ces mots à mes invités occidentaux: «Nous avons deux yeux, deux oreilles mais une seule bouche. Utilisez-les en conséquence. » Il est tellement tentant pour nos esprits occidentaux de se lancer avec des conseils et une solution qui a du sens pour nous. Reconnaître qu'il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas en Afrique (et que nous ne comprendrons jamais!) Et se retenir, regarder et écouter plus longtemps profitera à toutes les parties. Les solutions issues des communautés que nous rencontrons s'avèrent être les plus fructueuses.
  1. Partenariat et entreprise, pas pitié et charité: Cela peut nous faire du bien de jeter de l'argent sur un problème et, oui, cela pourrait aider au début. Mais, à long terme, la charité peut saper la fierté et la confiance des gens dans la résolution de leurs propres problèmes. La plupart des UP! les fonds sont donnés sous forme de crédits renouvelables, à investir et à rembourser pour que le groupe les utilise encore et encore. Cette approche génère un puissant sentiment de fierté et de détermination à faire fonctionner les choses. Pour UP! il s’agit de remises, pas de distributions!

C’est tout un défi d’exposer une tournée aux besoins d’un village ougandais, puis de leur conseiller de se retenir, de regarder et d’écouter plus longtemps. UP! les visites ne sont pas des sauts de vitesse de vue en vue. Au lieu de cela, nous prenons le temps de nous attarder et de connaître les groupes que nous visitons. Nous nous mêlons aux gens, certains participent à la cuisine, jouent avec les enfants, participent à des visites de fermes et lors de nos dernières visites, l'un de nos groupes a présenté de nombreux jeunes des villages que nous avons visités au jeu de rugby avec résultats hilarants. Et bientôt, le sentiment d'être submergé par le besoin est remplacé par la crainte et le respect de la force, de la résilience et de la gratitude des gens pour ce qu'ils ont. Il faut du temps pour en arriver là, mais c'est un bien meilleur endroit pour entamer une conversation sur la façon dont nous pourrions être en mesure d'aider. À partir de cette base de respect et de compréhension, bon nombre de nos membres de la tournée se sentent inspirés et confiants pour s'engager souvent à long terme à faire des dons à l'entreprise communautaire.

Tanner: Comment voyez-vous UP! changer et grandir hors du COVID-19 et dans le futur?

Iain: À ce jour, en Ouganda, le plus grand impact du COVID-19 n’a pas été le virus lui-même, mais l’approche stricte du gouvernement en matière de verrouillage; sans le financement et le soutien de nombreux gouvernements occidentaux ont pu mettre en place. Cela souligne simplement la nécessité d'investir davantage les entreprises. Traditionnellement, la relation occidentale avec l'Afrique a été une relation de charité, mais UP! les visites montrent le pouvoir de l'entreprise pour renforcer la résilience et l'indépendance. Et tout est propulsé par des personnes qui participent à nos tournées.

Tanner: Que devons-nous savoir d'autre sur UP!?

Iain: UP! organise chaque année des visites en petits groupes pendant les mois les plus secs de janvier, février et août, mais nous organisons également des visites privées sur demande. La taille du groupe ne dépasse pas 10 personnes. Pour ajouter au plaisir et à la liberté, nous conduisons nous-mêmes et nous restons dans des hôtels et des lodges sûrs et propres, généralement modestes. De cette façon, presque tout le monde peut se permettre de voir l'Afrique et de rencontrer de première main ses gens inspirants et entreprenants.

Entrez en contact avec UP!

Site Web: www.ugandapartnership.net
Facebook: www.facebook.com/UgandaPartnershipTours
Courriel: ugandapartnership@yahoo.com

Image en vedette (haut de l'article): Wake UP! au pouvoir transformateur du partenariat et de l’entreprise. (Image fournie par Iain Patton & UP!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *