16 janvier 2021

Les travailleurs du transport aérien du Canada dévastés par le manque d’aide financière directe au secteur

Le ministre des Transports du Canada et les compagnies aériennes sont instamment priés de faire tout ce qu’il faut pour soutenir les travailleurs de l’aviation canadiens de la même manière que d’autres pays l’ont fait

Unifor, l’APAC, l’ALPA et la CALDA continuent d’appeler le gouvernement fédéral à apporter une contribution financière directe et significative à notre industrie dévastée, à la mesure de la contribution des autres pays à leur propre secteur.

Alors que les syndicats ont été initialement encouragés par l’engagement public du ministre des Transports, le 8 novembre 2020, à travailler avec les compagnies aériennes sur l’élaboration et la finalisation d’un programme d’aide, et par une reconnaissance ultérieure du ministre des Finances dans la mise à jour économique de l’automne, les travailleurs des compagnies aériennes craignent que, Maintenant que nous entrons dans notre 10e semaine, aucune indication n’a été donnée que l’aide est à venir.

L’Association des pilotes d’Air Canada (ACPA), l’Association des pilotes de ligne (ALPA), Unifor et l’Association canadienne des répartiteurs de lignes aériennes (CALDA) représentent collectivement plus de 300000 travailleurs canadiens, dont bon nombre ont déjà été mis à pied ou en congé.

Compte tenu de ce manque d’aide, il est troublant d’apprendre que d’autres compagnies aériennes internationales parrainées par l’État ont pu se prévaloir à la fois de l’aide gouvernementale dans leur territoire d’origine et de la subvention salariale d’urgence du Canada (SCAR) pour leurs employés basés au Canada.

Bien que le programme élargi du SCAR – un programme dirigé par l’employeur – ait fourni une certaine protection de l’emploi aux travailleurs canadiens du transport aérien, nous avons vu des milliers de mises à pied dans ce secteur et un nombre disproportionné de travailleurs de l’aviation en congé, nonobstant le SCAR. La dure réalité est que les compagnies aériennes sont des opérations extrêmement capitalistiques avec un taux de consommation de trésorerie élevé et l’exigence de préserver les liquidités pour maintenir l’équipement, les routes et le personnel. Cette réalité n’est pas prise en compte dans le cadre du SCAR, et c’est une indication claire qu’un plus grand soutien du gouvernement fédéral est nécessaire.

Bien que la décision du gouvernement de soutenir les transporteurs étrangers puisse techniquement s’inscrire dans les règles du programme des AI, elle représente un coup supplémentaire pour les transporteurs nationaux et l’ensemble de l’industrie aéronautique. Il devrait être une question de politique publique très claire que le Canada accorde la priorité aux besoins de notre pays et de nos compagnies aériennes. Le fait que cela ne se soit pas produit est aggravé par le fait que bon nombre de ces transporteurs étrangers ont déjà reçu des renflouements directs de la part des gouvernements de leurs pays respectifs. a déclaré Jerry Dias, président d’Unifor.

«Les transporteurs aériens du Canada sont un élément essentiel de l’infrastructure du Canada, y compris les déplacements et le transport essentiels des vaccins COVID-19 et d’autres articles essentiels comme l’EPI. Il est intenable de demander aux compagnies aériennes et aux travailleurs aériens du Canada de maintenir cette infrastructure vitale opérationnelle pendant cette période de crise actuelle sans un soutien fédéral important », a déclaré Rob Giguere, PDG de l’APAC. «Au nom de milliers de travailleurs du transport aérien à travers le pays, nous exhortons le nouveau ministre des Transports et les compagnies aériennes à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à un accord afin de pouvoir soutenir les travailleurs de l’aviation canadiens de la même manière que d’autres pays l’ont fait.

Les compagnies aériennes canadiennes ont déjà subi des coups terribles, notamment le 11 septembre et le SRAS. La pandémie actuelle est pire que toutes les crises passées combinées, et il faudra le soutien de notre gouvernement pour assurer la survie de notre secteur sous une forme ou une autre. Ne vous y trompez pas: les transporteurs aériens du Canada – et les moyens de subsistance des milliers de Canadiens qu’ils emploient – courent de grands risques si une aide urgente n’est pas fournie.

«Le gouvernement fédéral reconnaît que le transport aérien au Canada est essentiel, mais au lieu d’aider les compagnies aériennes canadiennes, nos législateurs continuent de rater la cible parce qu’ils n’ont pas correctement consulté les intervenants de l’industrie aéronautique et les associations syndicales, comme ALPA Canada, l’APAC et Unifor, et ont pratiquement ignoré les nombreuses recommandations bien articulées et fondées sur la science qui leur ont été fournies », a déclaré Tim Perry, président d’ALPA Canada.

Les travailleurs des compagnies aériennes ne font pas partie des négociations qui se déroulent apparemment entre les compagnies aériennes et le gouvernement fédéral, mais il est plus que temps pour une résolution sur cette question. Lors des négociations, le gouvernement doit veiller à ce que les avantages soient versés aux travailleurs, protégeant ainsi l’emploi actuel et futur. Nous avons d’autres pays qui passent déjà à une deuxième série d’aide pour leur secteur aérien, alors que le Canada n’a pas réussi à livrer.

«Notre gouvernement et les dirigeants des compagnies aériennes doivent conclure un accord», a déclaré Russ Williams, président de l’Association canadienne des répartiteurs aériens. «Plus cela prend de temps, plus nos travailleurs en paient le prix – car chaque jour, de plus en plus de routes sont annulées, plus d’emplois perdus et toute reprise potentielle future semble dans des années.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *