L'incertitude sur le Décision de Bruxelles sur l'acquisition d'Air Europa par Iberia Il semble y avoir une date définitive : 20 août. UN nouveau délai analyser les conséquences sur la concurrence que peut avoir l'opération et que il vient de s'étendre automatiquement après qu'IAG ait soumis un ensemble de mesures correctives mises à jour. Tant que la Commission européenne n'active pas le mécanisme « d'arrêt de l'horloge », ce qui retarderait encore davantage la décision de l'exécutif communautaire.

L’industrie aérienne européenne a une nouvelle date à l’horizon : 20 août. C'est la nouvelle date limite à Bruxelles de résoudre le rachat d'Air Europa par Iberia, qui a été retardé au fur et à mesure que les différentes procédures pour ce type d'opération étaient en cours.

IAG a présenté lundi un paquet de remèdes mis à jour et « amélioré », ce qui signifie unprolongation tacite du délai de 15 jours calendaires, auxquels il faut ajouter 10 jours supplémentaires.

Si le mécanisme « stop the clock » n'est pas réactivé, Bruxelles a jusqu'au 20 août pour décider de l'avenir d'IAG et d'Air Europa. Source : IA

La Commission européenne a mis à jour le délai jusqu'au 20 août, ils ont donc deux mois pour analyser comment l'opération affectera la concurrence, ainsi que le transfert des routes qu'IAG a proposé, qui repose sur une offre initiale à six compagnies aériennes, même si la compagnie n'a pas précisé en quoi consistent les améliorations ou les itinéraires spécifiques qui sont transférés à Ryanair, Binter, Iberojet, W2M, Volotea et Iberojet. La Commission européenne va désormais commencer à tester le marché et demander aux concurrents et aux preneurs de remèdes leur avis sur ces transferts.

Fin avril, la Commission européenne a publié la « communication des griefs » concernant cet achat (document d'objections), dans laquelle les autorités communautaires ont reflété les problèmes qu'elles ont détectés dans l'opération, notamment sur une série d'itinéraires pour lesquels elles estiment qu'il n'y a pas de il peut s'agir d'une augmentation des prix ou d'une moins bonne qualité de l'offre.

Les services de concurrence de l'exécutif communautaire s'inquiètent des effets de la fusion sur les liaisons longue distance entre Madrid et l'Amérique du Nord et du Sud, ainsi que sur les liaisons avec les deux archipels espagnols et certaines liaisons européennes.

Actualités connexes :

-La défense vigoureuse d'Iberia de la fusion avec Air Europa

-IAG : réduit les pertes et améliore les performances sur Air France-KLM et Lufthansa

-Les six compagnies aériennes auxquelles Iberia propose de transférer les routes d'Air Europa

★★★★★