21 octobre 2020

Le tourisme doit faire partie des plans nationaux de relance et de résilience

Si ce n'est pas dans le plan, ce n'est pas dans le budget: l'alliance du Manifeste du tourisme européen, la voix du secteur européen du voyage et du tourisme, exhorte les États membres de l'Union européenne à faire du tourisme un élément stratégique de leurs plans nationaux de relance afin de exploiter le potentiel du secteur pour générer des emplois et de la croissance, et récolter les fruits des transitions vertes et numériques.

Selon la communication de la Commission européenne «  Le moment de l'Europe: réparer et préparer la prochaine génération '' (1), les voyages et le tourisme sont l'un des écosystèmes les plus touchés par le COVID-19 et nécessitent 161 milliards d'euros (2) d'investissement pour rebondir. retour aux niveaux d'avant la crise. La nouvelle facilité pour la relance et la résilience (3), proposée par la Commission pour aider l'UE à se reconstruire après la pandémie, offre une occasion sans précédent de soutenir le tourisme et de garantir que le secteur contribue à favoriser les transitions numériques et vertes, et renforce ainsi à la fois économique et sociale résistance.

L’objectif de la facilité pour la relance et la résilience est de fournir un soutien financier à grande échelle aux réformes et aux investissements entrepris par les États membres, afin d’atténuer l’impact économique et social de la pandémie de coronavirus, en rendant les économies de l’UE plus durables et plus résilientes. Afin de bénéficier de cette opportunité de financement sans précédent, les États membres doivent soumettre à la Commission, à compter du 15 octobre 2020 (jusqu'en avril 2021), leurs projets de plans de relance et de résilience décrivant les programmes nationaux d'investissement et de réforme conformément au double objectif stratégique: numérisation et durabilité .

Le tourisme doit être fermement intégré dans les plans de relance et de résilience. Pendant ce temps, le secteur a besoin d'un soutien continu pour survivre et contribuer à la reprise. Le tourisme est dominé par les micro / PME, une composition dont dépendent le caractère distinctif et l’attrait de l’Europe en tant que destination. Les petites entreprises renvoient toujours un emploi à l'économie plus rapidement que les grandes entreprises: l'accès au financement à court terme signifie la création d'emplois à long terme. Le secteur représente 9,5% du PIB de l’UE, fournit des emplois à 22,6 millions de personnes (4) et a un impact direct sur les transports, la vente au détail, l’industrie agroalimentaire et l’économie en général. Selon l'OMT (5), l'Europe a connu une baisse de 66% des arrivées de touristes au premier semestre 2020 et le WTTC estime (6) que la région risque de perdre 29,5 millions d'emplois dans les voyages et le tourisme (80% de 2019) et de perdre 1442 milliards EUR de PIB des voyages et du tourisme (80% de 2019) grâce au COVID-19.

L'économie européenne et le bien-être social sont clairement en danger si nous ne prenons pas des mesures urgentes pour construire et financer la relance du secteur du voyage et du tourisme: 1 EUR de valeur générée par le tourisme se traduit par 56 centimes supplémentaires de valeur ajoutée en effet indirect sur autres industries (7). L'investissement dans le tourisme apportera des avantages à long terme aux communautés, aux visiteurs et aux entreprises dans toute l'Europe.

Avec un soutien approprié, le tourisme peut être l'un des moteurs les plus efficaces pour assurer le développement durable: il soutient l'emploi dans tous les domaines et les données démographiques, contribue au bien-être et génère les revenus nécessaires pour préserver l'identité, la culture et le patrimoine de la communauté. C'est aussi l'une de nos meilleures exportations.

Le tourisme est transversal et sa longue chaîne de valeur touche plusieurs sous-secteurs. Un écosystème de voyage et de tourisme sain peut contribuer à atteindre les quatre objectifs généraux du mécanisme pour la relance et la résilience: promouvoir la cohésion économique, sociale et territoriale de l'UE, renforcer la résilience de l'Union, atténuer l'impact de la crise et soutenir les transitions vertes et numériques.

Il est donc essentiel que l'impact sur l'écosystème du voyage et du tourisme soit un critère d'évaluation pour toutes les composantes majeures des plans de relèvement et de résilience. L'effet multiplicateur de l'investissement intelligent, qui profite également au tourisme, est très significatif. L'alliance du Manifeste européen du tourisme est prête à aider les États membres à élaborer leurs plans de relance afin de garantir que les réformes et les investissements proposés créent un environnement favorable dans lequel le tourisme peut se développer de manière durable et résiliente, et continuer à créer des emplois, en favorisant la cohésion et la construction la voie vers une reprise durable de l'impact social et économique de la pandémie COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *