13 avril 2021

Le groupe Lufthansa se prépare à une forte croissance de la demande en 2021 après une perte d’exploitation de 5,5 milliards d’euros

Les restrictions de voyage et la quarantaine ont conduit à une baisse unique de la demande de voyages aériens

  • Réduction des coûts encore accélérée et drain de trésorerie opérationnel limité à environ 300 millions d’euros par mois au quatrième trimestre
  • Carsten Spohr: «Les certificats de vaccination et de test numériques reconnus internationalement doivent remplacer les interdictions de voyager et la quarantaine»
  • Lufthansa Group Airlines est prête à offrir à nouveau jusqu’à 70% de sa capacité à court terme et vise à offrir à 100000 employés une perspective à long terme

Carsten Spohr, PDG de Deutsche Lufthansa AG, déclare: «L’année écoulée a été la plus difficile de l’histoire de notre entreprise – pour nos clients, nos employés et nos actionnaires. Les restrictions de voyage et la quarantaine ont conduit à une baisse unique de la demande de voyages aériens. Désormais reconnus internationalement, les certificats de vaccination et de test numériques doivent remplacer les interdictions de voyager et la mise en quarantaine afin que les gens puissent à nouveau rendre visite à leur famille et à leurs amis, rencontrer des partenaires commerciaux ou découvrir d’autres pays et cultures.

En ce qui concerne le développement futur du groupe Lufthansa, Carsten Spohr a déclaré: «La crise unique accélère le processus de transformation de notre entreprise. 2021 sera pour nous une année de redimensionnement et de modernisation. L’accent restera sur la durabilité: nous examinons si tous les aéronefs de plus de 25 ans resteront au sol en permanence. À partir de l’été, nous prévoyons une reprise de la demande dès que les limites de voyage restrictives seront réduites par un nouveau déploiement de tests et de vaccins. Nous sommes prêts à offrir à nouveau jusqu’à 70% de notre capacité d’avant la crise à court terme à mesure que la demande augmente. Avec un groupe Lufthansa plus petit, plus agile et plus durable, nous voulons maintenir notre position de leader dans le monde et garantir l’emploi d’environ 100 000 employés sur le long terme. »

Résultat 2020

La demande a chuté de façon spectaculaire l’année de la pandémie Corona et des restrictions de voyage associées. Le chiffre d’affaires du groupe Lufthansa est tombé à 13,6 milliards d’euros en 2020 (année précédente: 36,4 milliards d’euros). Malgré des réductions de coûts rapides et importantes, le groupe Lufthansa a dû déclarer un EBIT ajusté de moins 5,5 milliards d’euros (année précédente: bénéfice de 2,0 milliards d’euros). La marge EBIT ajustée était de moins 40,1% (année précédente: plus 5,6%). Le drain de trésorerie d’exploitation au quatrième trimestre 2020 était d’environ 300 millions d’euros par mois. Les progrès de la restructuration ont limité l’impact de l’intensification de la situation pandémique sur les revenus. Les coûts de personnel ont été considérablement réduits grâce aux réductions d’effectifs, aux accords de crise avec les partenaires sociaux et au chômage partiel. À la fin de l’année 2020, le nombre d’employés était de 110000, soit environ 20% de moins que l’année précédente. La perte d’EBIT rapportée est inférieure d’environ 1,9 milliard d’euros à moins 7,4 milliards d’euros, principalement en raison de réductions de valeur exceptionnelles sur les avions et du goodwill. Le résultat net s’élève à moins 6,7 milliards d’euros (année précédente: 1,2 milliard d’euros).

Lufthansa Cargo réalise un résultat record

Contrairement aux compagnies aériennes passagers, la division cargo du Groupe a bénéficié d’une demande croissante au cours de l’année. Portée par une forte augmentation des rendements moyens dans un contexte de demande toujours élevée, Lufthansa Cargo a réalisé un résultat record avec un EBIT ajusté de 772 millions d’euros (année précédente: 1 million d’euros) malgré une baisse de 36% de la capacité de fret.

Les dépenses d’investissement du groupe Lufthansa ont été réduites d’environ deux tiers sur un an en 2020 à 1,3 milliard d’euros (année précédente: 3,6 milliards d’euros), principalement sur la base d’accords importants avec les avionneurs. Ceux-ci prévoient le report des livraisons d’avions en 2021 et au-delà, de sorte que les dépenses d’investissement annuelles seront inférieures à ce qui était initialement prévu également dans les années à venir. Le cash-flow libre ajusté est négatif de 3,7 milliards d’euros (année précédente: 203 millions d’euros), avec environ 3,9 milliards d’euros versés pour le seul remboursement des billets. Cela a été compensé par 1,9 milliard d’euros de nouvelles réservations. La sortie de trésorerie restante a été limitée par une gestion stricte des créances et des dettes.

La dette nette, y compris les dettes locatives, a augmenté à environ 9,9 milliards d’euros (année précédente: 6,7 milliards d’euros). Les engagements de retraite ont augmenté de 43% à 9,5 milliards d’euros (année précédente: 6,7 milliards d’euros), principalement en raison de la baisse du taux d’intérêt utilisé pour actualiser les engagements de retraite à 0,8% (année précédente: 1,4%).

Au 31 décembre 2020, le groupe Lufthansa disposait de liquidités disponibles d’environ 10,6 milliards d’euros, dont 5,7 milliards d’euros liés à des mesures de stabilisation gouvernementales inutilisées. À la fin de 2020, le groupe Lufthansa avait prélevé des fonds de stabilisation du gouvernement d’environ 3,3 milliards d’euros, dont 1 milliard d’euros a déjà été remboursé entre-temps.

Au second semestre 2020, le Groupe est revenu avec succès sur le marché des capitaux et a levé des fonds de 2,1 milliards d’euros via des financements obligataires et aéronautiques. Par ailleurs, le Groupe a placé le 4 février deux obligations d’un volume total de 1,6 milliard d’euros, dont le produit a servi entre autres au remboursement de l’emprunt KfW de 1 milliard d’euros. Globalement, le refinancement à long terme de tous les passifs financiers dus en 2021 est ainsi sécurisé.

«Les dernières transactions ont montré à quel point le marché a confiance en notre entreprise. Le groupe Lufthansa est bien financé au-delà de 2021. Cela est également aidé par les éléments précédemment inutilisés du paquet de stabilisation, sur lesquels nous pouvons nous appuyer si nécessaire pour renforcer encore notre bilan », a déclaré Remco Steenbergen, directeur financier de Deutsche Lufthansa AG.

Trafic pour 2020

En 2020, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa proposaient environ un tiers des vols soit une capacité (sièges-kilomètres disponibles) de 31% par rapport à l’année précédente. À 36,4 millions, le nombre de passagers représentait 25% du chiffre de l’année précédente, soit un coefficient de remplissage de 63%, soit 19,3 points de pourcentage de moins que l’année précédente.

En raison de l’élimination de la capacité de fret du ventre sur les avions de passagers, la capacité de fret a diminué de 39%. Les kilomètres de fret vendus ont chuté de 31 pour cent à 7 390 millions de tonnes métriques au cours de la même période. Dans le même temps, le coefficient d’occupation a augmenté de 8,4 points de pourcentage pour s’établir à 69,7%. Les rendements moyens ont augmenté d’environ 55 pour cent en raison de la pénurie d’approvisionnement.

Le groupe Lufthansa a bénéficié de son système de hub. Contrairement à leurs concurrents, qui n’offrent que des liaisons point à point, les compagnies aériennes du groupe Lufthansa ont pu regrouper les faibles volumes de trafic sur leurs hubs et ainsi maintenir des liaisons importantes. En outre, la mise en réseau étroite entre le trafic de passagers et de fret dans les hubs a permis de sécuriser les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Perspectives

L’année dernière, le nombre d’employés a diminué d’environ 28 000 personnes. En Allemagne, 10 000 emplois supplémentaires seront réduits ou les frais de personnel correspondants devront être compensés. La flotte du Groupe sera réduite à 650 appareils en 2023. D’ici le milieu de la décennie, le Groupe s’attend à ce que le niveau de capacité revienne à 90%. Par ailleurs, le Groupe étudie la cession de filiales n’offrant que des synergies mineures avec le cœur de métier.

Chaque fois que les restrictions sont éliminées, les réservations ont tendance à augmenter fortement dans la zone de trafic respective. Pour l’ensemble de l’année 2021, le Groupe s’attend à ce que les capacités proposées atteignent 40 à 50% des niveaux de 2019, et il reste à espérer que des flux de trésorerie opérationnels positifs seront générés lorsque la capacité proposée sera supérieure à 50%. Avec l’expansion stratégique de l’activité touristique et une Lufthansa Cargo toujours forte, le Groupe est en mesure de profiter des opportunités de marché à court terme. Le boom du secteur du fret se poursuit.

Le drain mensuel moyen de trésorerie d’exploitation, hors variation du besoin en fonds de roulement, dépenses d’investissement et dépenses non récurrentes et de restructuration, devrait être limité à environ 300 millions d’euros au premier trimestre 2021.

«Grâce à nos récentes mesures de financement, nous disposons de liquidités suffisantes pour résister à un environnement de marché qui reste difficile. La prochaine étape consiste à renforcer notre bilan et à réduire notre dette. Ce faisant, nous réduirons nos coûts grâce à une restructuration réussie. Notre gestion des crises et des coûts a pris effet beaucoup plus rapidement que prévu initialement. Dans le même temps, notre activité s’est redressée plus lentement que nous l’avions initialement espéré. En plus de rembourser les fonds de stabilisation du gouvernement, l’objectif de notre stratégie financière est que les marchés financiers réévaluent notre solvabilité à une qualité d’investissement à moyen terme », déclare Remco Steenbergen.

Le groupe Lufthansa s’attend à ce que la perte d’exploitation, mesurée en termes d’EBIT ajusté, soit inférieure en 2021 par rapport à l’année précédente.