Catégories
Tourisme

Le coronavirus, une menace pour la sécurité au Moyen-Orient: réponse militaire

En Jordanie, l’armée a envahi les rues le 17 mars pour contrôler le couvre-feu dû au coronavirus COVID-19, à la suite de l’activation par le gouvernement de la loi sur la défense qui est entrée dans le royaume en état d’urgence. Des citoyens qui ont violé le couvre-feu à Amman et ailleurs ont été arrêtés et renvoyés pour d'éventuelles poursuites pénales.

Pays après pays, a annoncé de nouvelles mesures d'urgence pour lutter contre la transmission rapide du nouveau coronavirus au Moyen-Orient. Le dernier en date a été la Tunisie, le président Kais Saied ayant chargé lundi l'armée de respecter le couvre-feu de 18 heures-6 heures mis en place le 18 mars. Le pays d'Afrique du Nord a identifié 89 cas de virus COVID-19; à ce jour, trois personnes sont mortes et une s'est rétablie.

Moeen al-Taher, analyste politique jordano-palestinien et écrivain à l'Institut d'études palestiniennes d'Amman, a déclaré à The Media Line que l'armée et les forces de sécurité jordaniennes devaient imposer la nouvelle réalité des limites de mouvement. «Les gens ici ont peur de l'armée; il a du prestige et du respect parmi les Jordaniens. Le déploiement de l'armée a incité les gens à prendre la question au sérieux. »

Taher a déclaré que les habitants des pays européens, avec leurs systèmes démocratiques, n'avaient pas respecté les instructions, tandis que la Chine a pu, grâce à son système dictatorial, contrôler le virus. « Quoi qu'il en soit, notre problème aujourd'hui est de mettre un terme au coronavirus, et non de raviver la démocratie », a-t-il déclaré.

«Chaque pays fait face à sa propre situation face à la nouvelle crise; le rôle des armées est important ici, mais il doit être précisé et limité à un laps de temps limité », a-t-il expliqué.

« L'implication de l'armée doit être contrôlée, et elle doit être soumise à l'échelon politique du royaume, afin d'éviter tout désaccord dans une période chaotique qui pourrait se transformer en une lutte de pouvoir », a-t-il déclaré.

Taher a déclaré que le coronavirus allait créer une nouvelle réalité pour la société internationale, dont la nature dépendait de la façon dont la maladie était traitée.

Le royaume a identifié 112 cas de COVID-19, la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus; personne n'est mort et une personne s'est rétablie.

En Égypte depuis la mi-mars, l'armée a coopéré avec les institutions de l'État pour lutter contre le virus grâce à des mesures telles que le stockage des denrées alimentaires et la formation aux mesures préventives. En outre, le Département des incendies et des secours des forces armées a fourni aux véhicules de lutte contre les incendies des solutions antiseptiques pour la désinfection après une éventuelle exposition et pour stériliser les espaces ouverts. Dimanche, un officier de l'armée égyptienne est décédé après avoir été infecté par le nouveau coronavirus dans l'exercice de ses fonctions.

Amani El-Tawil, avocat et directeur de programme au Centre Al-Ahram d'études politiques et stratégiques au Caire, a déclaré à The Media Line que l'implication de l'armée avait un sens pour diverses raisons, notamment que le virus pouvait faire partie de une campagne de guerre biologique.

« L'armée égyptienne dispose d'une unité de guerre chimique (et biologique), qui fait partie de l'armée qui devrait être responsable du traitement du dossier des coronavirus, et pas de toutes les branches de l'armée », a déclaré El-Tawil.

En outre, elle a déclaré que COVID-19 pourrait être utilisé comme un outil dans le cadre de la rivalité entre les États-Unis et la Chine pour le leadership mondial. «Dans tous les cas, la manière dont les États gèrent la pandémie de coronavirus affectera l'équilibre politique international.»

El-Tawil a déclaré que les Égyptiens acceptaient le rôle de l'armée, car ils comprenaient la grave menace que représente le virus pour la sécurité publique et nationale.

Le Pays du Nil a identifié 327 cas de COVID-19; 14 personnes sont décédées et 56 se sont rétablies.

Le 21 mars, le Premier ministre Hassan Diab a demandé à l'armée et aux forces de sécurité de veiller à ce que les gens restent chez eux pour lutter contre la transmission du virus, après que le nombre de cas soit passé à plus de 200 malgré les appels précédents du gouvernement exhortant les citoyens à ne pas mettre en danger eux-mêmes et les autres.

Abd Joumaa, un activiste politique basé à Beyrouth, a déclaré à The Media Line que le peuple libanais n'était pas du tout gêné par le rôle de l'armée dans la lutte contre le coronavirus, mais qu'il l'avait plutôt accueilli et béni. Certains citoyens ont appelé à de nouvelles mesures strictes à la lumière de l'urgence.

