5 juillet 2020

Les visiteurs LGBTQ de Puerto Vallarta ont posé des questions sur l'effet du COVID-19 sur les plans de voyage

Du 14 au 18 mai 2020, Casa Cupula, un hôtel-boutique de luxe LGBT à Puerto Vallarta, a contacté ses clients et les membres de la communauté LGBT en général qui visitent Puerto Vallarta pour découvrir l'effet de la pandémie de coronavirus sur leur projets de voyages. (Le public a été choisi par lui-même, 27% étaient des clients de Casa Cupula, il est donc probable que l'accent soit mis davantage sur les voyageurs de luxe dans ce groupe)

Sur les 336 personnes qui ont répondu, la majorité (81%) avait prévu de visiter Puerto Vallarta avant la fin de 2020. Après la pandémie, 41% des personnes interrogées prévoient de revenir plus tard cette année. Presque tous les autres (36%) prévoient de revenir en 2021. La durée moyenne d'un retard était d'environ 8 mois par rapport à celle initialement prévue.

Qu'est-ce qui empêche les visiteurs LGBT de revenir? Inquiétude quant à la sécurité des voyages aériens en général, 65% d'entre eux se disant fortement ou quelque peu préoccupés par cela. Comparativement, 51% étaient spécifiquement préoccupés par les voyages à Puerto Vallarta.

L'anxiété générale à propos du COVID affecte les voyageurs LGBT avec 62% ont cité «l'incertitude générale» comme leur principale raison de retarder leur prochain voyage en PV, avec 56% également préoccupé par les voyages en avion. Seulement 20% de cet échantillon de voyageurs principalement de luxe ont cité des difficultés économiques et 17% des restrictions de voyage sur le lieu de travail, tandis que 38% ont cité des options de compagnies aériennes limitées (les répondants pouvaient choisir plus d'une raison).

« Nous ne sommes pas surpris du nombre d'invités qui reportent, mais nous sommes heureux que presque tous envisagent de revenir l'année prochaine », a déclaré Don Pickens de Casa Cupula. « Malheureusement pour la communauté LGBT de Puerto Vallarta qui dépend du tourisme, il semble que nous ne pouvons pas faire grand-chose pour y remédier. Il appartient aux compagnies aériennes de montrer qu’elles peuvent assurer des voyages en toute sécurité, et aux dirigeants de nos pays d’arrêter de politiser et de commencer à contribuer à faire face à l’incertitude que nous ressentons tous. »

COVID a durement frappé les répondants. Au total, 66% ont été personnellement touchés par COVID. Alors que seulement 5% ont déclaré avoir contracté eux-mêmes le COVID, 30% ont des amis ou de la famille qui en ont souffert. Malheureusement, 3% ont signalé le décès d'un proche, et 29% connaissent quelqu'un de leur cercle d'amitié. Cela correspond au nombre de personnes qui ont déclaré que COVID avait fortement ou quelque peu affecté la zone dans laquelle ils vivaient (58%) avec seulement 4% déclarant qu'elle n'avait pas du tout affecté leur ville.

Au total, 62% du groupe échantillon ont déclaré que leur budget de voyage n'était pas affecté ou très peu affecté, ce qui augure bien d'une relance à long terme des voyages. L'âge n'a pas d'importance non plus, car l'âge moyen de ceux qui envisagent de revenir cette année était de 49 ans, à peine légèrement plus jeune que les personnes retardant jusqu'en 2021 au moins, à 51 ans. La marge d'erreur est de 6% pour cette taille d'échantillon. Les répondants au sondage provenaient principalement des États-Unis (84%) et 10% du Canada.

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *