26 novembre 2020

Premier forum face-à-face entre le Golfe et les femmes israéliennes un succès

Le tout nouveau Forum des femmes du Golfe-Israël a débuté, avec la participation de la première femme émiratie coach de vie; un maire adjoint de Jérusalem; un Emirati alphabétisé en hébreu qui co-écrit un livre de cuisine casher; et professeur de relations internationales au Centre interdisciplinaire Herzliya.

Le forum remonte à Fleur Hassan-Nahoum.

Hassan-Nahoum porte de nombreux chapeaux. Elle est l'adjointe au maire de Jérusalem détenant le portefeuille des affaires étrangères et une forte initiatrice vocale qui, parmi ses réalisations, a cofondé, avec l'homme d'affaires et entrepreneur israélien Dorian Barak, le Conseil des affaires EAU-Israël.

Cette plateforme en ligne a été mise en place en juin. Aujourd'hui, il y a plus de 2 200 membres. Le Forum des femmes du Golfe d’Israël est une émanation du Conseil.

Hassan-Nahoum, mariée et mère de quatre enfants, est née à Londres et a grandi à Gibraltar. Elle est diplômée en droit du King’s College de Londres et est avocate.

Elle a demandé à Justine Zwerling, une amie et collègue de longue date, membre fondatrice du Jewish Women’s Business Network, d’organiser le forum.

Zwerling est responsable des marchés financiers de la Bourse de Londres en Israël et a organisé un événement du Réseau des femmes juives à la bourse de Londres l’année dernière. C'est là que l'idée du forum est née.

L'objectif était de créer un lieu où il pourrait y avoir un échange solide d'idées culturelles et commerciales.

Faisant référence aux EAU, Hassan-Nahoum a déclaré à The Media Line: «J'adore cet endroit. Les choses se passent bien ici. Bâtiment, centres de haute technologie, centres financiers – tout est si bien fait. »

Hassan-Nahoum voit une multitude d'avantages mutuels pour Israël et les EAU, en particulier dans les domaines du tourisme et de la technologie, et espère que les produits israéliens profiteront à ce pays.

Elle attribue la signature récente des accords d'Abraham entre Israël et les Émirats arabes unis, et Israël et Bahreïn, pour avoir ouvert la voie.

«Bâtir une paix chaleureuse, c'est une question d'homme à peuple», dit Hassan-Nahoum.

La première réunion face à face du Forum des femmes du Golfe-Israël a eu lieu la semaine dernière à Dubaï à Dukes The Palm, un Royal Hideaway Hotel, où une douzaine de femmes israéliennes et émiraties se sont réunies pour discuter de la vie, du travail, de la maternité et de l’avenir.

«Nous ne savions pas que cela arriverait et ne l'avons pas vu venir. Nous y avons tous pensé, espéré, prié pour cela », a déclaré la coach de vie Ghada Zakaria à The Media Line.

«Le voir se produire dans mon pays – nous sommes assis ensemble pour un repas, nous connectons comme des femmes, partageons nos expériences et nos origines et partageons des antécédents très similaires d'une manière tout comme des êtres humains – était incroyablement inspirant», a-t-elle poursuivi.

Zakaria vient de terminer le tournage de 15 épisodes de l'émission télévisée Bukra Ahla («Demain sera meilleur») dans lequel elle accompagne les familles dans les moments difficiles de la pandémie de coronavirus.

Un réalisateur libanais, Farah Alameh, cherchait quelqu'un pour co-créer ces épisodes où, selon Zakaria, «nous avons des gens qui se porteraient volontaires pour trouver ce qui (a été) un défi pour eux» pendant la pandémie.

«Cela donnait vie à la façon dont les gens faisaient face ou non, et quels étaient leurs défis. Farrah Alameh m'a choisi comme coach, cherchant à réaliser et à mettre en valeur la véritable et authentique approche du coaching. L'idée était de se différencier de l'approche thérapeutique traditionnelle », a-t-elle expliqué.

«Les épisodes ne sont pas scénarisés dans ma maison ainsi que dans les maisons de personnes réelles et ont commencé à être diffusés sur Abu Dhabi TV. Un épisode est entièrement en anglais car les gens sont multiculturels », a déclaré Zakaria à The Media Line.

«Je donnais déjà mon temps et mes efforts pour aider les gens de la communauté et pour aider nos voisins… parce que nous traversons évidemment tous la même chose.

Zakaria, mère de trois enfants et grand-mère de quatre enfants, a grandi aux EAU mais a fréquenté des écoles étrangères. «Je suis allé dans des écoles privées britanniques, puis j'ai poursuivi mes études à New York. Donc en fait, nous parlons plus couramment l'anglais que notre langue maternelle, l'arabe.

Elle a fièrement déclaré à The Media Line: «Je suis la première entraîneure certifiée émiratie au Moyen-Orient et l’une des premières femmes» dans le domaine, dans lequel elle a travaillé 16 ans.

Zakaria a partagé son histoire avec le forum des femmes. Lorsqu'elle a terminé son programme de leadership en Espagne il y a 10 ans, elle a lu Emery Reves ' Anatomie de la paix, un livre qui abordait le conflit au Moyen-Orient et suggérait de mettre les gens dans une salle de classe pour faciliter la communication et la confiance. Les gens d’endroits en conflit ont fini par devenir amis et voir le point de vue de l’autre.

« Je me souviens avoir lu le livre et dit: » Mon Dieu, pouvez-vous imaginer si cela se produit réellement? «  »

«Ma première rencontre avec un ami juif a eu lieu dans un petit collège appelé Wagner que j'ai fréquenté en 1985 avant de fréquenter l'Université Pace.

Zakaria a déclaré à The Media Line: «Nous avions l'habitude d'avoir des conversations engageantes, en essayant de nous connaître sur le plan culturel et de (nos) origines. Et il était tout aussi curieux (à mon sujet) que moi à son sujet. C'était un moment tellement agréable et important pour moi parce que c'était la première fois (pour moi) de rencontrer quelqu'un qui était juif.

Daphné Richemond-Barak, professeur adjoint à la Lauder School of Government, Diplomatie, Stratégie de l'École interdisciplinaire Herzliya (IDC), était l'une des femmes israéliennes invitées à participer. Richemond-Barak, mère de quatre enfants d'origine juive française, s'était déjà rendue aux Émirats arabes unis pour tenter de forger une collaboration universitaire.

«J'essayais de créer des liens et une coopération universitaire étroite… entre les Émirats arabes unis et Israël, et bien sûr, avec IDC en particulier. J'étais déjà excité. Je voulais déjà le faire avant la normalisation des relations, que j'aime appeler un réchauffement de la relation.

«Nous devons créer des relations pour créer la confiance. Je pense qu'il peut y avoir une tendance, ou peut-être que cela a à voir avec l'excitation aussi, à la lumière de toutes les possibilités, à vouloir faire cela très rapidement. Et je prends l’approche d’aller étape par étape. »

Richemond-Barak, comme Hassan-Nahoum, voit les EAU comme un pays étonnant dont Israël peut apprendre; un avec des plans et une stratégie. Elle a déclaré à The Media Line: «Je suis impressionnée par les Emiratis. Ils sont accueillants. Ils sont tolérants, ouverts d'esprit et ouvrent leur cœur. Ce n’est pas tout le monde, bien sûr, (mais)… vous pensez qu’il est possible de faire la paix où les gens sont impliqués, et pas seulement les gouvernements. »

En plus d’enseigner le droit international, Richemond-Barak, titulaire d’une maîtrise en lutte contre le terrorisme, est également chercheur principal à l’Institut international de lutte contre le terrorisme, spécialisé dans la sécurité et la guerre moderne. Elle cherche à enrôler des écrivains émiriens pour étudier la lutte contre le terrorisme afin qu’ils puissent «améliorer leur compréhension de la position d’Israël et surtout acquérir des connaissances sur l’une des principales sources d’insécurité dans le monde».

«J’ai été agréablement surpris de voir à quel point ils sont disposés à parler de contre-terrorisme, pas seulement d’extrémisme. … On pourrait penser que les EAU sont un pays florissant vivant en paix. Mais ils sont prudents et ils sont conscients de leur environnement », a-t-elle déclaré à The Media Line.

Les Émirats arabes unis, comme de nombreux autres pays du Golfe, sont préoccupés par les motivations de l'Iran, qui a des combattants par procuration dans un certain nombre de pays, dont le Yémen.

«Ils (les EAU) ont rétabli le service militaire obligatoire il y a quelques années. Je pense que c'était en 2014. Ils veulent être préparés au cas où vous auriez un conflit. Donc, je trouve que les Émirats sont une nation qui est très consciente à la fois des chances et des opportunités incroyables qui se présentent ici, que leurs dirigeants ont créées pour eux », a déclaré Richemond-Barak.

«Les dirigeants des EAU jouissent d'un niveau de légitimité qui peut paraître surprenant à un Européen ou à un Israélien. Les émiratis ont placé leur confiance dans des dirigeants en qui ils ont confiance: ils ont vu ce que leurs dirigeants ont fait pour eux et croient qu'ils continueront à prendre soin de leur peuple.

«Nous partageons des valeurs, le respect des autres et des traditions, tant du dimanche au jeudi que le vendredi. Comme pour le sabbat juif, les familles se réunissent le vendredi chez les autres pour de copieux repas. Certains ont 100 personnes », dit-elle.

May Albadi vient de terminer une publicité vidéo pour le compte Twitter de son journal national, Al-Ittihad. Il était sous-titré en arabe et elle l'a lu en parfait hébreu. L'annonce visait le marché israélien pour présenter les EAU et envoyer un message de paix en leur souhaitant la bienvenue.

Née à Abu Dhabi, diplômée en médias et en communication et titulaire d'un master exécutif en administration des affaires, Albadi a déclaré à The Media Line qu'elle apprenait l'hébreu depuis plus d'un an.

Albadi, qui rencontre de nombreuses personnes de cultures et d'horizons différents, a des amis israéliens des États-Unis. Il n'est donc pas surprenant qu'elle ait contacté Elli Kriel, qui a accaparé le marché casher aux EAU.

« Je l'ai vue sur Instagram et j'ai dit: » Elle a du pain challah « et j'ai toujours eu du pain challah à New York. » Elli a livré la challah en mai tôt un vendredi soir. «J'ai pensé que c'était si gentil de sa part de me le livrer, sachant que c'était juste avant son sabbat.

Rendant la pareille, Albadi a assemblé un panier tissé spécial fait de feuilles de palmier séchées et contenant des dattes et y a mis une carte indiquant «Shabbat Shalom». «Quand elle est venue, elle m'a tendu le pain de challah et je lui ai tendu le panier de dattes. Instantanément, j'ai ressenti un échange culturel. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois pour prendre un café.

«Je suis un gourmand et j'ai fait beaucoup de recherches sur les aliments de différentes religions et traditions, y compris les fêtes juives», a déclaré Albadi à The Media Line.

C'est ainsi que le Kosherati livre-dans-les-œuvres est né, combinant les épices et les produits locaux avec les traditions juives et émiraties. «À Hanoukka, vous fabriqueriez ou achèteriez sufganiot (beignets à la gelée). Nous avons quelque chose de similaire appelé gaimat, qui est une boule frite. Il n’a pas de garniture mais est arrosé d’un sirop de datte appelé silan. » Kriel est son co-auteur.

Albadi, qui est mariée et a deux enfants, a déclaré qu'elle se sentait honorée de participer à la première réunion des femmes israéliennes et émiraties. «C'était comme une réunion de famille», dit-elle. «J'ai l'impression de les connaître depuis longtemps. C'est comme si c'était une vraie famille. »

Quelle est la prochaine étape?

«Pour visiter Israël. Pour moi en tant que gourmet et personne qui aime les cultures, je veux explorer tout Israël. Je veux essayer toute la nourriture, que ce soit le Miznon, un restaurant populaire ou shakshouka. J'ai déjà fait mes recherches. Je sais exactement où je vais aller », dit-elle.

Hassan-Nahoum est de retour à Jérusalem et imagine ses prochaines étapes. Elle a déclaré qu'elle pensait que Jérusalem-Est pourrait être le centre de recherche et de développement du Moyen-Orient et que la jeune génération arabophone est un pont naturel vers le Golfe.

«L’objectif ultime est de bâtir une paix chaleureuse qui puisse transformer notre région et apporter la prospérité à une meilleure vie des gens. Je pense que lorsque vous avez un groupe de femmes, cela peut arriver très rapidement. Et la première rencontre a été si mémorable. Je ne peux même pas vous l'expliquer. Il y avait tellement de générosité, d'amour et de compassion dans la salle qui a été activée », a déclaré Hassan-Nahoum à The Media Line.

«Ce sont des temps passionnants et c'est un immense privilège de faire partie de l'histoire en devenir. Et être en mesure de contribuer est un cadeau absolu », a ajouté Zakaria.

Pendant ce temps, Richemond-Barak a déclaré: «Beaucoup de femmes sont vraiment enthousiasmées par cette paix, elles éduquent leurs enfants, et vous savez que les femmes sont à l'origine de beaucoup de ces changements. Ces femmes sont extrêmement fortes et éduquent leurs enfants à la tolérance. C’est souvent à huis clos.

Albadi a conclu: « Dès qu'ils ouvriront (les) vols, je serai sur le premier. »

Premier forum face-à-face entre le Golfe et les femmes israéliennes un succès

La mairesse adjointe de Jérusalem, Fleur Hassan-Nahoum, prend la parole lors du Championnat d'Europe féminin de crosse à Jérusalem, en juillet 2019 (Autorisation)

Premier forum face-à-face entre le Golfe et les femmes israéliennes un succès

Le Dr Daphné Richemond-Barak prend la parole lors de la conférence annuelle Minerva / CICR sur le droit international humanitaire, Université hébraïque de Jérusalem, 2016 (avec l'aimable autorisation du Minerva Center for Human Rights)

Premier forum face-à-face entre le Golfe et les femmes israéliennes un succès

Les membres du Forum des femmes du Golfe d'Israël, parmi lesquels Amina Al Shirawi, Latifa Al Gurg et Hanna Zakaria, se réunissent à Dubaï, aux Émirats arabes unis. (Courtoisie)

Lisez l'histoire originale ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *