20 octobre 2020

Mise à jour du président sud-africain Ramaphosa sur COVID0-19

Le président sud-africain Ramaphosa a informé aujourd'hui son peuple de l'état de la nation en ce qui concerne la pandémie COVID-10 en cours:

Il a dit:

Mes compatriotes sud-africains,

Exactement six mois se sont écoulés depuis que nous avons déclaré l'état de catastrophe national en réponse à la pandémie de coronavirus.

Pendant cette période, plus de 15 000 Sud-Africains ont perdu la vie à cause de la maladie, et plus de 650 000 ont été confirmés comme infectés. Notre économie et notre société ont subi de grandes dévastations. Nous avons enduré une tempête féroce et destructrice.

Mais, en restant ensemble, en restant résolus, nous y avons résisté. Il y a deux mois, au plus fort de la tempête, nous enregistrions environ 12 000 nouveaux cas par jour. Aujourd'hui, nous enregistrons en moyenne moins de 2 000 cas par jour. Nous avons maintenant un taux de récupération de 89%.

Même si les restrictions se sont assouplies au cours du mois dernier avec notre passage au niveau d'alerte 2, il y a eu une baisse graduelle, mais constante, des nouvelles infections, des hospitalisations et des décès.

La demande de lits d'hôpitaux, de ventilateurs, d'oxygène et d'autres besoins médicaux essentiels a également diminué régulièrement.

Nous avons réussi à surmonter la pire phase de cette épidémie tout en protégeant la capacité de notre système de santé.

Je tiens à vous féliciter, peuple sud-africain, pour cette réalisation et pour les milliers de vies qui ont été sauvées grâce à vos actions collectives.

Cette réalisation a également été reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, qui travaille en étroite collaboration avec nous pour renforcer notre réponse.

Comme nous l'avons dit plus tôt, ils ont continué à nous donner des conseils et ont même déployé leurs experts dans notre pays.

Nous sommes reconnaissants de tout le soutien que nous avons reçu du Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé à Genève, ainsi que des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Bien que nous ayons fait des progrès remarquables, un certain nombre de nos gens sont toujours infectés et certains perdent la vie.

À tous égards, nous sommes toujours au milieu d'une épidémie mortelle. Notre plus grand défi actuellement – et notre tâche la plus importante – est de nous assurer que nous ne subissons pas une nouvelle flambée des infections.

Plusieurs pays à travers le monde ont été touchés par une «deuxième vague» ou une recrudescence des infections. Plusieurs de ces pays avaient dépassé le pic de la maladie et avaient apparemment maîtrisé le virus.

Certains d'entre eux avaient même levé la plupart des restrictions à l'activité économique et sociale. Dans de nombreux cas, la deuxième vague a été plus sévère que la première.

Plusieurs pays ont dû réimposer un verrouillage dur. Notre action de santé publique vise désormais à réduire davantage la transmission du virus et à se préparer à une éventuelle résurgence.

Nous avons maintenant pris la décision de continuer à augmenter les tests de coronavirus. En raison du déclin des nouvelles infections et de la pression réduite sur nos établissements de santé, nous avons maintenant une capacité de dépistage suffisante pour élargir les critères de dépistage.

Parmi les catégories de personnes que nous pourrons désormais tester, il y a toutes celles qui sont admises à l'hôpital, les patients ambulatoires présentant des symptômes de COVID et les personnes qui ont été en contact étroit avec des cas confirmés, qu'elles présentent ou non elles-mêmes des symptômes.

Parallèlement à l'augmentation des tests, nous améliorons la recherche des contacts grâce au déploiement de l'application de téléphonie mobile COVID Alert South Africa et de la plate-forme COVID Connect WhatsApp.

Des systèmes de test et de recherche des contacts efficaces nous permettront d'identifier et de contenir rapidement les épidémies avant qu'elles ne se propagent davantage.

Je souhaite téléphoner ce soir à tous ceux qui possèdent un smartphone en Afrique du Sud pour télécharger l'application mobile COVID Alert depuis l'App Store d'Apple ou le Google Play Store.

L'application a été détaxée par les réseaux mobiles, vous pouvez donc la télécharger sans aucun coût de données.

En utilisant la technologie Bluetooth, l'application alertera tout utilisateur s'il a été en contact étroit avec un autre utilisateur qui a été testé positif au coronavirus au cours des 14 derniers jours.

L'application est totalement anonyme, elle ne recueille aucune information personnelle et ne suit pas l'emplacement de qui que ce soit.

Le ministère de la Santé a également développé des systèmes WhatsApp et SMS pour les personnes sans smartphone afin de leur fournir des résultats de tests et de les alerter de toute exposition éventuelle au virus.

