7 mars 2021

Le DOT américain a exhorté à adopter des protections des consommateurs pour les passagers des compagnies aériennes

Le DOT américain doit répondre aux préoccupations concernant les risques pour la santé du COVID-19, les remboursements pour les vols annulés pendant la pandémie et une nouvelle règle adoptée en novembre dernier par l’administration précédente qui entravera la capacité de l’agence à lutter contre les pratiques abusives des compagnies aériennes

  • L’administration américaine devrait immédiatement publier des exigences claires et exécutoires pour les protections COVID-19 sur les avions et dans les aéroports
  • L’administration devrait renforcer et étendre les règles existantes du DOT sur le remboursement des vols de passagers
  • Réorganiser le Comité consultatif sur la protection des consommateurs en aviation (ACPAC) afin qu’il représente mieux les consommateurs

Consumers Reports a récemment présenté ses recommandations pour la protection des passagers aériens au nouveau leadership du ministère des Transports. Les recommandations du CR incluent des actions précoces, il appelle le DOT à répondre aux préoccupations concernant les risques pour la santé du COVID-19, les remboursements pour les vols annulés pendant la pandémie et une nouvelle règle adoptée en novembre dernier par l’administration précédente qui entravera la capacité de l’agence à freiner les compagnies aériennes abusives. les pratiques.

Recommandations de politique de protection des consommateurs en aviation pour le ministère des Transports

Actions anticipées prioritaires pour l’administration

  • Protections de la santé COVID-19. À la suite du récent mandat de masque pour les voyages aériens commerciaux, l’administration devrait immédiatement publier des exigences claires et exécutoires pour les autres protections COVID-19 sur les avions et dans les aéroports. Ces exigences devraient être fondées sur les meilleures données scientifiques disponibles et devraient s’appliquer à toutes les compagnies aériennes américaines; toutes les compagnies aériennes étrangères opérant à destination, à l’intérieur et en provenance des États-Unis; et tous les aéroports américains. Les protocoles devraient inclure la mise à distance sociale forcée dans les aéroports et à bord des aéronefs, y compris des sièges intermédiaires vides entre étrangers; les exigences relatives aux procédures de nettoyage des aéronefs à la fine pointe de la technologie; ainsi que des politiques cohérentes, équitables et sensées sur les tests, le contrôle et la mise en quarantaine des passagers et des travailleurs.
  • Remboursements de vol. L’administration devrait renforcer et étendre les règles existantes du DOT sur le remboursement des vols de passagers, en particulier lors de situations de «force majeure» telles qu’une pandémie mondiale. En outre, le DOT doit appliquer vigoureusement ces réglementations de remboursement auprès des compagnies aériennes américaines, des compagnies aériennes étrangères et d’autres vendeurs de billets, y compris pour résoudre les réclamations en suspens qui n’ont pas été réglées, dans certains cas depuis mars 2020.
  • Pratiques aériennes déloyales et trompeuses. L’Administration devrait revoir rapidement la nouvelle règle du DOT, précipitée à l’approbation fin novembre, qui a créé des obstacles procéduraux pour les pratiques déloyales et trompeuses de réglementation et de jugement. La mise en œuvre devrait être suspendue et des mesures devraient être prises pour l’annuler. Cette règle mal conçue est totalement inutile; son seul effet est de rendre plus difficile pour le DOT d’exercer sa propre autorité pour protéger le public voyageur contre les pratiques abusives des compagnies aériennes.

Recommandations supplémentaires

  • Réorganiser le Comité consultatif sur la protection des consommateurs en aviation (ACPAC) afin qu’il représente mieux les consommateurs. Comme nous et d’autres défenseurs des consommateurs avons écrit au secrétaire Chao en octobre 2020, l’ACPAC est fondamentalement brisée. Il est censé être un forum pour faire connaître les intérêts et les préoccupations des consommateurs au DOT. Mais dans sa formulation actuelle, il ne représente pas efficacement les consommateurs et ne traite pas adéquatement les problèmes qui préoccupent le public voyageur. Ce comité devrait être reconstitué de manière à donner au Ministère une véritable voix de protection des consommateurs, avec des membres qui défendent les intérêts des consommateurs.
  • Sièges familiaux. L’administration devrait édicter des règles pour s’assurer que les familles avec de jeunes enfants s’assoient toujours ensemble à bord sans encourir de frais supplémentaires ou être obligées d’acheter des billets surclassés. Le Congrès a ordonné au DOT de publier une telle règle en 2016, mais a laissé une faille donnant au Département la possibilité de refuser de réglementer si une telle réglementation n’est pas «appropriée». Les plaintes et préoccupations des consommateurs, ainsi qu’un rapport du FBI de 2018 sur les agressions sexuelles en vol, montrent clairement la nécessité d’une telle règle.
  • Transparence des tarifs aériens. Mettre en œuvre des règles complètes sur les tarifs aériens et la transparence des frais afin que les consommateurs reçoivent toujours un «prix de base» pour tous les vols avant la sélection, y compris les taxes et frais obligatoires et «facultatifs». Ces règles doivent s’appliquer à tous les canaux de réservation, que les billets soient vendus par l’intermédiaire de compagnies aériennes ou de vendeurs de billets tiers, et qu’ils soient vendus en ligne ou hors ligne.
  • Déclaration des droits des passagers. L’administration devrait élaborer une déclaration des droits qui abordera les inégalités flagrantes dans les contrats de transport des compagnies aériennes américaines, des documents unilatéraux, contraignants, intentionnellement vagues et totalement déroutants. D’autres pays, dont le Canada et les membres de l’Union européenne, ont mis en place des politiques d’indemnisation des passagers simples, cohérentes et faciles à comprendre pour les retards de vols des compagnies aériennes, les annulations de vols, les chocs involontaires et les bagages mal gérés.
  • Normes de siège. Élaborer des normes minimales de taille de siège pour tous les aéronefs commerciaux américains, y compris les aéronefs régionaux opérant pour le compte des principaux transporteurs américains. Consumer Reports a documenté que les dimensions du pas / espace pour les jambes et de la largeur du siège en classe économique ont diminué au cours des dernières décennies. Cela réduit le confort des passagers, mais augmente également les risques de coagulation sanguine et menace les évacuations d’urgence en toute sécurité.
  • Évacuations d’urgence. Effectuer une nouvelle évaluation pour réorganiser les normes d’évacuation d’urgence de la FAA et les procédures d’essai pour les aéronefs commerciaux. Ces dernières années, la FAA s’est appuyée sur une modélisation informatique obsolète pour ces tests, et certaines compagnies aériennes et certains types d’aéronefs n’ont pas été correctement testés depuis plus de deux décennies. Ces procédures de test obsolètes ne tiennent pas compte des changements sismiques qui ont dépassé les voyages aériens au cours des 20 dernières années. En outre, il existe des préoccupations valables selon lesquelles la modélisation informatique et même les tests réels n’ont pas pris en compte de manière sélective les données démographiques du monde réel, y compris les passagers handicapés.
  • Préemption fédérale. Travailler avec le Congrès pour éliminer la clause de préemption de la loi de 1978 sur la déréglementation des compagnies aériennes, afin que les passagers des compagnies aériennes obtiennent plus de droits aux niveaux national et local, via les législatures des États, les procureurs généraux des États et le droit d’action privé.
  • Supervision par la FAA des avionneurs. La crise du Boeing 737 MAX a mis en évidence les faiblesses de la surveillance exercée par la FAA sur les avionneurs. En particulier, le programme de l’inspecteur désigné de la FAA devrait être réformé de sorte qu’une surveillance supplémentaire de la FAA soit fournie aux employés des avionneurs chargés de jouer le rôle potentiellement conflictuel d’inspecteurs et de certificateurs de la FAA.
  • Externalisation de la maintenance. L’administration devrait exiger que les travaux d’entretien des compagnies aériennes soient effectués aux États-Unis et la FAA devrait assurer une surveillance adéquate de ces travaux d’entretien.