En avril, des manifestations ont été organisées aux îles Canaries et dans d'autres régions d'Espagne, contre tourisme excessifdes protestations qui affectent directement la réputation de l'activité et qui, selon les hôteliers, sont la responsabilité des politiques qui ne savent pas comment gérer.

« L’Espagne doit définir le modèle touristique qu’elle souhaite. « Il s'agit de limiter le déchaînement des locations touristiques, car cela va nous coûter cher et n'est pas durable », a-t-il déclaré. Gabriel EscarrerPDG de Meliá Hotels International

« La question de la surpopulation, de la coexistence des citoyens avec le tourisme de masse, va nous faire des ravages », a-t-il commenté lors du Forum Hosteltur 2024.

Gabriel Escarrer, PDG de Meliá Hotels International au Forum Hosteltur 2024 Source : Hosteltur.

« Nous apportons des correctifs au problème, nous ne définissons pas quel modèle touristique nous voulons. Au lieu de planifier le succès, nous réparons les choses, cela n'a aucun sens. Les gens n’en ont pas marre du tourisme, mais des excès, c’est cela qu’il faut gérer », a déclaré Gabriel Escarrer lors du panel « La vision des PDG pour transformer le modèle touristique ».

Ramon Aragonés, vice-président et PDG de Minor Hotels Europe & Americas (anciennement NH Hotel Group), a noté que « le tourisme était autrefois associé à l'emploi et à la richesse, et aujourd'hui il est associé à la surpopulation, à la gentrification et au manque de locations. C’est un succès pour lequel nous payons le prix de notre réputation.

Que disent les PDG de Meliá, Riu et Minor de la massification en Espagne ?

Ramón Aragonés, vice-président et PDG de Minor Hotels Europe & Americas. Source : Hosteltur.

Selon lui, la situation qui existe en raison de la surpopulation des destinations « est la faute des politiques, car ils ont mis beaucoup de temps à réagir. C’est un problème qu’ils ont créé en ne réglementant pas.

« Le tourisme est attaqué et nous devons le défendre, car le défendre, c'est défendre l'Espagne », a déclaré Ramón Aragonés au Forum Hosteltur.

Aussi Carmen RiuPDG de Riu Hotels & Resorts, a déclaré qu '«il y a des zones très effondrées» et que «les politiciens mettent beaucoup de temps à prendre une décision».

Carmen Riu, PDG de Riu Hotels & Resorts. Source : Hosteltur.

Au cours de la réunion, il a affirmé que l'offre illégale de locations touristiques « est un problème qui va de Venise à la Jamaïque et qu'il n'y a aucune volonté politique pour le résoudre. Ce serait très simple, mais chaque maison illégale est un vote, donc nous serons en retard pour résoudre le problème.


Plus d’informations sur le Forum Hosteltur 2024

– Jet2 et Alpitour se méfient des hôtels de vacances rachetés par des fonds

– Sansavini : « Avec la fusion, nous risquons de ne plus être compétitifs comme l'Espagne »

-La réservation deviendra-t-elle une menace pour les TTOO traditionnels et en ligne ?

★★★★★