La recherche des contacts est une mesure préventive importante pour vous protéger, vous et votre famille proche et vos amis.

Nous entreprendrons une enquête à l'échelle nationale pour évaluer les niveaux réels d'infection au sein de la société.

Cette enquête – connue sous le nom d'enquête de séroprévalence – utilise des tests d'anticorps pour voir si une personne a été exposée au coronavirus.

Une étude à l'échelle nationale permettrait aux scientifiques d'estimer l'étendue des infections asymptomatiques et de l'immunité au sein de la population ainsi que de mieux comprendre les modes de transmission du virus.

Nous continuons de maintenir notre capacité en matière de soins de santé afin de nous assurer que nous sommes en mesure de gérer efficacement toute éventuelle éclosion d'infection et de faire en sorte que chacun reçoive les soins dont il a besoin.

Le ministère de la Santé travaille en étroite collaboration avec les syndicats et d'autres parties prenantes pour veiller à ce que tous les agents de santé et autres travailleurs de première ligne disposent de l'équipement de protection individuelle nécessaire et de conditions de travail sûres.

Je tiens à remercier les travailleurs de première ligne du pays d’avoir soulevé la question de la sécurité avec tant de rigueur et de cohérence.

Je tiens à les remercier pour leur dévouement à prendre soin de notre peuple et pour les énormes sacrifices qu'ils ont consentis.

Alors que nous nous efforçons de prévenir une nouvelle transmission du virus, nous nous préparons également au moment où un vaccin sera disponible.

Pour s'assurer que l'Afrique du Sud est en mesure d'accéder à un vaccin efficace le plus rapidement possible et en quantité suffisante pour protéger la population, le pays participe à une initiative mondiale soutenue par l'Organisation mondiale de la Santé pour mettre en commun les ressources pour le développement et la distribution d'un vaccin. .

Grâce à cette initiative, l'Afrique du Sud se joint à d'autres pays pour soutenir plusieurs programmes de développement de vaccins et rechercher un accès équitable à des vaccins efficaces à moindre coût.

Par notre position de président de l'Union africaine, nous avons plaidé pour un accès équitable à travers le monde afin qu'aucun pays ne soit laissé pour compte.

Nous investissons également dans notre propre capacité de produire et de distribuer un vaccin localement, afin que l'Afrique du Sud puisse jouer un rôle clé dans l'effort d'élargissement de l'accès aux vaccins.

Notre pays participe déjà à trois essais vaccinaux, démontrant la capacité de notre communauté scientifique.

Compagnons sud-africains,

Il y a un mois, la baisse significative des nouvelles infections a permis au pays de passer au niveau d'alerte coronavirus 2.

Maintenant, avec les progrès supplémentaires que nous avons accomplis alors que les infections ont continué à diminuer, nous sommes maintenant prêts pour une nouvelle phase de notre réponse à la pandémie.

Nous avons résisté à la tempête des coronavirus. Il est maintenant temps de ramener notre pays, ses habitants et notre économie dans une situation plus normale, qui ressemble davantage à la vie que nous vivions il y a six mois.

Il est temps de passer à ce qui deviendra notre nouvelle norme tant que le coronavirus sera avec nous.

Alors qu'une grande partie de l'activité économique a repris à partir de juin, il est maintenant temps de supprimer autant de restrictions restantes à l'activité économique et sociale qu'il est raisonnablement sûr de le faire.

À la suite de consultations avec les représentants des gouvernements provinciaux et locaux, et en s'appuyant sur les conseils de scientifiques et sur les engagements avec diverses parties prenantes, le Cabinet a décidé ce matin que le pays devrait passer au niveau d'alerte 1.

Le passage au niveau d'alerte 1 prendra effet à partir de minuit le dimanche 20 septembre 2020. Cette décision reconnaît que les niveaux d'infection sont relativement faibles et qu'il existe une capacité suffisante dans notre système de santé pour gérer les besoins actuels.

Le passage au niveau d'alerte 1 signifiera un nouvel assouplissement des restrictions sur les rassemblements.

– Les rassemblements sociaux, religieux, politiques et autres seront autorisés, à condition que le nombre de personnes ne dépasse pas 50% de la capacité normale d'un lieu, jusqu'à un maximum de 250

personnes pour les rassemblements intérieurs et 500 personnes pour les rassemblements extérieurs.

Les protocoles de santé, tels que le lavage ou la désinfection des mains, la distanciation sociale et le port de masques, devront être strictement observés.

– Le nombre maximum de personnes pouvant assister à des funérailles passe de 50 à 100 en raison du risque plus élevé de transmission virale lors des funérailles. Les veillées nocturnes ne sont toujours pas autorisées.

– Les salles d'exercice, de loisirs et de divertissement – telles que les gymnases et les théâtres – qui étaient limités à 50 personnes au maximum, seront désormais autorisées à accueillir jusqu'à 50% de la capacité de leur salle, selon la superficie disponible, sous réserve de l'éloignement social et autres protocoles de santé.

– Les restrictions existantes sur les événements sportifs restent en place. Lorsque cela est nécessaire aux fins de l'inscription des électeurs ou du vote spécial, la Commission électorale indépendante sera autorisée à visiter les centres correctionnels, les établissements de santé, les maisons de retraite et autres institutions similaires.

Cela sera soumis à tous les protocoles sanitaires, notamment le port de masques et le lavage ou la désinfection des mains.

L'une des premières mesures que nous avons prises pour contenir la propagation du virus a été de restreindre sévèrement les arrivées internationales et de fermer nos frontières.

Avec le passage au niveau d'alerte 1, nous allons progressivement et prudemment alléger les restrictions sur les voyages internationaux.

Nous autoriserons les voyages à destination et en provenance de l'Afrique du Sud pour les affaires, les loisirs et autres voyages à partir du 1er octobre 2020.

Ceci est soumis à diverses mesures de confinement et d'atténuation:

– Les voyages peuvent être limités à destination et en provenance de certains pays qui ont des taux d'infection élevés. Une liste de pays sera publiée sur la base des dernières données scientifiques.

– Les voyageurs ne pourront utiliser que l'un des postes frontières terrestres restés opérationnels pendant le verrouillage ou l'un des trois principaux aéroports: King Shaka, OR Tambo et l'aéroport international du Cap.

– À l'arrivée, les voyageurs devront présenter un résultat négatif au test COVID-19 pas plus de 72 heures après l'heure de départ.

– Lorsqu'un voyageur n'a pas fait de test COVID-19 avant le départ, il sera tenu de rester en quarantaine obligatoire à ses propres frais.

Dernier podcast eTN


– Tous les voyageurs seront dépistés à leur arrivée et ceux qui présentent des symptômes devront rester en quarantaine jusqu'à ce qu'un test COVID-19 répété soit effectué.

– Tous les voyageurs seront invités à installer l'application mobile COVID Alert South Africa. Les pays qui ont utilisé ce type d'application ont été en mesure de gérer la pandémie de coronavirus de manière assez efficace.

En préparation de la réouverture de nos frontières, les missions sud-africaines à l'étranger seront ouvertes aux demandes de visa et tous les visas de longue durée seront rétablis.

Le secteur du tourisme est l'un de nos plus grands moteurs économiques. Nous sommes prêts à ouvrir à nouveau nos portes sur le monde et à inviter les voyageurs à profiter de nos montagnes, de nos plages, de nos villes animées et de nos parcs animaliers en toute sécurité et en toute confiance.

Également dans le cadre du retour progressif à une activité économique et sociale régulière:

– Les heures de couvre-feu ont été modifiées. Le couvre-feu s'appliquera désormais entre minuit et 4 heures du matin.

– La vente d'alcool dans les points de vente pour la consommation à domicile est désormais autorisée du lundi au vendredi, de 09h00 à 17h00.

– La consommation d'alcool sur place sera autorisée uniquement dans les établissements agréés et dans le strict respect du couvre-feu.

Dans les prochains jours, le règlement mis à jour sera publié et les ministres fourniront des notes d’information détaillées. Le ministère de la Fonction publique et de l'Administration diffusera sous peu des circulaires à tous les fonctionnaires sur les mesures qui permettront à tous les secteurs du gouvernement de reprendre pleinement leurs activités en toute sécurité et sans retard indu.

Comme il reste plusieurs restrictions qui ne peuvent être adoptées que par le biais de réglementations en cas de catastrophe, nous avons déjà prolongé d'un mois l'état de catastrophe national jusqu'au 15 octobre 2020.

Le passage au niveau d'alerte 1 supprime bon nombre des restrictions restantes à l'activité économique, même s'il peut s'écouler un certain temps avant que tous les secteurs puissent reprendre leur plein fonctionnement en toute sécurité.

La demande et l'offre mondiales et nationales de biens et de services dans certains secteurs resteront faibles dans un avenir prévisible, indépendamment de la levée des restrictions.

Il est donc vital que nous agissions de toute urgence pour reconstruire notre économie, restaurer la croissance et créer des emplois.

Après plusieurs semaines d'engagement, les partenaires sociaux du NEDLAC ont fait d'énormes progrès sur un pacte social ambitieux pour la reprise économique.