«À ce stade, les forces de sécurité ont resserré les procédures afin que les gens ne soient pas autorisés à quitter leur domicile à moins qu'il ne soit urgent, et que ceux qui sortent aux mauvais endroits, autrement que dans les supermarchés et les pharmacies, soient condamnés à des amendes par des forces conjointes issues de tous les services de sécurité libanais », a déclaré Joumaa.

Il a ajouté que des travailleurs autres que ceux des secteurs de la santé, de la médecine et de l'alimentation qui avaient quitté leur domicile étaient également condamnés à une amende.

Le Pays des Cèdres a identifié 267 cas de COVID-19; quatre personnes sont décédées et huit se sont rétablies.

En Arabie saoudite, le roi Salman a ordonné un couvre-feu à partir du 23 mars et pour une durée de 21 jours, de 19 h à 6 h, obligeant les résidents à rester chez eux, sauf si cela est absolument nécessaire.

Auparavant, le royaume a suspendu l'entrée des étrangers des pays les plus touchés par le virus et a interdit aux musulmans étrangers de se rendre à La Mecque et à Médine pour le pèlerinage de la Omra, qui peut être effectué à tout moment de l'année.

Suliman al-Ogaily, membre du conseil d'administration de la Saudi Society for Political Science, a déclaré à The Media Line que l'armée n'avait pas été employée pour combattre le coronavirus, mais plutôt les services de sécurité sous l'autorité du ministère de l'Intérieur. «Notre armée est déployée aux frontières pour protéger le royaume; l'ordre du roi n'incluait pas l'armée, l'Arabie saoudite évitant de donner l'impression que le problème des coronavirus a un élément de sécurité », a déclaré Ogaily.

Il a souligné que les arrêtés royaux sont considérés comme des lois en Arabie saoudite et que, par conséquent, la participation des forces de sécurité à l'application des lois est légitime. « La nature du virus, qui se propage rapidement, a obligé les autorités à doubler les mesures qui ont été prises le 27 février, car le nombre de cas infectés par COVID-19 a dépassé 500 », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que dans la culture arabe, il existe une tradition de rassemblements et d'événements sociaux constants, en particulier le soir, qui expliquait les heures du couvre-feu. «Les autorités ne pouvaient pas tout à coup freiner ces pratiques traditionnelles; ils ont dû prendre de nouvelles mesures pour faire en sorte que toutes les activités traditionnelles qui contribuent à transmettre le virus soient arrêtées. »

Ogaily a donné comme exemple comment l'Arabie saoudite avait suspendu la pratique de la prière collective. « Par conséquent, l'annulation de rassemblements de personnes et le respect du couvre-feu sont désormais acceptables », a-t-il déclaré.

Le royaume a identifié 562 cas de virus COVID-19; personne n'est mort et 19 personnes se sont rétablies.

Israël prévoit de dépenser 14 millions de dollars en équipement médical pour les Forces de défense israéliennes (FDI), a déclaré le ministère de la Défense le 11 mars, alors que l'armée se préparait à faire face à l'épidémie de coronavirus.

Yaakov Amidror, un ancien conseiller israélien pour la sécurité nationale, a déclaré à The Media Line qu'à ce jour, Israël traite la pandémie comme un problème civil. Cependant, dans le cas d'un couvre-feu complet, les FDI devraient aider la police, qui ne disposait pas de personnel suffisant pour l'appliquer dans tout le pays.

« Tout le monde a des parents dans l'armée, donc le déploiement de l'armée ne serait pas un problème ici », a déclaré Amidror.

Lior Akerman, analyste politique israélien et général de brigade à la retraite, a déclaré à The Media Line que la gestion de la crise des coronavirus n'était pas dirigée par l'armée ou les forces de sécurité. « Conformément à la décision du gouvernement, la plate-forme technologique de l'Agence de sécurité israélienne (le Shin Bet) est utilisée pour localiser les patients potentiels qui étaient des patients corona identifiés à proximité » en suivant les téléphones portables, a-t-il ajouté.

Akerman a souligné que dans le scénario d'une fermeture totale forcée, il n'y aurait pas d'autre choix que de s'appuyer sur la police et le personnel militaire.

« Les États-Unis utilisent également des soldats de la Garde nationale en temps de crise, comme tous les pays européens », a-t-il ajouté. «Ce type de crise doit être géré par les systèmes civils et de santé, les forces de sécurité se limitant à aider à jouer un rôle d'application de la loi.»

Israël a identifié 1 442 cas de COVID-19; une personne est décédée et 41 se sont rétablies.

Dimanche, le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, a ordonné un verrouillage de deux semaines dans les villes et villages palestiniens à l'exception des établissements de santé, des pharmacies, des boulangeries et des épiceries, déployant les forces de sécurité comme forces de l'ordre pour s'assurer que les citoyens restent chez eux.

L'Autorité palestinienne a identifié 59 cas (57 en Cisjordanie et deux dans la bande de Gaza) de COVID-19; personne n'est mort et 17 personnes se sont rétablies.

Source: https://themedialine.org/by-region/corona-as-security-threat-mideast-states-call-out-army/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *