16 juin 2021

La hausse des redevances aéroportuaires espagnoles nuira à la reprise économique et à l’emploi

AENA propose d’augmenter les frais d’utilisation dans 46 aéroports qu’elle exploite à travers l’Espagne

  • La demande de passagers a chuté de 76% en 2020 et ne devrait pas se redresser complètement avant 2024
  • Le nombre de destinations avec des liaisons directes avec l’Espagne est passé de 1800 (2019) à 234 (2020)
  • Plus de 1,1 million d’emplois espagnols ont été perdus ou menacés et plus de 60 milliards d’euros de PIB ont été perdus

L’Association du transport aérien international (IATA) a averti que les propositions de l’AENA visant à augmenter les frais d’utilisation dans les 46 aéroports qu’elle exploite à travers l’Espagne pourraient nuire à la reprise économique et à l’emploi de l’Espagne suite au COVID-19.

Les propositions présentées à la DGAC pour approbation comprennent une demande d’augmentation des redevances de 5,5% sur cinq ans. Ils ouvriraient également la porte à AENA pour récupérer ses revenus perdus en raison de la crise du COVID-19, pour des services qui n’ont jamais été exploités ou auxquels les compagnies aériennes n’ont pas pu accéder.

«L’ensemble de l’industrie aéronautique est en crise. Tout le monde doit réduire les coûts et améliorer l’efficacité pour réparer les dommages financiers du COVID-19. Après avoir analysé la situation d’AENA, les compagnies aériennes estiment qu’AENA pourrait réduire ses tarifs de 4%. Donc, proposer de transférer le fardeau de la reprise financière sur les clients avec une augmentation de 5,5% est tout simplement irresponsable. La DGAC devrait immédiatement rejeter la demande et demander à AENA de travailler avec les compagnies aériennes sur un plan de redressement convenu d’un commun accord », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA.

Avant la pandémie, AENA a déclaré 2,59 milliards d’euros de dividendes sur la période 2017-19 et dispose de plusieurs options pour couvrir ses pertes. «AENA peut facilement financer des pertes à court terme sans augmenter les coûts pour ses clients. Il a une excellente cote de crédit pour accéder au financement. Ses actionnaires ont été bien récompensés et doivent maintenant partager une partie de la douleur. Et, comme le reste de l’industrie, il doit rechercher des gains d’efficacité opérationnelle pour réduire les coûts, qui ne sont en aucun cas les moins chers d’Europe », a déclaré Walsh.

Un secteur du transport aérien sain – avec toutes les parties concentrées sur la réduction des coûts – sera essentiel pour se remettre de l’impact dévastateur du COVID-19 sur le secteur du tourisme et des transports:

  • La demande de passagers a chuté de 76% en 2020 et ne devrait pas se redresser complètement avant 2024
  • Le nombre de destinations avec des liaisons directes avec l’Espagne est passé de 1800 (2019) à 234 (2020)
  • Plus de 1,1 million d’emplois espagnols ont été perdus ou menacés et plus de 60 milliards d’euros de PIB ont été perdus
  • La contribution des voyages et du tourisme à l’économie espagnole est passée de 12% à 4%.

«Une reprise rapide des voyages et du tourisme est vitale pour le succès économique de l’Espagne. Mais des coûts plus élevés retarderont la reprise du tourisme et maintiendront les emplois en péril. AENA doit garder à l’esprit les intérêts à long terme de ses actionnaires et du pays. Et les deux sont mieux servis grâce à une infrastructure aéroportuaire rentable. Le gouvernement espagnol cherche activement à ouvrir les frontières et à redémarrer les voyages aériens. L’AENA doit contribuer à cet effort, et non ériger un barrage routier à courte vue et intéressé », a déclaré Walsh.