Cela représente une étape historique pour notre pays, démontrant ce qui peut être accompli lorsque nous nous unissons pour faire face à une crise urgente.

Le Cabinet s'appuiera sur ce nouveau terrain d'entente pour finaliser le plan de reconstruction et de redressement économique du pays dans les semaines à venir.

Le plan de reconstruction et de relèvement qui sera finalisé s'appuiera sur le plan de secours économique et social de 500 milliards de rands que nous avons annoncé en avril, qui a fourni un soutien vital aux ménages, aux entreprises et aux travailleurs en période de grand besoin.

Grâce aux subventions spéciales COVID-19 et au complément des subventions existantes, bien plus de 30 milliards de rands d'aide supplémentaire ont déjà été fournis directement à plus de 16 millions de personnes issues de ménages pauvres.

Plus de 800 000 entreprises ont bénéficié du régime de soutien salarial de l'UIF et des subventions et prêts accordés par divers services gouvernementaux et entités publiques.

Plus de 4 millions de travailleurs ont reçu 42 milliards de rands d'aide salariale, contribuant à protéger ces emplois même si les entreprises n'étaient pas en mesure de fonctionner.

Ce soutien a touché la vie de millions de Sud-Africains et a fait une réelle différence pour ceux qui en ont le plus besoin.

La prestation UIF a été prolongée jusqu'à la fin de l'état de catastrophe national pour garantir que les travailleurs et les entreprises dont les revenus restent menacés puissent continuer à être soutenus.

En plus des entreprises qui ont reçu un soutien direct, de nombreuses autres entreprises ont bénéficié de mesures d'allégement fiscal d'une valeur d'environ 70 milliards de rand.

Et des millions de Sud-Africains ont bénéficié de la baisse historique des taux d'intérêt. Des ajustements ont été apportés au système de garantie de prêt pour permettre aux entreprises de toute taille d'accéder plus facilement au crédit à des taux d'intérêt bas, les remboursements étant retardés jusqu'à douze mois.

Nous encourageons toutes les entreprises qui ont été confrontées à une perturbation de leurs revenus à solliciter le soutien de ce programme pendant que l'économie se rétablit.

Au début de la pandémie, nous avons lancé un appel aux Sud-Africains pour qu’ils manifestent leur solidarité et leur patriotisme en soutenant les efforts du gouvernement pour faire face à la pandémie.

Nous avons créé le Fonds de solidarité, qui a reçu quelque 300 000 dons de près de 15 000 particuliers et près de 2 500 entreprises.

Les dons provenaient de gens ordinaires et de travailleurs, d'organisations religieuses, de partis politiques, d'organisations non gouvernementales, de fiducies et de fondations.

Par son action, le Fonds de solidarité a démontré la puissance du partenariat social et de la coopération.

Depuis sa création, elle a collecté plus de 3,1 milliards de rands de dons d'entreprises, de fondations et de particuliers.

Il a, à ce jour, alloué R2,4 milliards pour soutenir des domaines clés de notre réponse nationale contre les coronavirus.

Celles-ci comprennent l'achat d'équipement de test, de fournitures médicales et d'équipement de protection individuelle et la fabrication locale de ventilateurs. Il s'étend à l'aide alimentaire aux ménages vulnérables, aux bons pour les agriculteurs de subsistance, aux soins aux survivants de la violence sexiste et à une campagne nationale de sensibilisation au COVID.

Chers collègues sud-africains, la violence contre les femmes et les enfants s'est poursuivie sans relâche pendant la période de la pandémie.

Nous sommes déterminés à poursuivre notre détermination à lutter contre le fléau de la violence sexiste et du fémicide.

Sur la base des dernières données, nous avons identifié 30 points chauds dans le pays où ce problème est le plus répandu.Au fur et à mesure que nous passons au niveau d'alerte suivant, nous augmentons et améliorons les services de soutien aux survivants de la violence sexiste, en particulier dans les points chauds identifiés. .

Nous devons le faire non seulement parce que le verrouillage est en train d'être assoupli, mais dans le cadre des travaux déjà en cours pour mettre en œuvre le plan stratégique national adopté par le Cabinet plus tôt cette année. Cela comprend le déploiement d'un modèle intégré et multidisciplinaire qui intègre le soutien psychosocial, l'enquête de cas, les services de logement et l'autonomisation économique des survivants sous un même toit.

Les centres à guichet unique de Khuseleka élargissent le mandat du réseau existant de centres de soins Thuthuzela et sont déjà opérationnels dans les districts du nord-ouest, du Limpopo et du Cap oriental.

Des travaux sont en cours pour étendre ce modèle de soins et de soutien à toutes les provinces. N'épargnons aucun effort pour éliminer le problème de la violence contre les femmes et les enfants.

La pandémie de coronavirus a révélé à quel point la corruption a infecté notre société et volé à notre pays des ressources vitales au moment où nous en avons le plus besoin.

Nos forces de l'ordre font des progrès importants dans l'enquête sur toutes les allégations d'utilisation abusive de fonds liés au COVID.

L'Unité des enquêtes spéciales m'a remis son premier rapport intérimaire, détaillant l'avancement de ses enquêtes dans toutes les provinces et dans certains départements et entités nationaux.Lorsque l'UES terminera ses enquêtes, nous serons en mesure de rendre publiques leurs conclusions.

L'UES travaille aux côtés de 8 autres agences du centre de fusion COVID-19 pour détecter, enquêter et poursuivre tout cas de corruption.

Dans le cadre des efforts visant à encourager la transparence et la responsabilité, le Trésor national a publié en ligne les détails de tous les contrats liés au COVID attribués par des entités publiques aux niveaux national et provincial.

Il s’agit d’une évolution historique qui, nous l’espérons, créera un précédent pour toutes les dépenses futures de cette nature.

Le Bureau de l'Auditeur général a également joué un rôle extrêmement précieux dans l'identification des faiblesses et des risques dans la gestion des ressources COVID et la détection des cas de fraude possible pour enquête par les agences représentées dans le centre de fusion.

Nous continuons à travailler pour renforcer nos efforts de lutte contre la corruption grâce à des mesures visant à fournir au NPA et aux autres organismes d'application de la loi les ressources humaines et financières nécessaires pour lutter contre la corruption, le renforcement des tribunaux spécialisés en matière de criminalité commerciale, ce qui aidera à accélérer les affaires liées au COVID, et la finalisation de la nouvelle stratégie nationale de lutte contre la corruption.

Nous sommes déterminés à faire en sorte que le pire de cette pandémie soit derrière nous. Nous ne pouvons pas nous permettre une résurgence des infections dans notre pays.

Une deuxième vague serait dévastatrice pour notre pays et perturberait à nouveau nos vies et nos moyens de subsistance. Il appartient à chaque Sud-Africain de veiller à ce que cela ne se produise pas. Alors que nous nous installons dans une nouvelle normalité et apprenons à vivre aux côtés du virus, nous devons continuer à exercer toutes les précautions possibles pour éviter d'infecter les autres.

C'est ainsi que nous allons assurer notre sécurité et garder notre économie ouverte: Premièrement, nous devons porter un masque chaque fois que nous sommes en public et nous assurer qu'il couvre à la fois le nez et la bouche.

Deuxièmement, nous devons maintenir à tout moment une distance d'un mètre et demi des autres personnes et nous assurer que nous sommes dans des espaces bien aérés.

Troisièmement, nous devons continuer à nous laver les mains ou utiliser régulièrement un désinfectant pour les mains. Quatrièmement, nous devons télécharger l'application COVID Alert South Africa et protéger nos familles et nos communautés.

Dans un peu plus d'une semaine, les Sud-Africains célébreront la Journée du patrimoine dans des conditions qui seront meilleures à bien des égards par rapport à ce que nous avons vécu au cours des six derniers mois.

J'exhorte chacun à profiter de ce jour férié comme du temps en famille, à réfléchir sur le difficile voyage que nous avons tous parcouru, à se souvenir de ceux qui ont perdu la vie et à se réjouir tranquillement du patrimoine remarquable et diversifié de notre nation. Et il ne peut y avoir de meilleure célébration de notre Afrique du Sud que de rejoindre le phénomène mondial qu'est le défi de la danse de Jérusalem.

Je vous exhorte donc tous à relever ce défi à l'occasion de la Journée du patrimoine et à montrer au monde ce dont nous sommes capables. Tout comme nous avons agi ensemble pour vaincre ce virus, nous devons retrousser nos manches et nous mettre au travail pour reconstruire notre économie.

Nous avons une tâche gigantesque devant nous: il faudra l'effort combiné de chaque Sud-Africain pour ramener notre nation à la prospérité et au développement.

C'est maintenant la tâche de notre génération et notre travail commence aujourd'hui. Nous avons surmonté le doute et le cynisme pour faire face à la pire menace de santé publique de mémoire d'homme. Nous avons montré de quoi les Sud-Africains sont capables lorsque nous unissons nos forces.

Gardons cet esprit d’unité et de solidarité. Avançons avec détermination et détermination.

Que Dieu continue de bénir l'Afrique du Sud et son peuple. Je te remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *