16 juin 2021

L’ancien ministre du Tourisme, M. Walter Mzembi, non coupable d’une chasse au crime liée à l’Assemblée générale de l’OMT au Zimbabwe

Le Dr Walter Mzembi a été l’un des plus anciens ministres du tourisme au monde. Il a également été ministre des Affaires étrangères au Zimbabwe. Il a été accusé de corruption sur de fausses accusations liées à une Assemblée générale de l’OMT au Zimbabwe – Zambie. Il est maintenant débarrassé de tout acte répréhensible.

  1. Contraint de s’exiler pendant 3 ans, l’ancien ministre du Tourisme du Zimbabwe, le Dr Walter Mzembi, a été innocenté de toutes les accusations devant une Haute Cour du Zimbabwe.
  2. C’est un grand jour pour la justice et expose une fois de plus le processus électoral discutable à l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui a mis Zurab Pololikashvili au pouvoir.
  3. Mzembi a joué un rôle déterminant dans les coulisses de la discussion actuelle sur le COVID-19. Effacer son nom peut donner au Dr Mzembi l’occasion d’ajouter son expérience à l’avenir de l’industrie du voyage et du tourisme ou peut-être à son pays bien-aimé, le Zimbabwe.

Le Dr Mzembi a toujours été accepté et admiré parmi ses pairs du monde entier. On l’a vu parcourir le monde et s’exprimer lors de nombreux événements importants au cours de son mandat de ministre.

À l’abri des regards du public, ses amis lui ont dit parfois qu’il était l’un des meilleurs ministres du tourisme au monde, mais qu’il venait malheureusement du «mauvais» pays.

Le Dr Mzembi est un homme mondial. Il était deuxième candidat au poste de secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme en 2017. Il s’est battu pour ce poste et a tout donné et plus encore – il a fini par abandonner sa liberté.

Il a compris la manipulation de l’actuel Secrétaire général Zurab Pololikashvili pour remporter les élections. Contre toute attente, Mzembi a remporté l’élection de l’OMT à la deuxième place. Mzembi s’est battu jusqu’à la fin et a appelé les activités de Zurab par son vrai nom – fraude.

Il a cédé à Zurab lors de l’Assemblée générale de Chengdu, en Chine, avec la promesse que s’il retirait son objection, il serait nommé responsable d’un comité chargé de changer le système électoral à l’OMT. Cela ne s’est jamais produit, parce que le gouvernement de Mzembi a été repris dans une opération militaire.

Au lieu de recevoir un retour patriotique, Mzembi a été accusé d’activités criminelles liées à son rôle d’hôte de l’Assemblée générale de l’OMT en 2013 en Zambie et au Zimbabwe.

Comment cela s’est-il passé et comment cela a-t-il pu être lié aux élections de l’OMT de 2017, alors que Mzembi était en concurrence avec l’actuel Secrétaire général de l’OMT, n’a jamais été clairement rendu public et regorge de rumeurs.

L’homme de 57 ans, qui vit maintenant en Afrique du Sud, a été arrêté après la destitution de feu le président Robert Mugabe lors d’un coup d’État militaire en novembre 2017.

Aujourd’hui, 4 ans après le renversement du gouvernement de Mzembi, il a finalement été blanchi au Zimbabwe par la Haute Cour, indiquant que les mains de l’ancien ministre du Tourisme Walter Mzembi «restent aussi blanches que la neige». Il a été innocenté de toutes les allégations de corruption.

Les procureurs l’ont accusé, ainsi que quatre autres personnes, dont le secrétaire au tourisme de l’époque, Magret Mukahanana Sangarwe, d’avoir converti à leur propre usage quatre véhicules Ford Ranger achetés pour la planification et lors de la conférence de l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies organisée par le Zimbabwe en 2013.

Par la suite, le procureur général Kumbirai Hodzi a déposé une requête devant la Haute Cour demandant la confiscation des véhicules qui, selon lui, auraient dû être remis au ministère du Tourisme à la fin de la conférence de l’OMT.

Mais le juge David Mangota de la Haute Cour de Harare, dans un jugement rendu disponible cette semaine, a statué que le procureur général n’avait aucun intérêt raisonnable dans les véhicules qui n’étaient «jamais la propriété du gouvernement» et appartenaient en fait à une fiducie qui avait un mandat de continuer d’exister longtemps après la fin de l’événement de l’OMT.

Le juge a statué: «La déclaration du procureur général selon laquelle les intimés ont violé la procédure gouvernementale en ne remettant pas les véhicules automobiles au ministère du tourisme et de l’hôtellerie après la conférence est difficile à comprendre, et encore moins à accepter …

«Il ne cite pas la circulaire, le règlement, la règle ou la loi qu’il insiste sur le fait que les intimés auraient dû se conformer. Il ne produit aucun élément de preuve à l’appui de l’affirmation selon laquelle les intimés auraient dû remettre les véhicules automobiles au gouvernement après l’événement. »

Mangota a déclaré qu’il ressortait clairement de l’acte de fiducie que le gouvernement voulait clairement séparer les dons à la fiducie du ministère du Tourisme. La fiducie – qui comptait huit administrateurs – recevrait et débourserait des fonds en préparation de la conférence, resterait en place après la conférence et conserverait le résidu de tous les dons qu’elle a recueillis pour la conférence afin de servir de réservoir pour la poursuite des activités futures de la fiducie. sont liés au tourisme et à l’hôtellerie, a noté le juge.

«En fait, le gouvernement n’a jamais eu l’intention de dissoudre la confiance à la fin de la conférence. Il n’était pas non plus dans son intention de remettre les dons reçus en préparation de la conférence au gouvernement après l’événement. En fait, il semble que l’intention du procureur général soit de retirer la confiance de ses véhicules à moteur », a déclaré le juge.

Mangota a déclaré qu’il était « difficile de tolérer, et encore moins d’accepter » la décision « malheureuse » de Hodzi de qualifier Mzembi et les autres bénéficiaires de la confiance de « voleurs » alors qu ‘ »il ne pouvait pas prouver leur conduite présumée malsaine ».

Mangota a ajouté: «Il est évident que les intimés n’ont volé la propriété de personne. Leur utilisation des véhicules après la conférence est loin d’être le crime de vol ou de vol de biens en fiducie. Ils ont permis aux véhicules automobiles de rester immatriculés au nom de la fiducie qui les possède. Leur conduite n’est pas conforme à celle d’un voleur. Les éléments du vol n’existent pas du tout…

«Sur l’analyse objective des circonstances de cette demande, par conséquent, aucun des intimés ne peut être considéré comme ayant commis un crime. La conduite de chacun d’eux est bien au-dessus du tableau. Aucun élément d’aucune infraction ne se rattache à aucun d’entre eux. Leurs mains restent aussi blanches que la neige. Ils sont propres. La demande est, en fin de compte, rejetée avec dépens.

Avant d’entamer une procédure de confiscation, le procureur général a abandonné les poursuites pénales contre Mzembi, Sangarwe, Sussana Makome Kuhudzayi, Aaron Dzingira Mushoriwa et Gray Hama. Selon le juge Mangota, «il n’avait d’autre choix que de se retirer comme il l’a fait sagement».